« Histoire et réhabilitation du sabotage, briser les machines pour rendre nos luttes efficaces ? » : soirée-rencontre entre Victor Cachard et le collectif 269 Libération Animale

1768 visites
conférence/débat

Dans la perspective de reconstruire la lutte contre l’exploitation animale sur une base matérialiste et de lui donner une réelle perspective révolutionnaire, notre collectif 269 Libération Animale poursuit son cycle de « rencontres » avec des penseurs.ses et militant.e.s dont les réflexions et projets politiques nous inspirent. Pour cette deuxième séance qui se déroulera à l’Atelier des Canulars, nous accueillerons l’écrivain et militant Victor Cachard pour parler avec lui du sabotage comme stratégie.

  • Rencontre décalée au 23 novembre !

    Même heure, même lieu.

Depuis sept ans, nous défendons l’urgence de la lutte antispéciste à pratiquer l’action directe contre les structures de la domination pour reprendre la maîtrise du "temps politique", imposer la question animale à gauche et sortir des modes de contestation attendus et défensifs.
La cause animale est l’une des luttes où la question de l’immensité de la tâche à accomplir se pose de manière particulièrement aiguë et donc où la réflexion sur le sens et la forme de l’action politique est la plus développée.

C’est précisément dans cette volonté de mener une réflexion stratégique que le jeudi 26 octobre, nous allons parler de sabotage ; du sabotage comme pratique politique au fil de l’histoire, comme technique asymétrique contre l’ordre des choses, comme tactique voire comme stratégie contre le pouvoir.
Pour cela nous avons le plaisir d’accueillir l’écrivain et militant Victor Cachard qui vient de publier deux livres importants aux éditions Libre : "Emile Pouget et la révolution par le sabotage" ainsi que le premier tome d’une "Histoire du sabotage, des traines-savates aux briseurs de machines" (le deuxième tome est en cours de publication).
Il échangera avec les camarades de 269 Libération Animale sur les techniques de résistance, en partant du constat que l’impasse des pratiques légalistes et l’impuissance politique ne sont pas une fatalité.

Avec son "Histoire du sabotage" en deux tomes, Victor Cachard participe d’une indispensable réactualisation de l’action directe.
Longtemps mis de côté, le sabotage occupe pourtant une place importante dans l’histoire des luttes et il a été massivement utilisé par les travailleurs.ses dès la fin du 19e siècle. De tout temps, les exploité.e.s ont pu, de façon isolée, ralentir la cadence face à des exigences insupportables, ou produire volontairement et discrètement un "mauvais travail".
Depuis les années 1970, la pratique s’est propagée en dehors du monde du travail pour devenir une tactique déployée dans les luttes anticapitalistes et notamment le mouvement écologiste.

Mais face à une clandestinité de moins en moins viable, un risque d’isolement des révolutionnaires, et surtout une institutionnalisation des luttes (et leur intégration au capitalisme) qui participe de l’affaiblissement du projet révolutionnaire, le sabotage avait peu à peu perdu de son attractivité.
Pourtant aujourd’hui le sujet revient dans l’actualité par le biais du mouvement écologiste qui parvient davantage à gagner en visibilité que l’antispécisme, et la pratique du sabotage comme outil de lutte retrouve aujourd’hui du souffle : « Je crois, au vu de l’actualité, qu’un boulevard est ouvert pour un retour du sabotage » (Victor Cachard).
Et finalement le sabotage est le dernier recours pour résister à un modèle imposé, l’arme du faible dans un combat asymétrique.
Mais c’est aussi une force immense ! Les industries et les gouvernants ne peuvent pas faire grand-chose face aux petits groupes qui agissent dans l’ombre, en vitesse et efficacement.
Faire planer la possibilité du sabotage est une force. Longtemps négligée, cette possibilité revient. Dans son journal "Le Père peinard", Émile Pouget écrivait que « c’est autant la peur du sabotage que le sabotage lui-même qui, un de ces quatre matins, rendra les patrons moins charognards ».

Tactique aux origines anarchistes, le sabotage nous entraînera également à poursuivre l’échange sur la question de l’Etat et celle de la violence car sur ce dernier point Victor Cachard et le collectif 269 Libération Animale partagent le même constat : « refuser d’employer le terme de sabotage parce qu’il serait trop violent ou stigmatisant, c’est se tromper sur son origine et son histoire ».
Nous refusons d’enlever la conflictualité des luttes, et voulons réassumer une part de violence. Il faut parfois sortir de l’aspect défensif pour dire « on s’attaque à une entreprise ».

*****

P.-S.

La librairie La Brèche tiendra un stand durant la soirée et proposera une collection explosive d’ouvrages.

La rencontre se déroulera à l’Atelier des Canulars et commencera à 19H.
Entrée libre et gratuite.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « conférence/débat » :

>Discriminations LGBT+ avec Le Refuge : Causerie du lundi 17 juin 2024 à 19h

Dans le cadre du mois des fiertés 🏳️‍🌈, nous accueillons dans le cadre des causeries la fondation Le Refuge, qui depuis plus de 20 ans héberge et accompagne les jeunes LGBT+, âgés de 14 à 25 ans, rejetés par leurs parents, chassés du domicile familial, parce qu’ils sont homosexuels ou trans et/ou...

› Tous les articles "conférence/débat"

Derniers articles de la thématique « Antispécisme / Libération animale » :

>Ce que la cause animale doit au mouvement punk

Le grand public n’a guère retenu du mouvement punk que le nom des Sex Pistols (ou de quelques groupes un peu « tapageurs »), une démarche plus ou moins nihiliste (« No Future ») et une jeunesse un peu en marge se réfugiant dans la drogue ou l’alcool. En réalité, ce mouvement est aussi et surtout...

>Création d’une ferme solidaire et autogestionnaire dans le Lot

Nous sommes un collectif réuni au sein d’une association exploitante agricole dénommée Caracol, installée dans le parc naturel régional des Causses du Quercy (département du Lot, Occitanie). Parce que nous souscrivons à l’idée que « l’impossibilité d’accéder à la nourriture est une violence qui...

› Tous les articles "Antispécisme / Libération animale"