Hébergement d’urgence : Victoire ! le préfet recule, la lutte paie !

1361 visites

Ce jeudi 28 Novembre, la grève des professionnels de l’urgence sociale a connu une mobilisation record avec près de 75% des professionnels du secteur en grève. Salarié-e-s de l’ensemble des structures du département, ces professionnels ont dénoncé les nouvelles directives du Préfet, inédites en France, destinées à « fluidifier » l’hébergement d’urgence. Reçu par le Préfet, le collectif « hébergement en danger » a demandé de véritables engagements : le retrait des critères de vulnérabilité excluant des milliers de personnes du droit à l’hébergement et la suppression des contrats de deux mois remettant en cause la continuité de l’hébergement. Ce matin, le ministre, Julien de Normandie a demandé au Préfet du Rhône de suspendre les mesures restrictives d’accès à l’hébergement.

UNE GREVE PARCE QUE LA « FLUIDITE » CE N’EST PAS NIER L’EXISTENCE DE MILLIERS D’INDIVIDUS

Ce jeudi 28 novembre, près de 350 salarié-e-s du secteur de l’urgence sociale ont dénoncé les nouvelles directives préfectorales, jamais vues en France, destinées à « fluidifier » l’hébergement d’urgence. Selon les nouveaux critères de vulnérabilité établis par la préfecture, les enfants de plus d’un an, les personnes ne justifiant pas d’une maladie grave ainsi que les femmes enceintes de moins de 6 mois se seraient désormais vus refuser toute mise à l’abri

Pour faire diminuer artificiellement la demande d’hébergement, des milliers de personnes allaient ainsi disparaître des radars, niées dans leurs droits et leurs besoins fondamentaux.

« Nous refusons de jeter dehors une mère dont l’enfant vient de fêter son premier anniversaire ; nous refusons de ne pas pouvoir héberger une femme, à la grossesse difficile, parce qu’elle est coupable de n’être enceinte que de 4 mois. Il y a 10 jours, un homme de 25 ans décédait de froid, à la rue, à Lyon. Nous refusons à compter les morts cet hiver pour avoir appliqué des directives hors la loi. »

UN TRI ABJECT CONTRAIRE A LA LOI

En plus d’être irresponsables et inhumaines, ces mesures étaient totalement illégales car contraires aux principes d’inconditionnalité et de continuité de l’hébergement. Un premier contrat d’hébergement, faisant mention des critères et d’un accueil validé pour 2 mois seulement, avait déjà été adressé aux associations.

UN PROBLEME COMPLEXE QUI NE PEUT SE RESOUDRE AVEC DES SOLUTIONS SIMPLISTES

La question de l’urgence sociale et de l’hébergement est un problème complexe. Réceptacle des disfonctionnements des politiques publiques connexes, la demande d’hébergement ne cesse de s’accroitre et de connaitre des tensions.

Néanmoins, pour les professionnel-le-s, il est intolérable que le Préfet organise la « fluidité » en condamnant des milliers de personnes à ne plus accéder à l’hébergement ou à en être rejetés.

Le sujet exige davantage de responsabilité, au nom du droit et des hommes et femmes auxquelles les politiques publiques sont destinées.

LA LUTTE PAYE, FACE A LA GREVE LE PREFET DOIT RECULER

Vendredi matin, lors d’une réunion, le Ministre Julien De Normandie a annoncé aux associations et fédérations nationales avoir demandé au Préfet du Rhône de « sursoir aux mesures annoncées ». Le Ministre a précisé que « que les mesures de tri du public n’étaient pas une orientation nationale défendue par le Ministère ». Le Préfet du Rhône est tenu d’organiser une concertation locale avec les associations.

Les professionnel-les de l’urgence sociale se félicitent de ces annonces. Ils-Elles seront néanmoins extrêmement vigilant-e-s à ce que les mesures discriminatoires, définies par le Préfet, soient définitivement abandonnées, conformément au droit et orientations nationales.

Cette victoire nous donne la force pour la suite pour continuer à exiger la création de milliers d’hébergements pour faire face à l’urgence, un accès aux logements facilité afin que enfin il y ait toit pour toutes et tous !

Rendez vous le 5-12 à 10h30 à coté du pont de la manufacture des tabacs pour un cortège de l’Hébergement et de l’Intersquat avec l’Amphiz, le Collège Maurice, Jamais sans toit ...

Rendez-vous le 10-12 à 19h à la Bourse du travail avec une réunion d’organisation d’un mouvement d’ensemble pour exiger un toit pour toutes et tous !

P.-S.

contact : collectifhebergementendanger@gmail.com

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Collectif Hébergement en danger » :

>Hébergement d’urgence : Victoire ! le préfet recule, la lutte paie !

Ce jeudi 28 Novembre, la grève des professionnels de l’urgence sociale a connu une mobilisation record avec près de 75% des professionnels du secteur en grève. Salarié-e-s de l’ensemble des structures du département, ces professionnels ont dénoncé les nouvelles directives du Préfet, inédites en France,...

› Tous les articles "Collectif Hébergement en danger"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>Une alerte lancée sur les conditions de travail à l’Université Lyon 2

Dans une lettre, des enseignant.e.s alertent sur de nombreux manquements de l’université quant à ses obligations en tant qu’employeur : agents travaillant sans contrat de travail, des salaires et des primes versés avec des mois de retard ou même jamais versés, des tâches réalisées sans rémunération,...

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Au secours, la Fête des Lumières revient

Au milieu des flics, des militaires, de votre location via airbnb et des stands de vin chaud, difficile parfois de savoir quoi penser de la Fête des Lumières. Pour y voir plus clair, une compilation d’articles publiés sur Rebellyon ces dernières...

› Tous les articles "Logement - Squat"