Le préfet et la présidence de Lyon 2 veulent faire évacuer l’occupation sans solution pérenne : tous ensemble, refusons !

1167 visites
Occupations en soutien aux migrant·es 2017-18

Jeudi soir, suite à de nombreuses pressions subies de la part du préfet du Rhône et du ministre de l’intérieur Gérard Collomb, la présidente de l’université est venue nous « proposer une solution » : confiner les camarades migrant.es. dans un gymnase excentré à Meyzieux pour une durée de 10 jours, avant d’être de nouveau jeté.e.s à la rue. Elle exige à ce titre que nous quittions les locaux de l’université vendredi, nous menaçant d’une intervention policière. Face à cette absence de véritable solution, nous n’avons d’autre choix que de maintenir l’occupation. Nous exigeons l’examen de toutes les demandes d’asiles ici, en France, ainsi qu’un logement pérenne et décent.

Depuis deux semaines, demandeur.ses d’asile, sans-papiers et étudiant.e.s solidaires lyonnais.e.s occupent l’amphithéâtre C de l’université de Lyon 2 sur le campus de Bron. Cette occupation, comme cela se fait à Nantes, Poitiers, Lille ou encore Paris, est notre réponse face à un Etat français qui méprise les droits des exilé.e.s. La présidente de Lyon 2, Nathalie Dompnier, a affirmé auprès de nous comme publiquement son soutien pour cette lutte et son souhait de trouver un hébergement durable et respectable pour tou.te.s.

Jeudi soir, suite à de nombreuses pressions subies de la part du préfet du Rhône et du ministre de l’intérieur Gérard Collomb, cette même présidente est venue nous « proposer une solution » : confiner les camarades migrant.es. dans un gymnase excentré à Meyzieux pour une durée de 10 jours, avant d’être de nouveau jeté.e.s à la rue. Elle exige à ce titre que nous quittions les locaux de l’université vendredi, nous menaçant d’une intervention policière. Face à cette absence de véritable solution, nous n’avons d’autre choix que de maintenir l’occupation. Nous exigeons l’examen de toutes les demandes d’asiles ici, en France, ainsi qu’un logement pérenne et décent.

Nous appelons ainsi tous les étudiant.te.s, enseignant.e.s et personnels à se rassembler à 15h au campus de Bron (au forum, T2 arrêt Parilly université) pour renforcer l’occupation.

La solidarité est notre arme, ce n’est que tous ensemble que nous vaincrons !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Occupations en soutien aux migrant·es 2017-18 » :

>Appel à hébergement solidaire : familles à la rue

Mardi 2 Octobre 2018 au matin, un squat situé à Gratte Ciel hébergeant une trentaine d’habitants dont une quinzaine d’enfants a été expulsé. Une chaîne de solidarité s’est créée le soir même menant à une solution d’urgence. Cette solution n’est que provisoire. Toute personne ayant un canapé, un lit, un...

> Tous les articles "Occupations en soutien aux migrant·es 2017-18"

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Parution du n°1 de "Yoyo", un journal de lutte contre les barreaux

Yoyo, c’est un petit journal produit sur Paris-banlieue, qui s’énerve contre toutes les taules.Pour transmettre notre conviction que l’enfermement n’est pas là pour maintenir « notre sécurité » mais celle d’un système qui fonctionne sur l’écrasage de gueules. Et réaffirmer notre désir de voir tout ça...

> Tous les articles "Répression - prisons"
}