Le 7 septembre, ne battons pas en retraite, préparons la grève générale reconductible

1760 visites
4 compléments

RETRAITES, Fonction publique, licenciements massifs, dérives sécuritaires, stagnation des salaires, chômage partiel, précarité galopante… combien de mots encore pour qualifier l’impasse sociale dans laquelle nous plonge le capitalisme ?

L’UD CNT 69 appelle à la grève et à rejoindre la manifestation

Le mardi 07 septembre 2010 à 10:30

à la Manufacture des Tabacs, Lyon
Le RDV à la manif pour le cortège CNT se fera à la sortie de métro « sans- souci »

RETRAITES, FONCTION PUBLIQUE, licenciements massifs, dérives sécuritaires, stagnation des salaires, chômage partiel, précarité galopante… combien de mots encore pour qualifier l’impasse sociale dans laquelle nous plonge le capitalisme ? La crise devait tout changer et rien n’a bougé. Étonnant ? Pas vraiment, car quand le patronat et l’État défendent leurs intérêts, la croissance des profits et la continuation de leur domination économique, politique et sociale, ils ne font pas dans l’humanisme.

La belle crise que voilà… Pourtant, la crise financière n’a pas fait mal à tous, elle sert plutôt de prétexte pour accentuer la pression sur les droits sociaux. Les salariés l’ont vécu de plein fouet, mais les patrons, dirigeants politiques et autres gestionnaires du système capitaliste ne s’en portent que mieux.
Après les larmes de crocodile versées sur le risque d’effondrement et de faillite du système financier mondial, est venu le temps de l’appel aux sacrifices… pour les travailleurs. Jusqu’à expliquer que franchement, non, ce n’est plus possible de continuer comme avant, il faut réguler.
Et plutôt que faire rendre gorge aux infâmes traders et spéculateurs, on réduit les dépenses publiques, on gèle les salaires, on procède à des licenciements économiques de masse, on précarise et on réforme les retraites. Étrange raccourci non ?

Tais-toi et marche ! Et pour parfaire le tout, rien de mieux que de mettre au pas ceux qui osent contester. Le plus simple, c’est de prendre le mal à la racine et d’entraver ce qui fait la force des travailleurs : le syndicat.
Depuis plusieurs mois, la CNT doit faire face à une vague de répression violente, entre contestations de ses créations de sections syndicales (Baud et Sévelnord par exemple), licenciements massifs de ses nouveaux syndiqués (People and Baby) et tentative de déstabilisation de ses sections déjà très bien implantées (Cinémathèque). Tout comme ce fût le cas aussi pour les travailleurs de Continental, Total, Caterpillar, Sony, 3M, Phillips-EGP Dreux, Brodard Graphique, et de bien d’autres encore.

Leur logique et la nôtre Quelques évidences subsistent : notamment que les richesses n’ont pas disparu, mais qu’elles sont juste toujours plus concentrées entre les mains d’une minorité.

De même que les prétendus déficits publics sont créés de toutes pièces : gel des cotisations patronales, exonérations massives de cotisations sur les bas salaires, généralisation des mécanismes d’intéressement (stock-options, épargne salariale, actionnariat d’entreprise, participation, primes diverses), tous exonérés de cotisations, dettes de l’État vis-à-vis des régimes sociaux, politique de bas salaires et donc de faibles cotisations et médiocres contributions au financement des régimes sociaux, chômage de masse et donc perte de cotisations, fraude massive des entreprises, placements financiers soumis à aucune cotisation sociale, etc.

Combien de dizaines de milliards d’euros au final pour un prétendu déficit de quelque 30 milliards ? Et on voudrait nous faire croire qu’avec le non-remplacement d’un fonctionnaire à la retraite sur deux et le report de l’âge de la retraite, on va arranger les choses.

Mais en toute logique, si certains travaillent plus vieux, les jeunes seront au chômage, et si on supprime des emplois dans la fonction publique, le chômage va encore augmenter… Réduire les déficits en augmentant le chômage, en voilà une belle idée. La seule force des travailleurs c’est leur nombre et leur capacité à bloquer la production des richesses qui font les jours heureux et les yachts classieux du patronat.

Plutôt que perdre quelques demi-journées de salaire tous les deux ou trois mois pour ne rien obtenir, ne vaudrait-il pas mieux tout arrêter quelques jours ? D’autres l’ont fait avant nous, lors des grèves de 1936 par exemple, personne ne s’en plaint aujourd’hui, surtout pendant ses congés payés. Reconstruisons un syndicalisme intransigeant, qui oppose la solidarité des travailleurs à la violence patronale, qui privilégie la mainmise des salariés sur leurs luttes plutôt que de déléguer leur voix à quelques permanents éloignés des réalités du monde du travail ! Le capitalisme n’est pas la fin de l’histoire.

Pour un syndicalisme de classe et d’émancipation sociale, ne battons pas en retraite, grève générale ! Pour la justice sociale !

Il n’ y a rien à négocier ! Abrogation immédiate de toutes les contre-réformes depuis 1993 !

- Âge du départ à la retraite à taux plein à 60 ans et 55 ans pour les salariés ayant effectué des travaux pénibles !
- Retour aux 37,5 annuités ! (Public/Privé)
- Indexation des pensions sur les salaires !
- Garantie d’un taux de remplacement de 75% du salaire brut (calcul sur la base des 6 meilleurs mois) !
- Pas de pension inférieure au SMIC !
- Refus des retraites par capitalisation
- Exclusion du patronat des instances de gestion des organismes de solidarité et gestion par les salariés eux-mêmes.

Plus d’infos sur : cnt69

Documents associés à l'article :

mardi 7 septembre 2010

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 12 septembre 2010 à 19:03, par stef

    salut,

    je capte pas trop ttes vos infos sur diverses luttes, lyonnaise ou autres.

    ok, c’est bien de relayer, mais vu l’ampleur de la mobilasation anti projet de retraite, ne serait- il pas mieux d’alimenter la « popularité » et la « nécessité » de la grève générale plutot que de se disperser.
    bien sur, il y a peu de chances d’y parvenir, mais en écoutant la population, je crois qu’il a plus d’ouverture que d’habitude, alors pourqu’oi ne pas en parler et faire pressions sur les syndics majoritaires, presse, collectif...etc

    merci pour le site,

    amitiés libertaires, stef

  • Le 8 septembre 2010 à 18:04, par targazh

    qcq photos et vidéos du cortège CNT www.cnt69.org

  • Le 8 septembre 2010 à 10:43, par la fp

    Je propose de préparer une grève générale innovante dite flash et progressive.

    Cela consiste en le fait de choisir un jour de la semaine, par exemple le mercredi, une heure précise disons 11h55 et procéder à une grève générale dite flash. C’est à dire qu’on arrête tout : voiture, téléphone, tv, boulot, radio, une sorte de blackout flash pour contrer le bruit des bottes et du reste de ce gouvernement totalement vendu à la solde du patronat mondial.
    Pour que cela soit une réelle grève générale - seul le facteur temps diffère de la grève historique - il faut qu’elle soit massive. Le plus difficile est de faire passer l’info - commencer par les réseaux n’est pas chose impossible tout au contraire ! - d’expliquer comment ça se passe, quelles sont les conséquences juridiques en particulier pour les salariés du privés qui feront l’action - relais syndicaux !? -
    Quand on pense arriver à mobiliser disons pour commencer 500 000 personnes pour ces 5 minutes là - de 11h55 à 12h - on fait connaître la date de la première action. Qui sera la date de départ. Puis chaque semaine ce même jour-là à cette heure-là on se compte. Et re-on arrête tout. La protestation par le silence complet ou l’inaction totale. La revendication passive et non-violente.
    Et de semaines en semaines on fait passer l’info pour qu’un nombre toujours plus important de personnes expriment ce ras-le-bol !
    L’idée ce n’est pas d’augmenter le temps de l’action en premier lieu mais le nombre de gens qui y participent.
    La Grève-Générale-Flash sera née !!!
    Quand on sera au point et capables de mobiliser des millions de personnes l’on peut passer à l’action en avançant de 5mnn ajoutées : de 11h50 à 12h...

  • Le 7 septembre 2010 à 18:42, par herope

    Ailleurs, à Guéret Creuse 3000 - 5000 personnes ont défilé. En fin de manifestation blocage d’ un rond-point permettant d’accéder au centre ville. Présence des Anars drapeaux noirs aux vent !
    La colère gronde !

    www.fa-heropelyon.fr.gd

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info