Site collaboratif d’infos alternatives

Le plan froid vu par les professionnels de l’urgence sociale de la Métropole de Lyon

1 complément

Comme chaque année, du 1er novembre au 31 mars, le dispositif national du Plan Froid est enclenché. Cette période correspond à un renforcement des moyens dans la prise en charge des personnes sans domicile.
Aussi, dans le département du Rhône, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et la préfecture annoncent la création de 1200 places d’hébergements, l’extension des horaires des accueils de jours, un renforcement de l’équipe écoutant 115, et une équipe du Samu Social 69 renforcée pendant la nuit.

Comme chaque année, les professionnels de l’urgence sociale constatent et dénoncent l’insuffisance des moyens mis en œuvre et la dégradation de la situation. Il n’est s’en rappeler que l’explosion des demandes d’hébergement et l’engorgement des structures est à mettre en lien avec l’accès et le maintien en logement…qui est pourtant la solution première à penser !

« Toute personne sans-abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence ». (Article 345-2-2 du CASF)

Qu’est-ce que le plan froid ?

Comme chaque année, du 1er novembre au 31 mars, le dispositif national du Plan Froid est enclenché. Cette période correspond à un renforcement des moyens dans la prise en charge des personnes sans domicile.
Aussi, dans le département du Rhône, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et la préfecture annoncent la création de 1200 places d’hébergements, l’extension des horaires des accueils de jours, un renforcement de l’équipe écoutant 115, et une équipe du Samu Social 69 renforcée pendant la nuit.

Comme chaque année, les professionnels de l’urgence sociale constatent et dénoncent l’insuffisance des moyens mis en œuvre et la dégradation de la situation. Il n’est s’en rappeler que l’explosion des demandes d’hébergement et l’engorgement des structures est à mettre en lien avec l’accès et le maintien en logement…qui est pourtant la solution première à penser !

Qu’est-ce que cela signifie dans la réalité ?

1. Une insuffisance de places

Si le nombre de place d’hébergement créée augmente un peu chaque année (840 en 2013, 955 en 2014, 1200 prévue en 2015), la demande, elle, explose.
Malgré la création de places, en 2014, 1500 personnes en moyenne ont appelé le 115 tout l’hiver sans se voir proposer d’hébergement. Ces dernières semaines, c’est plus de 2000 personnes qui appelaient le 115.
Sans compter le nombre de personnes qui n’appellent plus ce numéro d’urgence tellement le dispositif est saturé (pas de place, temps d’attente trop long, proposition de mise à l’abri pour une seule nuit, hébergement non adapté). Le constat est clair : l’offre d’hébergement dans le Rhône, et notamment dans l’agglomération Lyonnaise, reste bien en deçà des besoins.
Il est important de rappeler que toute personne ayant recours au 115, qu’elle soit sur un trottoir, sous un pont, dans un hall d’immeuble, hébergée chez un tiers, dans un squat ou un bidonville … nécessite une solution d’hébergement pérenne adaptée à sa situation.
Nous relevons également que, un mois après le début du plan froid, toutes les places d’hébergement d’urgence n’étaient pas encore ouvertes puisque les entrées sont prévues au fur et à mesure de l’avancée de l’hiver. Les dernières ouvertures de places sont prévues pour le 18 janvier 2016.

2. Des places d’hébergement non adaptées

En tant que professionnels missionnés par les services de l’Etat pour accompagner et répondre aux besoins des personnes vulnérables en vue d’une insertion sociale, nous ne pouvons que déplorer les solutions proposées :
560 places hôtel (géré par 2 travailleurs sociaux), 50 places haltes de nuit (pour 1 nuit ouvert de 21h à 7h30), une centaine de places gymnase (en cas de chute extrême des températures) ; ces solutions d’hébergement représentent la moitié des places hivernales et sont :
- Des mises à l’abri précaires sans accompagnement social ni étayage éducatif ;
- A la périphérie de l’agglomération (loin du lieu de scolarisation des enfants et sans aide aux transports) ;
- Sans possibilité de cuisiner ;
- Sans intimité (dortoirs, chambres partagées).
Nous ne pouvons que nous insurger contre cette gestion humanitaire de l’exclusion qui ne règle en rien les difficultés des personnes que nous côtoyons.
Cette gestion au thermomètre semble être un cache misère plus qu’un réel engagement des services publics auprès des plus démunis.
Par ailleurs, les places proposées sont en grande majorité destinées aux familles. Cela ne représente pas la réalité des personnes en demande d’hébergement. En effet, les isolés (hommes ou femmes) représentent 1/3 des personnes à la rue alors que seulement 9% de places leur sont dédiées cet hiver. S’il est primordial d’héberger les familles, cela ne doit pas se faire au détriment des autres publics.

Pour conclure

Cet hiver encore nous déplorons la mise en place d’un plan froid qui vise une mise à l’abri de quelques personnes au détriment de solutions pérennes, pour tous, prévues par la loi1.
Chaque jour, nous, travailleurs sociaux, ne pouvons nous contenter d’accompagner des personnes contraintes de rester à la rue faute de places d’hébergement. Alors qu’il s’agit d’une liberté fondamentale !
Dans ce contexte politique tendu, n’oublions pas les plus exclus.

Le Collectif PUS

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 15 janvier 2016 à 13:39, par

    Heureusement que les travailleurs sociaux et tous les professionnels de l’urgence sociale sont encore en capacité d’ouvrir les yeux sur la réalité !

    Dommage que leurs employeurs et leurs donneurs d’ordre (Préfecture, DDCS, MVS ...) soient aveugles et s’obstinent à nier la vérité : les solutions proposées dans le cadre du Plan Froid de la Métropole de Lyon sont insuffisantes et inadaptées à la situation, alors que des bâtiments d’habitation (foyers d’hébergement, foyers de jeunes travailleurs, cliniques, maisons de retraite, anciens appartements de fonction d’instituteurs ou de fonctionnaires ... ) sont vides et pourraient être très vite réquisitionnés pour permettre l’hébergement, dans de bonnes conditions, de familles et de personnes isolées.

    Mais il y aurait aussi à se pencher sur les conditions dans lesquelles sont "traitées" les personnes hébergées dans le cadre du Plan Froid !
    On peut notamment s’interroger sur les vraies compétences de plusieurs associations mandatées par la Préfecture pour gérer certains des lieux ouverts dans le cadre du Plan Froid.
    Allez voir par exemple comment les familles hébergées au Fort Saint Laurent (Croix Rousse) sont pratiquement "mises sous tutelle", sans aucun droits, sans délégation de responsabilité, sans autonomie, par les salariés du gestionnaire du lieu (NDSA) ... qui gèrent ce bâtiment (inadapté d’ailleurs à cette fonction) comme on gère une caserne ou un lieu de détention !

    A quand une commission d’enquête sur ces pratiques ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

Tou.te.s dans la rue le 19 juin

A l’appel du front social, manifestation à Lyon le 19 juin à 18H00 au départ de Hôtel de Ville. Ne laissons pas de répit à ce gouvernement de flics et de patrons ! C’est un petit millier de personnes qui sont arrivés, un peu avant 20h place Carnot au point de dispersion de la...

Assemblée de luttes contre la casse sociale

Appel à une Assemblée de Luttes, mercredi 14 juin à la Bourse du Travail. "Depuis l’entre deux tour, les Assemblées de Luttes à la Bourse du Travail tentent d’apporter un soutien aux luttes locales (salarié.e.s en grève : Total, Ouibus Perrache, Samsic…) tout en proposant un lieu de convergence visant à...

Appel du 18 joint

L’appel du 18 joint 2017, de Lyon aura lieu le 24 juin 2017 à 18h, au parc des berges (tram T1 : arrêt Halle Tony Garnier). Soirée festive avec Bredda Soundsystem

> Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

Poursuite des occupations des écoles et collège de Vaulx-en-Velin

2 semaines d’occupation du collège Henri Barbusse à Vaulx en Velin pour des familles sans logement alors que le ministère de la cohésion sociale appelle à des mesures de prévention à destination des personnes sans domicile et en habitat précaire en raison de la hausse des températures et la préfecture...

Genève : manifestation Monstrueuse pour Malagnou

A Genève, la maison de Malagnou appelle à une manifestation de solidarité le 1er juillet 2017. L’Etat de Genève, sourd à nos revendications, refuse d’entrer en matière quand au renouvellement de notre bail pour quatre années supplémentaires.

Rassemblement de soutien aux collectif "Jamais sans Toit"

Rassemblement en soutien aux élèves sans toit et à leurs familles alors que le collectif est reçu en préfecture Jeudi 22 à partir de 18h. Il s’agit d’exiger l’application du droit au logement pour un certains nombres d’enfants issus 8 établissements de...

> Tous les articles "Logement - Squat"