Le 23 novembre manifestation contre les violences faites aux femmes

5595 visites

Le collectif Droits des Femmes organise une manifestation le samedi 23 novembre à 14h place Bellecour dans le cadre du 25 novembre, journée internationale contre l’élimination des violences faites aux femmes.

Suivi: 6 mises à jour. La plus récente en premier | la plus ancienne en premier
  • 8000 personnes ont manifesté contre les violences faites aux femmes.

     

  • « Sororité ensemble pour lutter », la tête de la manif arrive à Bellecour

    La manif vient d’arriver à Bellecour et les participant⋅e⋅s font une chorégraphie sur Wanabee

    JPEG - 1.4 Mo
    JPEG - 318.9 ko
    JPEG - 1.2 Mo
  • Le cortège repart sur les quais de Saône aux cris de « Siamo tutti anti-fascisti »

    JPEG - 1.5 Mo

    On peut entendre dans le cortège :
    « Polanski partout justice nulle part »

    « Musulmane agressé : violence d’état, sans papiers expulsé⋅e : violence d’état, solidarité avec les femmes du monde entier »

    « Clients pénalisés,putes assassinées »

  • Beaucoup de monde dans le cortège, des prises de paroles ont lieu devant le tribunal des 24 colonnes

    Après avoir listé tous les féminicides dans un silence de plomb, la prise de parole se conclu par :
    « Nous exigeons ce que la démocratie nous doit : l’égalité »

    JPEG - 1.4 Mo
    JPEG - 1.1 Mo
    JPEG - 1.7 Mo
  • Des gilets jaunes ont rejoint le cortège, qui traverse le pont vers Saint Jean

    JPEG - 1.6 Mo

    La manif de plusieurs milliers de personnes chantent :
    « violeur, agresseur, tueur, a vous d’avoir peur »
    « sososo solidarité avec les femmes du monde entier »
    « si tu pose ta main sur moi, je te pète la main et le bras, je ne crains pas les machiste ni les mecs relous sexistes »

    JPEG - 2 Mo
    JPEG - 1.6 Mo

    Une centaine de personnes est regroupée dans le cortège non mixte et chante devant les flics qui bloquent la rue Gasparin :
    « nous sommes fortes,, nous sommes fières et féministe et radicale et en colère »
    « tout le monde déteste la police »
    « Y en a assez assez assez de cette société qui ne respecte pas les trans, les gouines et les pds »

  • « Gouvernement sexiste, Collomb complice » : Collomb s’est fait virer de la manif

    Alors que Gérard Collomb tentait de faire la récupération politique en vue des municipales les participantes de la manifestation le font sortir du cortège sous les slogans

Nous sommes des millions de femmes à avoir subi et à subir encore des violences sexistes et sexuelles qui nous pourrissent la vie. Ces violences ne sont pas un hasard, elles sont issues du patriarcat qui est un système inégalitaire fondé sur un rapport de domination des hommes sur les femmes.
Nous sommes des millions à avoir été victimes et avoir vu ces violences abîmer nos amies, nos sœurs, nos voisines, nos amoureuses, nos mères, nos enfants ou nos collègues.

Dans l’espace public, à la maison, au travail, nous exigeons de vivre libres : ni sifflement, ni injure, ni menace, ni harcèlement, ni persécution, ni agression, ni coups, ni exploitation de nos corps, ni mutilation, ni viol, ni meurtre.
Nous dénonçons tout acte, parole, comportement qui porte atteinte à l’intégrité psychique et corporelle.
En tant que femmes, ces violences s’imbriquent et se cumulent pour certaines en raison de leur situation de handicap, de vulnérabilité, de leur âge, de leur origine sociale, de leur statut de migrantes, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur transidentité ou parce qu’elles sont racisées.

Les enfants sont aussi victimes de ces violences : co-victimes des violences conjugales, viols intra-familiaux, agressions sexuelles, prostitution infantile, pédo-pornographie...
Nous exigeons que les enfants soient protégé.e.s de ces violences.

L’ampleur des violences commises par les hommes sur les femmes doit cesser d’être ignorée.
La parole des victimes doit être entendue et crue. Stop à l’impunité des agresseurs. La solidarité avec les victimes doit être renforcée, des mesures réellement appliquées, des moyens (humains, financiers…) octroyés pour que cela change vraiment. Des actions de prévention dans les établissements scolaires doivent être mises en place pour travailler sur les stéréotypes de genre et l’égalité femme/homme.

Le Grenelle contre les violences doit être à la hauteur et répondre à l’ampleur du phénomène de
violences que subissent les femmes. On estime à 3,6 milliards d’euros l’enveloppe financière nécessaire pour lutter efficacement contre les violences faites aux femmes. Nous serons vigilant.e.s et mobilisé.e.s pour que ce Grenelle ne reste pas un outil de communication !

  • 25% des femmes âgées de 20 à 69 ans déclarent avoir subi au moins une forme de violence dans l’espace public au cours des 12 derniers mois (soit environ 5 millions de femmes victimes chaque année).
  • 1 femme employée sur 5 à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle
  • 25 enfants tué.e.s dans le cadre de violences au sein du couple parental en 2016. 38 enfants étaient présents sur la scène du féminicide ou au domicile et 88 enfants sont devenus orphelin.e.s suite aux féminicides au sein du couple.
  • 2 jours : c’est la fréquence à laquelle une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex compagnon en moyenne par an. Au 14/10, nous en sommes à 133 féminicides depuis janvier
  • 225 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences conjugales (physiques et/ou
    sexuelles) chaque année.
    - 16 % des femmes ont subi un viol, une tentative de viol ou une agression sexuelle au moins une fois dans leur vie, dans plus de 60% des cas quand elles étaient mineures.
    - 9% déclarent avoir été victimes d’inceste.
    - 96% des personnes condamnées pour violences sur leur partenaire ou ex sont
    des hommes.

Il n’existe pas de profils types d’auteurs de violences ! Les violences contre les femmes sont commises majoritairement par des hommes de toutes professions, origines, classes sociales.
Les violences envers les femmes ne sont ni accidentelles, ni isolées, mais un PHÉNOMÈNE SOCIAL aux conséquences sanitaires, économiques et sociales graves.

Le 23 novembre 2019
À 14h place Bellecour
Code couleur violet et/ou blanc

Happening des femmes en blanc de Filactions à 14h

Départ de la manifestation à 15h

Présence d’interprètes en langue des signes

PNG - 245.1 ko
PNG - 238 ko

P.-S.

A l’appel du Collectif Droits des Femmes
Liste des signataires : Planning Familial 69, Filactions, OLF 69, Collectif Metoo
Lyon, Cabiria,Fédération du Rhône de la Ligue des Droits de l’Homme, Lesbian and
Gay Pride de Lyon, Frisse, UD CGT 69, Solidaires 69, Solidaires Étudiant-e-s, Sud
Éducation 69, Sud Santé Sociaux, FSU 69, CFDT LYON Rhône, Ensemble, Groupe Graine d’Anar de la
Fédération Anarchiste, NPA, PS du Rhône, Union Communiste Libertaire, Parti de
Gauche, PCF

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"

Derniers articles de la thématique « Discriminations » :

>DIMINA ! Seule-en-scène par Fatou le 15 décembre à 16h

Dans la langue Soninké, il existe un terme : Dimina. Ce terme n’a pas d’équivalence en France. C’est ce qui ronge de l’intérieur à force de colères et de fatigues. Quelles sont nos préoccupations en tant que noire dans un pays où le racisme va bon train ...

› Tous les articles "Discriminations"