La société PROTECTIM reconnue coupable lors du procès organisé par ses salariés

1080 visites

Mercredi 19 juin, les agents de Sécurité de la société Protectim, sous-traitant national de Carrefour, Primark, Auchan.. ont quitté leurs postes dans différents magasins de la ville pour dénoncer les nombreuses entorses au droit du travail dont ils sont victimes. Ils ont organis le procès de leur employeur devant les portes de son principal client, CarrefourAprès plusieurs mois de luttes, Protectim perd les 12 Carrefours dont il avait en charge la sécurité, et les salariés grévistes qui le souhaitent seront transférés vers une nouvelle entreprise.

Ce mercredi 19 juin, au matin, deux rangées de salariés grévistes et militants ont accueilli les clients du magasin Carrefour du centre commercial Confluence (voir la vidéo France 3). Ils ont mis en scène l’ouverture du procès de leur employeur en distribuant aux clients les articles du Code du Travail qui ne sont pas respectés dans leur entreprise. « Protectim coupable, Carrefour complice ! » peut-on lire sur une banderole pendant qu’une pétition récoltait les signatures des clients entrant dans le magasin. En tenue de juge, un militant encourage les agents de sécurité et les appelle à la barre pour témoigner des abus qu’ils subissent :

« On travaille 6 jours sur 7, 12h d’affilée, et les plannings changent constamment. Je n’en peux plus. Depuis septembre, j’ai plus de 150 heures de travail non payées… »

témoigne un salarié.

JPEG - 366.8 ko

Les conditions de travail ne cessent de se dégrader depuis septembre 2018 au sein de la société PROTECTIM, au chiffre d’affaires de plus de 60 millions d’euros et à laquelle Carrefour sous-traite la sécurité d’une douzaine de magasins dans le secteur Grand Lyon. Primark, Auchan ainsi que plusieurs dizaines de magasins partout en France font appel à leurs services sans se soucier de ce choix assumé pour le moins disant social.

JPEG - 808 ko

Organisé en collectif de travailleurs au sein d’ UNITI, l’Union des travailleurs Isolés, les salariés excédés avaient déjà organisé une grève le 20 Mars dernier devant Primark, un autre client de la société Protectim (vidéo). Suite à cette action, ils avaient obtenu des négociations avec leur direction et la signature d’un accord avec leur employeur prenant les premiers engagements.

Cependant, après cette première négociation, de nombreuses promesses n’ont pas été tenues.. Deux mois plus tard, les salariées demandent donc de nouvelles négociations alors que plusieurs procès aux prud’hommes se dessinent sous le joug de la répression.

JPEG - 858.7 ko

« Aucun des engagements pris par la direction n’a été [pleinement, Ndlr] tenu à ce jour, ce ne sont que de fausses promesses. On nous a dit d’envoyer nos réclamations à la DRH pour nos heures impayées, mais on ne nous a jamais répondu ni remboursé. Et pour finir une partie des participants de la grève de Primark sont victimes de répression, ils nous envoient sur des sites de travail à des dizaines de kilomètres de chez nous pour nous pousser à la démission ! »

dénonce une salariée.

Face à ces pratiques, les salariés ont décidé d’interpeller le groupe Carrefour afin qu’ils assument leurs responsabilités de donneurs d’ordre. C’est donc chose faite : Carrefour a annoncé la semaine dernière le non-renouvellement de ces contrat avec Protectim. L’enseigne change de prestataire de sécurité pour l’ensemble de ces sites lyonnais en gardant la plupart des employés et leur proposant un nouveau contrat de travail. Une perte sèche de plusieurs millions d’euros pour Protectim et la promesse de meilleures conditions de travail pour les salariées impliquées.

Grâce à vous, salariés courageux et déterminés, divers militants ayant participé aux actions (Alternatiba, Gilets Jaunes, UNEF…), nous rappelons pacifiquement, et efficacement, l’importance de notre attachement collectif au respect du code du Travail et à la dignité des travailleurs.

P.-S.

Participez aux prochaines actions en nous suivant sur les réseaux sociaux : https://uniti-lyon.org

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Salariat - précariat » :

>Grève générale : Suivi de la journée du jeudi 12 décembre

Après le discours d’Edouard Phillippe, Premier ministre, mercredi 11 décembre, le doute n’est plus permis : le gouvernement entend passer en force. Seule la grève générale et la consolidation de solidarités fortes peuvent amener au retrait d’une loi mortifère pour tou⋅tes, et poser les bases d’une société...

› Tous les articles "Salariat - précariat"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

>Le 11 décembre 1978 : Baroud d’honneur à Longwy et Denain

Au mois de décembre 78, le groupe Usinor veut supprimer 21.750 emplois dans les bassins de Longwy et Denain. Dans le Nord et en Lorraine, où l’on est sidérurgiste de père en fils, le gouvernement présente cette décision comme le « plan de sauvetage de l’acier ». En réaction la population se mobilise...

 C’est la grève. Enfin on respire ! »

Paru le 10 juin 1936 sous le titre « La vie et la grève des ouvrières métallos », cet article de Simone Weil [1] publié dans la revue syndicaliste La Révolution prolétarienne présente la grève comme « une joie pure, une joie sans mélange », en revenant sur ses causes et son...

› Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"