Vous en avez marre des conspirationnistes qui voient des lézards géants partout ? Et en même temps vous ne supportez plus la petite musique des médias qui traitent de "complotiste" chaque personne qui remet en question l’ordre établi ?
Pour nourrir la réflexion des mouvements sociaux anti-capitalistes et aborder la question en finesse, nous avons posé quelques questions à Matthieu Amiech, auteur du livre « L’industrie du complotisme. Réseaux sociaux, mensonges d’État et guerre au vivant ».

Ruptures : Pendant le mouvement des Gilets jaunes comme pendant le pass sanitaire, on a beaucoup entendu dans les médias le terme de « complotistes » pour qualifier les manifestants. Est-ce que l’utilisation de ce mot est quelque chose de nouveau ?

Matthieu Amiech : Le complotisme, c’est-à-dire la tendance à voir des complots partout, en surestimant le pouvoir des hommes d’État et de leurs polices, existe de longue date. Les tentatives de discréditer les pensées critiques de la domination en les réduisant à des « théories du complot » sont également anciennes. Mais au fil des années 2010, le qualificatif de « complotiste » est devenu une arme de neutralisation massive et quasi-permanente, dans la bouche des gouvernants et de leurs relais médiatiques. Donc, oui, l’usage de ce terme en rafale, pour disqualifier la critique des puissants et désamorcer la discussion publique sur les stratégies de domination, est relativement nouveau.

Que s’agit-il de neutraliser ? La conscience de la gravité des choix faits par les industriels et les élus, quand ils favorisent quotidiennement la poursuite du développement économique en faisant fi de ses conséquences sur la santé des populations – ouvriers, riverains des usines, consommateurs… – et sur le milieu naturel. Et la conscience que ces choix sont, parfois, faits en pleine conscience, ou alors dans une confusion mentale qui n’est pas excusable.

Il s’agit aussi de neutraliser la conscience des clivages sociaux et économiques vertigineux, qui se sont réinstallés dans les pays occidentaux (et qui n’avaient jamais disparu entre pays du Nord et pays du Sud). L’anti-complotisme est largement une stratégie de gouvernement du débat public visant la négation ou l’euphémisation des rapports de classe et de leur violence aujourd’hui, dans les sociétés industrielles « avancées ». Le traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes en est l’illustration, il se focalisait sur telle ou telle théorie fumeuse circulant en son sein, pour occulter les vérités politiques essentielles dont le mouvement était porteur : le basculement d’une partie de la population dans la pauvreté, l’absence de démocratie, ou encore les menaces sur les libertés civiles.

Ruptures : Il est vrai qu’un grand nombre de participants à ces mouvements adhéraient à des théories selon lesquelles « on » nous cacherait la vérité et « on » nous manipulerait. La tournure d’esprit complotiste n’est-elle pas une réalité ?

Matthieu Amiech : Non seulement la tournure d’esprit complotiste existe, mais elle tend à se répandre à notre époque, notamment par la magie d’Internet et des réseaux sociaux. Il est établi que le fonctionnement des algorithmes de Facebook ou Youtube enferme leurs usagers dans des « couloirs d’opinion » : à partir du moment où je me suis intéressé à tel sujet, où j’ai regardé tel témoignage ou reportage en ligne, la machine va me proposer essentiellement d’autres notifications ou vidéos qui vont dans le même sens, voire… un peu (beaucoup) plus loin. L’importance d’Internet dans les modalités d’information et de mobilisation, pour les participants aux mouvements que vous citez, favorise donc mécaniquement la tournure d’esprit complotiste.

Dans mon livre, je parle d’une montée diffuse de la paranoïa dans la lecture de l’actualité par des franges croissantes de l’opinion ces dernières années. Paranoïa vis-à-vis de la manière dont les grands médias présentent les enjeux (géo)politiques, économiques et écologiques. Cette paranoïa me semble à la fois légitime en général, et mal placée dans de nombreux cas particuliers. Il est sain de se méfier de l’impérialisme atlantiste, quand on sait ce dont ont déjà été capables les dirigeants américains ; mais il est dommageable que cette méfiance amène certains à relayer des éléments importants de la propagande alter-impérialiste de Poutine. Il est logique de se défier de « vaccins » anti-Covid fabriqués à la hâte par des industriels déjà mis en cause pour des mensonges sur les effets de leurs produits, et de refuser en premier lieu que les enfants se le fassent inoculer alors qu’ils sont globalement indemnes des formes graves de la maladie ; il est moins heureux de se mettre à imprimer des affiches annonçant qu’un génocide d’enfants est en cours, en singeant la propagande terrifiante des médias sur les risques du Covid-19. Il est juste de dénoncer l’asservissement du Parti démocrate (et des partis de gauche européens) aux puissances d’argent et au complexe militaro-industriel ; il est hasardeux et malsain de dénoncer bruyamment l’implication de leurs têtes d’affiche dans un prétendu complot pédo-sataniste, comme QAnon. Etc.

Mais faut-il s’étonner, après 40 ans de dépolitisation et de repli individualiste soigneusement entretenus, de trouver des capacités d’analyse amoindries, dans tout ou partie des populations occidentales ? Faut-il s’étonner que la coupure profonde d’avec la réalité induite par l’immersion numérique de centaines de millions de personnes conduise à des délires, en tous cas à un rapport hystérique avec la réalité – ceci aussi bien chez un salarié blanc ultra-précaire des États américains de l’intérieur acquis à Trump, chez un jeune islamiste des faubourgs de Bruxelles ou Djakarta, chez une Européenne issu d’une famille de droite aisée ou chez un(e) sociologue intersectionnel(le) passant ses journées à envoyer des tweets vindicatifs, de Berlin ou Mexico ? Je ne crois pas qu’on puisse s’en étonner complètement.

La suite à lire sur : https://collectifruptures.wordpress.com/2023/07/11/lindustrie-du-complotisme-entretien-avec-matt

P.-S.

Entretien publié dans le douzième numéro du journal La nouvelle vague.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 29 juillet 2023 à 11:16, par vive la revo

    Ajoutons à mon dernier commentaire que contrairement à ce que les complotistes affirment (et qui n’est pas du tout critiqué ici) le complot est une conséquence du fonctionnement du système et non une cause, c’est ce qui rend contre-productive la focalisation sur cet aspect. Et ça signifie que le complot est un signe de faiblesse et non un signe de force et d’hégémonie. La conspiration devient une nécessité pour faire passer une décision qu’on ne peut pas éviter (donc conséquence du fait que le système nous pousse à cette décision) à partir du moment où nous n’avons pas l’autorité suffisante pour la prendre au vu et au su de tous.

  • Le 29 juillet 2023 à 11:11, par Vive la revo

    Encore un article qui minimise le complotisme. Ce que fait déjà l’extrême-gauche depuis 10 ans par populisme et pour justifier son incapacité à lutter contre ce phénomène.
    Manifestement l’auteur interrogé ne comprends pas que le complotisme est le raisonnement de base du fascisme et n’a donc rien à faire avec les milieux révolutionnaires. D’ailleurs il reprend l’antienne selon laquelle le complotisme serait le fruit des méchants dirigeants qui ont laissé le peuple se dépolitiser, l’ont rendu individualiste, etc... Nonobstant que ce sont des personnes diplômées qui sont le plus complotistes.
    Il y a peut-être un peu de vrai, en particulier dans l’effet de l’individualisme et surtout dans celui des réseaux sociaux, toutefois le complotisme est surtout et avant tout le résultat de l’enrichissement de la population. Loin des grandes tirades misérabilistes dont toute une partie de l’extrême gauche se fait l’écho, la France est un pays avec un très bon niveau de vie où les prolétaires ont largement accès à la consommation ce qui leur permet de cultiver des rêves de petits-bourgeois (en particulier l’accès à la propriété d’une maison avec jardin, d’une voiture individuelle, au statut d’entrepreneur, etc...).

    Et c’est bien POUR garder ce niveau de vie et ces rêves que le complotisme existe. Comment épargner la propriété qu’on souhaite acquérir tout en se révoltant contre nos difficultés à y accéder ? En dénonçant une élite organisée qui nous mettrait des bâtons dans les roues. Le complotisme est une idéologie d’abord au service de ses ambitions personnelles de réussite. Et lorsqu’elle sert à organiser un mouvement, elle devient une idéologie littéralement fasciste.
    Tant que ça ne sera pas compris on (et en particulier le mouvement antifasciste) sera à la ramasse, à la remorque de l’histoire.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Gilets Jaunes » :

>🟡 La France en Jaune - 18/11 à 14h place Bellecour

Les 17 et 18 novembre, pour la 5e fois de leur existence, les groupes Gilets Jaunes de toute la France appellent l’ensemble des colères à se refédérer (sans étiquette partisane) contre le pouvoir libéral, répressif, écocidaire et fasciste qui nous opprime toutes et tous, avec ou sans gilet. A...

>L’industrie du complotisme

Vous en avez marre des conspirationnistes qui voient des lézards géants partout ? Et en même temps vous ne supportez plus la petite musique des médias qui traitent de "complotiste" chaque personne qui remet en question l’ordre établi ? Pour nourrir la réflexion des mouvements sociaux...

› Tous les articles "Gilets Jaunes"

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Pourquoi la presse financière fait-elle mieux que la gauche sur le COVID ?

Alors que l’année 2022 - celle de « la fin de la pandémie » - se termine sur une une cinquième vague de COVID-19 en un an, transposer les questionnements de cet article américain au contexte francophone ne rencontrera aucune difficulté tant le silence complice des journaux et revues de gauche sur...

› Tous les articles "Covid-19"

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>Peña : Visages d’Amérique Latine

Soirée de soutien au Programme de Radio Canut, « Visages d’Amérique Latine ». Samedi 13 avril, à partir de 18h00, à L’Ateliers des Canulars (91 rue Montesquieu, Lyon 7) Entrée libre

› Tous les articles "Médias"

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

>Coco, ou « l’humour » au service du racisme

On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui, comme disait Desproges. « L’humour » de Coco ne nous fait pas rire, mais nous donne envie de dégueuler. Que ce soit à Charlie ou à Libé, sa haine des musulman-e-s a beau se cacher derrière la « liberté d’expression », elle n’en reste pas moins sa...

>Forum de l’écologie intégrale : quand les fachos font du jardinage

Le samedi 9 mars, les fascistes de Lyon Populaire ont voulu organiser un « Forum de l’écologie intégrale », auquel il était possible d’y assister pour la modique somme de 15€. Mais qui sont ces personnes ? Et surtout, comment s’approprient iels le combat pour l’écologie en lui donnant une...

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"

Derniers articles de la thématique « Écologie / Anti-productivisme » :

>32 ans Friche des Chats Libres de Saint-Bernard

Les chats-libres et leurs ami·es vous invitent à la fête d’anniversaire de la friche Saint-Bernard ! Ouverte au public le temps d’une après-midi, retrouvez une exposition biographique in situ présentant les “preuves de vies” de cet espace en libre évolution !

>Conférence Stop barrage Rhonergia mardi 16 avril

📣 Viens rencontrer le Collectif STOP Barrage Rhônergia lors d’une conférence pour s’informer et échanger autour du projet de barrage sur le dernier tronçon encore sauvage du Rhône en aval de la centrale nucléaire du Bugey.

› Tous les articles "Écologie / Anti-productivisme"