Les luttes autonomes dans l’Espagne des années 70 – parution d’un nouveau livre

796 visites

Regroupant différents textes et témoignages, ce livre revient sur le contexte de luttes qui a secoué aussi bien l’appareil franquiste vieillissant que la jeune démocratie chargée d’assurer une transition politique sans remous.

Les éditions du soufflet vous annoncent la parution du livre :
« Le pari de l’autonomie – récits de lutte dans l’Espagne des années 70 »

Grèves générales, comités d’usines, mutineries dans les prisons, mobilisations massives face à la répression, apparitions de groupes autonomes au sein des conflits et prises en main de la vie de quartiers : de l’exploitation salariée à la vie quotidienne, tout allait être remis en cause.

Dans une large mesure, ce mouvement refusait d’être dirigé. La méfiance envers toute forme de représentativité était la règle plus que l’exception. La solidarité, l’auto-organisation et l’action directe s’opposaient aux tentatives de récupération ou de prises de pouvoir menées par les partis et les syndicats.

A travers les récits et les analyses rétrospectives de plusieurs protagonistes de cette époque, ce livre participe au travail de mémoire et de transmission de l’histoire des luttes autonomes. Loin de toute nostalgie envers une période révolue, il offre des pistes de réflexion pour qui cherche aujourd’hui encore à se confronter au pouvoir sous toutes ses formes.

On le trouve à 5 balles dans les lieux camarades et 7,5 euros dans certaines librairies.
Pour des extraits et les points de diffusion, il y a un site : leparidelautonomie.noblogs.org.

Souvenirs et réflexions autour des Gari (Groupes d’action révolutionnaires internationalistes) – (extraits)

Le 22 mars,(…) dans le sud de la France, trois attentats étaient revendiqués par les GAI (Groupes autonomes d’intervention) ; c’était la première fois que ce sigle était utilisé publiquement. (…) Ils avaient pour objectif d’éviter les possibles peines de mort qui pouvaient être appliquées au reste des prisonniers de l’ex-MIL et d’endiguer la répression croissante à l’encontre de l’ensemble du mouvement révolutionnaire espagnol. Face à l’inefficacité manifeste des actions pacifiques menées jusqu’alors, ils ont décidé de dénoncer la collaboration décomplexée entre les gouvernements français et espagnol en paralysant temporairement (et avec des explosifs) les voies de communication frontalières. Cette idée était explicitement évoquée dans un tract : « En gênant les communications entre la France et l’Espagne, nous intervenons sur les échanges économiques entre les classes capitalistes des deux pays d’une façon partielle et momentanée, persuadés que les prolétaires peuvent arrêter la production d’une façon durable et efficace sur les lieux de travail, pour leur propre émancipation… » (…) Au-delà de la démonstration de solidarité en actes avec les compagnons de l’ex-MIL, l’ensemble des actions menées par les GAI – comme l’ont été plus tard celles des Gari – s’inscrivait dans une critique foncièrement anticapitaliste et ne relevait pas uniquement de l’antifranquisme, quoi qu’aient pu en dire la gauche et l’extrême gauche du Capital. Lors de la réunion pour préparer les enlèvements, il avait été convenu que chaque groupe disposerait de sa propre autonomie pour revendiquer ses actions. Celles qui ne seraient pas approuvées par l’ensemble de la coordination seraient signées GAI et les autres Gari.
(…) Après la dissolution des Gari, les groupes autonomes n’ont fait que lutter de plus belle. On a alors vu apparaître des signatures originales et poétiques qui n’étaient utilisées qu’une fois à l’occasion d’une action spécifique, s’amusant souvent à détourner le sens des mots : Garot, Galut, Galop, etc.

La suite à lire sur : https://leparidelautonomie.noblogs.org/extraits-du-livre

P.-S.

Le pari de l’autonomie – récits de lutte dans l’Espagne des années 70
Titre original : Por la memoria anticapitalista. Reflexiones sobre la autonomía, août 2008
Éditions du Soufflet – editionsdusoufflet(@)riseup.net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>11 juillet 1892 : exécution de Ravachol à Montbrison

« Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. » Déclaration de Ravachol à son procès, le 21 juin...

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

› Tous les articles "Mémoire"