La clinique de l’Union à Vaulx-en-Velin est réquisitionnée depuis le 31 août : appel à soutien

5953 visites

Alors que des centaines de personnes dorment toujours à la rue, la Préfecture et la Métropole poursuivent leur politique systématique d’expulsion de lieux occupés : Exilé-es, exploité-es, précaires, mineurs isolé-es, ils/elles nous jettent à la rue, prenons leur propriété.

  • Contrôle et arrestations

    Contrôle des habitants qui descendent, tout le monde n’est pas libéré. Des camions de keufs partent, sans que l’on sache s’ils ont emmené des gens dedans.

  • Après plus de 4h à résister sur le toit, la police déloge à coups de matraque les derniers habitants

    les flics ont fini par monter sur le toit à coups de matraque où les camarades étaient retranchés. Ils ont frappé pour faire descendre tout le monde, certains se sont laissés tomber pour éviter les coups et se sont pris des coups une fois descendus. Ils les gardent encore sur le toit à l’heure actuelle. On pense qu’il y a des blessés.

  • des matelas anti-chute ont été disposés au pied du bâtiment...

    des matelas anti-chute ont été disposés au pied du bâtiment, 15m en dessous des habitants résistent encore... les flics semblent donc déter à mettre des vies en danger.

  • tentative d’expulsion en cour, 40 personnes refugiées sur le toit. Appel à soutien

    les habitants, contraints par les force de l’ordre, se sont réfugiés sur le plus haut toit du bâtiment. Les flics essayent sans succès de les déloger en dépit du danger que cela fait courir à la quarantaine de personnes bloquées sur ce toit. Plus d’une centaine de personnes sont réunies dans les rues adjacentes pour soutenir les habitants, après que les flics les aient virer violemment(coups de tonfa, gazages etc) de devant le bâtiment. La détermination des soutien comme des habitants est intacte. On vit ici on reste ici !

    JPEG - 146.3 ko

Alors que des centaines de personnes dorment toujours à la rue, la Préfecture et la Métropole poursuivent leur politique systématique d’expulsion de lieux occupés.

Pour répondre nous n’avons pas d’autres choix que de réquisitionner de nouveaux bâtiments vides pour enrayer les politiques racistes et antisociales.

C’est pourquoi nous occupons depuis le samedi 31 août l’ancienne clinique de l’Union au 43 rue Louis Duclos à Vaulx-en-Velin

JPEG - 2.9 Mo

Exilé-es, exploité-es, précaires, mineurs isolé-es, ils/elles nous jettent à la rue, prenons leur propriété.

Les collectifs lyonnais de soutien aux sans papier

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

>Soutien à la famille MATA

Deux enfants scolarisés à l’école Gilbert Dru de la Guillotière vont peut-être se retrouver sans papa !

>La technopolice aux frontières

Comment le business de la sécurité et de la surveillance au sein de l’Union européenne, en plus de bafouer des droits fondamentaux, utilise les personnes exilées comme laboratoire de recherche, et ce sur des fonds publics européens.

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>Appel à soutien : non à l’expulsion du Maria en plein hiver

Malgré les promesses de la Métropole de « 0 remises à la rue », son bailleur public Grand Lyon Habitat demande une expulsion sans délai et sans respect de la trêve hivernale pour les habitant·e·s du squat le Maria Carré. Plusieurs dizaines de personnes, dont de nombreuses familles avec enfants, risquent de...

>C’est l’histoire de gens qui cherchent une maison.

L’offensive anti-squat aura finalement réussi à Toulouse, une milice de nervis proto-fascistes a fini par se monter pour déloger les habitant⋅e⋅s. Ce texte revient sur toute cette affaire et notamment sur le rôle de Bassem, personnage de sinistre réputation à...

› Tous les articles "Logement / Squat"