Le lendemain du 30 avril...

1226 visites

Chanson publiée en 1894, de Jules Célès, poète lyonnais

Avant de rentrer à l’usine,
Viens prendre un verre remontant,
Hein ?... Tu ne vas pas, j’imagine,
T’opposer à ce voeu tentant ?...
La mastroquette est sur la porte ;
Viens lui commander un litron.
Le patron va grogner, qu’importe !...
Nous nous fichons bien du patron !

Puis les patrons ?... Moi je m’en charge !
Tu dis : Comment s’y prendra-t-il ?
Je connais un moyen viril...
Va, tous n’en mènent pas large
Le lendemain du 30 avril !

Les patrons ?... c’est chose inutile ;
On va les supprimer, d’ailleurs.
Au village comme à la ville,
L’outil doit être aux travailleurs.
Si nos élus n’étaient des moules,
Cela serait déjà voté...
Mais le candidat rit des foules
Sitôt qu’on l’a fait député !

Ah ! les députés ! Moi je m’en charge !
Tu dis : Comment s’y prendra-t-il ?
Je connais un moyen viril...
Va, tous n’en mènent pas large
Le lendemain du 30 avril !

Oui, mon vieux, va, c’est pas grand’ chose
Que tous ces fabriquants de lois :
Ça vote tout ce qu’on propose,
Quand c’est l’intérêt des bourgeois.
À vie, on nous fait militaires,
Non à cause de l’étranger,
Mais pour ces bons propriétaires
Qu’il est urgent de protéger !

Ah ! les proprios ! Moi je m’en charge !
Tu dis : Comment s’y prendra-t-il ?
Je connais un moyen viril...
Va, tous n’en mènent pas large
Le lendemain du 30 avril !

Tu verras si ma prophétie
N’a pas lieu dans les temps voulus...
Et ne crois pas que « pro fait scie » ;
Pro fait pro, pas moins, mais pas plus !...
Quoi ! notre bouteille est vidée !
En deux verres !... Quels flancs coquets !
C’est la capacité cotée
Par le code des mastroquets !

Ah ! les mastroquets ! Moi je m’en charge !
Tu dis : Comment s’y prendra-t-il ?
Je connais un moyen viril...
Va, tous n’en mènent pas large
Le lendemain du 30 avril !

Bientôt l’on ne pourra plus boire.
Tout est empoisonné, pardi !
Le jinglard, ça vous fout la foire,
Tout comme l’eau d’Hunyadi !
Le raisin, sulfaté de cuivre,
Recèle un feu dont nous mourons ;
Donc, si l’homme ne doit plus vivre,
C’est la faute des vignerons !

Ah ! les vignerons ! Moi je m’en charge !
Tu dis : Comment s’y prendra-t-il ?
Je connais un moyen viril...
Va, tous n’en mènent pas large
Le lendemain du 30 avril !

Les patrons, les propriétaires,
Les députés, les mastroquets,
Les civils et les militaires,
Ça sort tous des mêmes baquets.
Il faut tout mettre à la refonte ;
Allons-y des pieds et des mains...
Je sens le rouge qui me monte,
Quand j’entends parler des humains !

Ah ! l’humanité !... Je m’en charge !
Tu dis : Comment s’y prendra-t-il ?
Je connais un moyen viril.
Elle n’en mènera pas large
Le lendemain du 30 avril.

P.-S.

Jules Célès, de son vrai nom Célestin Gauthier, était liseur de dessins dans la soierie lyonnaise au 34, rue des Tables Claudiennes, et président d’honneur des « Amis de la Chanson », association croix-roussienne renommée créée en 1857 qui a fait chanter Pierre Dupont et bien d’autres... Au temps où la télé n’existait pas, il ne faut pas oublier que la chanson était un passe-temps populaire et créatif très important.

Le lendemain du 30 avril a été remise en musique récemment et chantée par Combor dans divers lieux alternatifs lyonnais parmi « Les Réalistes ».

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>23 octobre 1882 : début de l’affaire Cyvoct, anarchiste lyonnais

Dans un contexte de forte répression de la presse libertaire et des anarchistes de manière générale, Antoine Cyvoct, anarchiste lyonnais est accusé à tort d’assassinat en 1882. Il est d’abord condamné à mort avant que sa peine ne soit commuée en travaux forcés à perpétuité. Récit d’un procès...

>Le mouvement anarchiste à Lyon (1880-1884)

Ce texte a initialement été écrit pour le site « Fragments d’Histoire de la gauche radicale » en introduction à la mise en ligne de journaux anarchistes lyonnais de la période 1882-1884. Il s’agit de mettre pour la première fois à la disposition du plus grand nombre une série de textes qui dormaient dans...

› Tous les articles "Mémoire"

Derniers articles de la thématique « Contre-cultures / Fêtes » :

>Soirée collectif Hip Hop féminin, samedi 23 octobre à Grrrnd Zéro

Le collectif hip hop féminin se compose : de différentes identités de genre, d’artistes, de militant.e.s, de joyeuses personnes qui souhaitent en effet ne pas se contenter de subir la politique et son monde actuel, en agissant avec optimisme et en proposant des activités culturelles qui lui...

› Tous les articles "Contre-cultures / Fêtes"