De la Guillotière à Vaulx-en-Velin, des quartiers populaires sous confinement policier

6075 visites
Covid-19

Depuis le début des restrictions pour cause de protection contre le covid-19, les mesures sécuritaires actuelles laissent une latitude très grande aux forces de l’ordre pour faire respecter le confinement... De nombreux témoins font état d’abus et de discriminations lors des contrôles d’attestations, et tout cela parce qu’il y a de détestables discours qui laissent entendre que, par provocation ou par défi, les quartiers populaires respecteraient moins les consignes de confinement.

Gérer le confinement dans les quartiers

Le 16 mars, le chef d’État a annoncé des mesures drastiques pour endiguer la propagation du coronavirus, « Nous sommes en état de guerre sanitaire, l’ennemi est là, il progresse »… Le tout est de ne pas se tromper d’ennemi…

Dans le contexte actuel des restrictions, des interdictions de toute sortie de la population, pour cause de protection contre le virus covid-19, la gestion de la vie au quotidien se pose et interroge bon nombre d’entre nous.

Depuis l’application des textes en vigueur on ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’utilisation du contexte de protection contre une certaine catégorie de la population des quartiers….

Des discours sur la population ne respectant pas les interdictions de circuler vont bon train… : « les français ne sont pas disciplinés », a déclaré Castaner le mardi 16 mars... Depuis, un peu partout en France, les amendes de 135 euros (375 euros en cas de majoration) pleuvent…

A cela, une polémique est venue s‘ajouter (car il en fallait bien une)… Selon laquelle les habitants des quartiers seraient plus récalcitrants aux obligations du confinement ? Et d’aucuns s’en donnent à cœur joie pour jeter aux pâtures les quartiers populaires... Le syndicat de police Alliance, arguant du manque de civisme des quartiers, préconise un couvre feu pour les récalcitrants... Le 25 mars, Michel Aubouin, ancien préfet du ministère de l’intérieur ajoute de l‘huile sur le feu, sur relent de racisme « L’échec du confinement dans les zones sensibles était presque prévisible : « pour toutes les familles originaires du Maghreb » , et parle « des zones de non droit qu’il faut sévir »...

Les contrôles se font plus sévères, au gré de la montée en gamme des décrets d’interdictions... Des barrages de la police Municipale et nationale se révèlent à l’instar de l’état d’urgence installé en 2005 en pleine révolte des banlieues… A Vaulx-en-Velin, depuis le mardi le 17 mars, dès le durcissement des obligations, des barrages composés de trois voitures de police et une dizaine de policiers, flash-ball en main, se positionnent en force peu après le pont de Cusset, non loin du marché aux puces… (ainsi que sur le rond point du pont de Décines) pour opérer aux contrôles des véhicules et des attestations de circuler…

Depuis le 17 mars, des barrages identiques s’effectuent chaque jour, à chaque pont ceinturant les entrées de la ville de Vaulx-en-Velin...

JPEG - 109.5 ko

En majorité, c’est une population d’une origine bien particulière qui est contrôlée… ( Vérification faite par nous-mêmes) …

Sur la Place Guy Mocquet, au Mas du Taureau, un climat d’été chaud, « de contexte désolé du mois d’août », propre à la morosité, se vérifie chaque jour... Dans les rues désertées, des personnes fragiles et égarées parlent seules, des amis, des voisins se saluent sur le chemin des courses du jour sous le regard hostile des rondes de police…

JPEG - 1.9 Mo
{Photo du Mas Du Taureau (Place Guy Mocquet) à Vaul-en-Velin}

La Direction de la Sécurité Publique, assure qu’elle « compte porter une vigilance toute particulière pour faire respecter les consignes de confinement dans les quartiers »... Dès le mardi 17 mars, à l’annonce du renforcement des restrictions, plusieurs groupes jeunes sont verbalisés à Vaulx-en-Velin, dans quartier du Mas du Taureau, sans que la moindre attestation leur ait été demandée… (témoignages recueillis le 25 mars).

Les contrôles s’ajoutent à tant de calamités : stigmatisation depuis plus de trente années, contrôles au faciès, violences policières, précarité, chômage, gens des quartiers contraints à travailler pour des paies dérisoires….(jeunes ubérisés à outrance en ces temps de livraison à domicile en plein confinement ) et malgré l’épidémie, le police qui remet la répression à l’ordre du jour, qui traite sans ménagement les jeunes regroupés à trois ou quatre…

Pourtant, les consignes : masques, foulards, confinement, attestations rédigés par certains jeunes et moins jeunes… sont autant respectés à Vaulx-en-Velin que dans les quartiers huppés du centre ville de Lyon… Malgré tout, le confinement est « accentué » dans les quartiers, donnant l’impression d’une oppression supplémentaire... la surpopulation, le mal logement, la promiscuité, s’ajoutent à l’angoisse de l’enfermement, et au risque d’être verbalisé si l’on sort pour prendre l’air...

La question est le pourcentage d’amendes infligées envers la population des quartiers et celle des arrondissements du centre de Lyon. Le 17 mars, des amendes ont été infligées à plusieurs personnes au niveau de la place Gabriel Péri, dans le quartier métissé de la Guillotière …(constat par nous mêmes)

Des techniques de surveillances de la population pour la bonne application du confinement surprennent : le dimanche 29 mars, un drone survole le centre de Vaulx-en-Velin un long moment entre 6 H 30 et 7 H 00...(le Jeudi 2 Avril, entre 8 H 45 et 9 H 30 )... Le monde d’Orwell n’est pas loin... On nous rapporte le même survol sur les quartiers de RillIeux-la-Pape... Aujourd’hui, pour cause d’Urgence Sanitaire, certes, mais quelle sera le motif de surveillance d’urgence demain...

De même, le 23 mars, nous étions sur le quai Charles de Gaulle, Lyon 6e, face au parc de la tête d’Or, une patrouille de police nous a verbalisé… A proximité joggers et promeneurs, passaient sans être inquiété…Depuis le 25 mars, les patrouilles grouillent à Vaulx-en-Velin, tout véhicule circulant à partir de 23 Heures / Minuit est considéré comme suspect et systématiquement contrôlé...Pendant l’état d’urgence sanitaire, les pratiques policières dans les quartiers se révèlent n’ont seulement inchangées, mais force est de constater qu’il a donné tout pouvoir aux forces de l’ordre pour des contrôles abusifs et discriminatoires, envers une population « déjà confinée » depuis des décennies dans leur quartiers...

PS : Le mercredi 15 avril, une opération "coup de poing" a été opérée dans différents quartiers de Vaulx-en-Velin, avec drones à l’appui entre 16 H 30 et 18 H...Volonté de maintenir la pression sur une population "spécifique", autant qu’une opération de communication des services se vantant d’avoir effectués 530 contrôles et verbalisés 37 personnes circulant à pied ou en véhicule....

Association des Victimes des Crimes Sécuritaires (basée à Vaulx-en-Velin)

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Pour un 17 octobre de luttes : toutes et tous dans la rue à Lyon

Ce 17 octobre, sonne comme particulier cette année. Pour célébrer la mémoire des 60ans du massacre des Algériens à Paris et en mémoire de celles et ceux qui meurent chaque année par milliers sur les routes de la migration, une marche de sans-papiers aboutissant à une grande manifestation a lieu à Paris....

› Tous les articles "Covid-19"