Site collaboratif d’infos alternatives

IRC, le passé et l’avenir de la discussion en ligne, présentation et tutoriel

Tutoriels Sécurité Informatique

Petite présentation d’un outil que le collectif d’animation de Rebellyon utilise quotidiennement depuis plusieurs années maintenant. Il permet d’échanger entre modères plus efficacement ou de s’entraider, d’accompagner des personnes qui arrivent, de rendre le temps passé derrière un ordinateur moins solitaire et laborieux, ou plus simplement d’échanger rapidement et en simultané avec des personnes basées dans des endroits différents, pendant des temps très courts (pas besoin de passer sa journée derrière l’ordi pour l’utiliser) ou plus longs. Voici une introduction à IRC et quelques conclusions de notre expérimentation collective.

Introduction : IRC c’est quoi ?

IRC est un protocole de messagerie instantanée, plus vieux que le réseau Internet, dont l’acronyme signifie Instant Relay Chat (en français, « discussion relayée par Internet »). Il permet de se connecter à des salons de discussion, ou d’avoir des conversations en privé (entre deux personnes). Il est utilisé par de très nombreux groupes dans le monde, des hackers aux militant-e-s d’Indymedia, en passant par les Anonymous ou beaucoup d’utilisateurs et d’utilisatrices de logiciels libres ainsi que leurs développeurs-euses.

C’est un moyen très simple de se coordonner et de discuter en temps réel sur internet.
Le concept de "messagerie instantanée" est maintenant largement repris par de nombreux autres logiciels (MSN et autres) , mais IRC s’en démarque sur de nombreux points :

  • Pas besoin de se créer un compte pour se connecter. On précise juste un pseudo. Le pseudo n’est pas permanent, et il faut en préciser un à chaque connexion (sauf dans le cas d’une utilisation avancée).
  • Par défaut, on rejoint des espaces de discussion en groupe (salons). A partir de ces salons, on peut aussi avoir des conversations "privées" entre deux personnes.
  • C’est un protocole simple à mettre en oeuvre et décentralisable : la création de serveurs "locaux" IRC est relativement facile. Ainsi, Indymedia possède son propre serveur IRC, irc.indymedia.org, qui héberge les canaux de discussion de dizaines de groupes locaux ou thématiques.

Pour une présentation plus longue d’IRC, voir la page Wikipedia ou http://searchirc.com/help/intro.php (en anglais)

Comment se connecter à un serveur IRC

Comme il s’agit d’un protocole libre et ouvert, il est possible de se connecter à un salon de discussion IRC (ou canal IRC) de plusieurs manières, nécessitant ou non l’installation de logiciels spécifiques. Son apprentissage est complètement progressif, il est donc adapté à des personnes maitrisant très peu de choses en informatique comme à des utilisateurs et utilisatrices confirmé-e-s.
On distingue 5 principales manières de se connecter à un serveur IRC et à des salons de discussion, qui permettent d’exécuter les mêmes fonctions, standardisées, selon son niveau de connaissance. Ainsi donc, vous pouvez utiliser :
- un logiciel dédié. Ces derniers sont très nombreux, une liste assez exhaustive est disponible sur Framasoft avec des informations sur chacun qui vous permettront de choisir le plus adapté à votre ordinateur ou à votre usage. Pidgin, recommandé par Framasoft, est effectivement l’un des meilleurs.
- une simple page web permettant de se connecter à un serveur IRC précis, comme celle d’Indymedia : https://chat.koumbit.net/
- une simple page web permettant de se connecter à n’importe quel serveur IRC (il suffit de préciser lequel), comme celle de Mibbit : http://chat.mibbit.com/
- une extension (ou module complémentaire) de votre navigateur Internet, par exemple Chatzilla pour Mozilla Firefox (téléchargeable en toute sécurité ici : https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/chatzilla/ )
- une interface en ligne de commande à travers un terminal et un "screen" (par exemple avec Putty sous Windows). [1]

De nombreux tutoriels techniques sont disponibles sur internet. En voici quelques uns qui abordent les différentes manières de se connecter :

  • Pas à pas avec Pidgin :
     [2]
  • Pas à pas avec Mibbit, une page web permettant de se connecter en sécurisé à n’importe quel serveur IRC. Lien à trouver.
  • Pas à pas avec Colloquy
  • Pas à pas avec Irssi :
    Irssi est un client IRC essentiellement fait pour les systèmes GNU/linux (il existe tout de même une version pour windows). Ce client fonctionne en mode texte (ou mode console), c’est à dire qu’il n’a pas besoin d’un gestionnaire de fenêtre (comme KDE ou gnome par ex) pour s’exécuter. C’est un logiciel extrêmement complet, mais l’absence d’interface graphique rend son utilisation un peu moins intuitive pour les habituéEs du clic.
    Comme toute application en mode texte, il peut être utilisé avec le logiciel screen. Screen est un logiciel qui permet de gérer en même temps plusieurs applications en mode texte.
    Une des forces de irssi est de pouvoir l’utiliser sur une machine distante sécurisée avec le logiciel screen qui se chargera de maintenir la session irssi ouverte sur le serveur. On obtient ainsi une session permanente qu’il est facile de récupérer de manière sécurisée depuis n’importe quel ordinateur.

Quelques fonctions de base d’IRC

Les logiciels dédiés à IRC, comme Pidgin, permettent d’exécuter ces fonctions sans avoir à connaître une seule ligne de commande. Les pages web, spécifiques ou non à un serveur IRC, demandent de connaître quelques syntaxes très simples et standardisées (universelles) pour exécuter ces fonctions.

Les principales fonctions d’IRC sont les suivantes :
- choisir un pseudo ;
- joindre tel ou tel canal du serveur IRC auquel on est connecté ;
- créer un nouveau canal de discussion (de manière temporaire ou permanente) ;
- parler en privé à n’importe quelle personne présent-e sur ce serveur.

Si vous choisissez d’utiliser la page d’Indymedia pour vous connecter à un canal IRC, voici celles dont vous aurez besoin. Toutes les fonctions doivent être précédées d’un slash ou barre oblique ("/") :
- /nick "lepseudoquejechoisis" permet de choisir son pseudo apparent ("nick" signifiant "prénom" en anglais). Si le même pseudo existe déjà sur le serveur, il faudra en choisir un autre, par exemple en rajoutant un astérisque ou un numéro à la suite du pseudo. Ex : "/nick robert*" ou "/nick robert21" (n’indiquez pas forcément votre département de résidence ou votre année de naissance !). Il faut ensuite taper sur la touche entrée pour envoyer la requête au serveur.
- /join #lenomducanaldemespotes permet de rejoindre le canal utilisé par mes ami-e-s, ou de le créer s’il n’existe pas encore, par exemple : /join #indymedialille permet de rejoindre le canal de discussion utilisé par les gentes d’Indymedia Lille.
- /query ou /msg suivi du pseudo de la personne à qui je veux parler en privé permet de lui envoyer un message invisible du reste des personnes connectées (sans avoir à ouvrir de page de discussion privée).

Les logiciels dédiés à IRC permettent de faire les mêmes opérations à travers une interface graphique intuitive. Par exemple pour discuter en privé avec une personne, il suffit de double-cliquer sur son pseudo pour faire apparaître une nouvelle fenêtre de discussion, spécifique aux deux utilisateurs-trices.

Comment se (faire) comprendre avec un clavier

Les communications interpersonnelles chacun-e derrière son écran sont parfois source d’ambiguïtés et de malentendus. Aussi, il existe une panoplie de smileys (aussi appelés emoticônes) qui permettent de traduire l’état d’esprit dans lequel on se trouve. Avec ces petits signes, vos correspondant-es sauront si leurs écrits vous parlent, vous amusent, étonnent, énervent, etc ! Il faut être conscient-e qu’il peut arriver d’être en désaccord avec les autres participant-es. Aussi, lorsqu’un débat s’engage et que vous sentez poindre en vous un peu trop d’agressivité, respirez un bon coup et/ou allez prendre l’air en écrivant auparavant que vous avez quelque chose de très urgent à faire (exemples : ma soupe déborde, mes collègues de travail ont remarqué quelque chose d’anormal, bébé pleure...). Si vous quittez le salon de manière abrupte pendant une discussion mouvementée, on appelle ça un "ragequit" [3], ce qui équivaut à un "vous me faites chier, je me tire".

JPEG - 24 ko

Cela dit, il est fréquent de partager de bons moments, si si, même avec un clavier !

IRC et la sécurité

Si vous souhaitez avoir des discussions sécurisées, quelques notions à avoir :
- les administrateurs-trices de serveur IRC peuvent avoir accès aux échanges de n’importe quel canal IRC, qu’il ait un mot de passe d’accès ou pas. En conséquence, il faut privilégier des serveurs sécurisés (disques cryptés par exemple) et hébergés par des personnes de confiance ou se noyer dans la masse d’énormes serveurs IRC (mais c’est moins fiable) comme freenode.
- si vous n’utilisez pas de connexion sécurisée (en SSL, l’équivalent du HTTPS pour un site web), il est possible que ce que vous échangez soit écouté. Si une seule personne sur le canal n’est pas en SSL, ce sont toutes les discussions du canal qui restent écoutables. Il est facile de configurer un canal pour qu’il ne soit rejoignable qu’en SSL, pour éviter les oublis par exemple.
- si vous utilisez régulièrement IRC pour discuter, il peut être pertinent d’enregistrer votre pseudo sur le serveur. Pour utiliser votre pseudo il faudra alors rentrer un mot de passe que vous aurez indiqué lors de l’enregistrement.

Quelques critiques d’IRC

- Comme toute discussion virtuelle (par mail ou par forum également), IRC peut être propice à engueulade, incompréhension, à avoir des comportements qu’on n’aurait jamais en face à face.
- A l’inverse, le fait d’avoir des potes avec qui discuter peut vite être chronophage : si on suit un canal fréquenté assidûment, il peut être tentant de passer des heures à discuter, de tout et de rien. C’est effectivement un moyen assez décontracté d’échanger, propice aux blagues, aux digressions, aux conversations sans fin. Pour éviter de tomber trop accro, ne pas oublier la finalité annoncée du canal peut être un bon remède (il faut donc que tout le monde soit à peu près clair-e sur ses attentes). Et sortir boire un verre avec des potes est souvent beaucoup plus riche qu’une soirée seul-e devant un ordi.
- IRC est aussi un moteur de déconcentration formidable quand on fait quelque chose sur ordinateur tout en ayant des gens qui nous interpellent.
- Enfin, pour un collectif, il faut faire attention à ne pas prendre des décisions en petit comité, alors que tous ses membres ne se connectent pas à IRC par exemple. Cela peut créer une dynamique de groupe à deux vitesses, renforcer les différences d’implication et de participation aux décisions.

JPEG - 21.6 ko

Quel intérêt alors pour un collectif, dans quels cas utiliser IRC ?

IRC n’est pas adapté aux discussions polémiques ni aux grandes prises de décisions. Les mails sont un peu plus adaptés aux questions de fond et aux débats argumentés. L’idéal reste d’organiser des réunions physiques [4].
IRC est intéressant pour des discussions ou un travail simultané sur des sujets précis, ne présentant pas d’enjeux majeurs et/ou pour s’entraider en temps réel alors qu’on ne peut pas se voir physiquement.
Entre deux réunions, pour travailler ensemble, en même temps et à distance, IRC est très pratique pour un collectif militant qui doit réaliser des choses sur ordinateur (texte, site internet, etc.).
C’est surtout très motivant de pouvoir se coordonner facilement, et ça favorise l’implication dans le collectif, notamment dans le cas de l’accueil de nouvelles personnes.

Quelques trucs et astuces

- pour naviguer entre plusieurs fenêtres irc :

  • esc + numéro de la fenêtre
  • alt + flèche droite ou gauche

D’autres tutoriels à propos d’IRC :

- http://www.hyjoo.com/sujet-6732.html
- http://nouyoju.free.fr/TutoIRC/
- http://www.irchelp.org/irchelp/irctutorial.html
- http://fr.wikipedia.org/wiki/IRC
- http://en.wikipedia.org/wiki/IRC
- http://www.tldp.org/HOWTO/IRC/
- le plus complet : http://searchirc.com/help/

Pour aller plus loin :

- Liste des commandes utilisables sur le serveur IRC d’Indymedia :

P.-S.

Ce tutoriel sera modifié au cours du temps. Si vous avez des remarques, ou des astuces concernant IRC, n’hésitez pas à les laisser en complément d’information ci-dessous.

Notes

[1Une connexion à travers un "shell" permet de rester connecté-e en permanence, et de pouvoir lire les discussions qui ont eu lieu en son absence, ou de retrouver sa connexion depuis n’importe quel ordinateur (voire de son smartphone sur Androïd). Si vous avez un-e pote geek qui a un serveur allumé en permanence, cela vaut le coup de lui demander de vous montrer et qu’elle vous configure une connexion SSH, c’est simple, très efficace et peu complexe. Pas besoin non plus pour cela d’avoir 5 heures à passer par jour sur l’ordinateur, ce n’est pas réservé aux fous et folles de l’écran.

[2Pas à pas avec Pidgin
Pidgin se télécharge ici pour un PC sous Windows : http://www.pidgin.im/download/windows/
Il faut installer le programme puis le démarrer.
Ensuite, cliquer sur "Gérer les comptes" dans l’onglet "Comptes" puis cliquer sur "Ajouter".
Dans les "Options de connexion", il faut sélectionner le type de protocole qui nous intéresse : IRC.
Dès lors, il suffit d’écrire dans le champ "Serveur" le nom du serveur qu’il s’agit de rejoindre (en l’occurrence irc.indymedia.org).
Dans le champ "Utilisateur", il ne reste qu’à rentrer le pseudonyme que l’on souhaite utiliser.
Plus rien à faire pour l’instant, sinon cliquer sur "Enregistrer".
Dès lors le voyant "Disponible" doit apparaitre sur la fenêtre principale. Il ne reste donc plus qu’à rejoindre un canal IRC.
Pour ce faire, cliquer sur l’onglet "Contacts" puis "Rejoindre une discussion".
Ensuite, il faut indiquer le nom du canal à rejoindre dans le champ "Salon", le nom du canal étant toujours précédé d’un symbole dièse ("#") : #lecanaldemespotes par exemple.
Une fenêtre de discussion apparaît alors. Elle est divisée en 4 parties : la principale est celle des traces de la discussion proprement dite, un panneau qui liste les personnes présentes sur le canal, un champ qui permet de rentrer le texte pour discuter et des onglets permettant de passer d’une discussion à une autre, privée avec une autre personne ou collective dans un salon.

[3L’expression vient du monde des jeux vidéo et désigne le fait de quitter une partie sous le coup de la colère ou de la frustration

[4Même si celles-ci sont parfois aussi sujettes à disputes et/ou peuvent favoriser l’expression des seules "grandes gueules". Cela est un autre souci qu’on n’abordera pas dans ce tutoriel.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Informatique - Sécurité » :

> Tous les articles "Informatique - Sécurité"