Site collaboratif d’infos alternatives

Intervention du 3 Novembre 2016 à 11H devant l’usine VENINOV

Plus de 100 personnes se sont mobilisées pour leur conditions de travail devant l’entreprise de toile cirée Veninov basée à Vénissieux.

Intervention du 3 Novembre 2016 à 11H devant l’usine VENINOV

En juillet 2011, le tribunal de commerce de Nanterre avait placé l’usine Veninov de Vénissieux en liquidation judiciaire et les 87 salariés de Veninov furent licenciés.
Les manœuvres du fond de pension Gorden Brother furent déjouées par la lutte et l’action tenace des salariés de Veninov aidés en cela des organisations syndicales dans l’unité et notamment dans une démarche interprofessionnelle large et rassembleuse jusqu’à la confédération avec l’implication du secrétaire général de la CGT du moment Bernard Thibaut.

L’objectif « Veninov vivra !!! On ne lâchera pas !!! » a fédéré beaucoup de monde et l’implication des élus communistes du territoire a été extrêmement importante : Guy Fischer sénateur, disparu aujourd’hui, André Gerin, alors Député et Michèle Picard, maire de Vénissieux.

Il faut dire qu’à l’époque de la fermeture de Veninov, les carnets de commandes étaient pleins mais Gordon Brother avait asséché la trésorerie qui aurait permit d’honorer ces commandes.

Manuel Valls s’était alors exprimé ici pour déclarer qu’une entreprise qui a des carnets de commandes pleins, un savoir faire unique quand en plus se rajoute une escroquerie manifeste... C’est plus qu’un gâchis, c’est un vol !!

Ce n’est pas la loi dite de sécurisation de l’emploi de juin 2013 qui va permettre de relancer l’emploi à Veninov notamment :
Oui, messieurs Valls et Yves Blein et Mr Hollande, puisque elle n’a conduit qu’à des accords au rabais.
→ Baisse du taux des heures sup.
→ Baisse ou suppression de l’intéressement.
→ Compensation des heures sup. en temps…

Ce n’est pas la loi sur le dialogue social dite Rebsamen qui établit des droits qui permettent aux salariés avec leurs syndicats et leurs instances représentatives de contrer les licenciements. Au contraire elle sécurise les plans sociaux pour les employeurs.
Ici, chez Veninov les licenciements sont pliés en 1 mois par une simple information des délégués du personnel 1 mois avant la date effective.
Et enfin ce n’est pas la loi travail dite El Komhri qui peut permettre de contrer les licenciements.
Ni chez Veninov, ni chez ceux qui veulent arrêter leurs productions, comme chez Bosch également.

Ici, Windaggher, le repreneur de l’usine, a menti alors qu’il déclarait en mars 2013 avoir l’intention d’investir 18 millions d’euros en 3/5 ans et d’embaucher une quarantaine de personnes à l’horizon 2015 et 20 avant fin 2013.
Il tablait sur un chiffre d’affaire de 3 millions d’euros en 2013 et de 15 millions d’euros en 2015.

Pour cela, il devait transférer des Pays-Bas une machine de conception et de découpe des produits fabriqués en Hollande ; une plateforme de 10 000 à 12 000m² devait être construite ici à Venissieux dès 2014 pour desservir l’ensemble des pays d’Europe du sud et une deuxième machine devait être installée dans les derniers mois de l’année 2013.
Windaggher n’a rien fait de tout cela.

→ Pas de machine neuve tel qu’annoncé, pas d’investissements dans une plate forme logistique.

→ Pas de transfert d’une machine de confection en provenance des Pays Bas.

→ Pas d’embauche tel qu’il s’y était engagé.

Par contre Windaggher a déménagé en Hollande les cylindres d’impression qui l’intéressaient.
- Il détient la marque VENILLIA et BULGOMME.
- Il détient les 6 hectares de terrain.


M. Windaggher :
- Vous avez fait de la discrimination à l’embauche à l’encontre de nos délégués CGT :Stéphane Navarro/ Catherine Chollier/ Ayadi Assadi / Serge Marcoschia.

M. Windaggher :
- Vous avez spolié tous les salariés et au premier plan, c’est à dire ceux que vous avez gardés des Ex. Veninov et que vous voulez licencier aujourd’hui.
Nous demandons sous l’autorité de l’état une table ronde avec tous les acteurs parties prenantes et pour la CGT avec Mr Yves Cormillot alors expert du CE Veninov en présence de M. Wingaggher.
- M. Windaggher vous êtes assis sur une fortune qui ne vous appartient pas, que vous avez spolié.
- Vous devrez tout rendre sinon investir ICI dans Veninov à Vénissieux.
.r Windaggher, licenciements ou pas !!! On ne vous lâchera pas !!!

Vénissieux, le 3 novembre 2016

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

Face à Macron, contre le capital : lutte sociale !

Macron nous promet un Etat policier et la précarité, ripostons dès maintenant dans la rue et dans la lutte. Nous ne nous laisserons pas gouverner par les flics et les patrons ! Organisons-nous dès maintenant pour faire front ! Rendez-vous mercredi 24 mai et 17 mai à 18h pour une assemblée de lutte à...

> Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

L’organisation des libertaires à Lyon au milieu des années 1980

En mai-juin 1985, la revue IRL (Informations et réflexions libertaires) consacrait un numéro aux "libertaires entre Saône et Rhône", détaillant les groupes, les lieux, les dynamiques des mouvements anarchistes lyonnais. Un texte, intitulé "Organisation libertaire à la lyonnaise" tentait de faire la...

> Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"