La mobilisation paie : les agents grévistes de Primark Lyon ont retrouvé leur patron et mis fin au vol de salaires

953 visites
1 complément

Suite à l’action du mercredi 20 mars à la Part Dieu, victoire pour les travailleur.euses de Primark : paiement des heures travaillées, remboursement des transports, nouvelle organisation des plannings : Le blocage de Primark paie !

Ce mercredi 20 mars, à 10h30, les clients du centre commercial de la Part Dieu n’ont pas pu entrer dans le célèbre magasin Primark : une soixantaine d’agents sous-traités et de militants ont bloqué l’accès pendant près d’une heure trente en scandant Primark sous-traite, Protectim maltraite ! Ils n’ont rien lâché jusqu’à être reçu par les responsables descendus spécialement de Paris pour négocier.

La victoire en vidéo sur la page Facebook : UNITI - Union des travailleurs isolés - LYON

« Avec UNITI et tous ensemble on a réussi à négocier tout ce qu’on voulait nous, parce que ça n’allait plus du tout à Protectim » Déclare Thierry, soulagé, après huit heures de négociations. Depuis septembre 2018, les employés de la société Protectim, à laquelle Primark sous-traite la sécurité, ont vu leurs conditions de travail et de traitement se dégrader gravement. Heures de travail non payées, non-respect du repos quotidien et hebdomadaire, non remboursement des transports, affectation d’agents sur des sites inexistants, insultes…

PNG - 1 Mo

Syndiqués à UNITI, l’Union des travailleurs Isolés, les salariés excédés ont décidé de mettre fin à ces abus. Ce mercredi matin ils.elles étaient 15 grévistes, soutenus par plus d’une quarantaine de militants d’Action Non Violente, Alternatiba, des Gilets Jaunes, des étudiants UNEF et de Sup’écolidaire,… Tous.tes à la recherche de M. Hellou, responsable de l’Agence de Protectim Lyon. Bloquant l’accès au magasin Primark, ils sont venus chercher auprès de son principal client un responsable de la société de sécurité. « Sur nos fiches de paie, des heures manquent. Le délai de 12 h entre deux missions n’est pas respecté, on finit à 23 h 30 et on recommence à 6 heures », soupire Abdelmajid, qui poursuit : « le planning change sans cesse, et nous sommes prévenus à la dernière minute, je n’arrive plus à organiser ma vie de famille et à me rendre aux rendez-vous médicaux dont ma petite fille a besoin ». « Il n’y a aucune discussion possible, on nous ignore », déplore son collègue Zaïr. « Lorsque la direction veut se séparer de quelqu’un, elle l’envoie sur des lieux tellement éloignés de son domicile, qu’il fait des journées de 6 h à 22 h avant de finir par craquer ».

PNG - 1004.5 ko

Après une heure de blocage total du magasin, c’est finalement la DRH et le directeur adjoint du groupe, tous deux venus de Paris pour recevoir les portes parole des agents en grève.
Après 8h de négociations éprouvantes, l’entreprise s’engage à :
• Paiement rétroactif de toutes les heures travaillées non payées
• Remboursement des transports domicile-travail
• Limite du temps de trajet domicile-travail
• Limite du nombre de plannings donnés et envoi 48h à l’avance

D’autres demandes, augmentation de la prime de panier notamment, n’ont pas obtenu de réponses définitives. Nous avons été invités à participer au Cannut info, nous en discuterons sur les ondes de Radio Cannut (102.2FM) ce lundi à partir de 19H.

Les salariés se réuniront dans les prochaines semaines pour décider de la suite du mouvement.
Une action du même type pourrait également être organisée par les livreurs de Cogepart syndiqués à Solidaires, sous-traitant du groupe Carrefour, en grève depuis 8 jours et venus soutenir ce 20 mars les grévistes de Protectim.
Merci à tous pour votre soutien et bravo à tous.tes les grévistes !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 25 mars à 17:17, par

    Bien ! Super qu’ils et elles aient gagné.

    Et aussi, j’ai beaucoup aimé que quelqu’un nous en informe. Je suis souvent frustré que sur Rebellyon, passent trop souvent des appels à des luttes mais que personne ne pense pas à nous donner des infos sur les suites, que ce soit une réussite, un échec ou un résultat « mi-chèvre mi-chou »...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

› Tous les articles "Salariat - précariat"