Les policiers aussi sont des hommes, la preuve : ils violent des filles

2640 visites
5 compléments

« Les policiers aussi sont des hommes, la preuve : ils violent des filles »
(slogan de mai 68)

En novembre 2007, Marie fait la fête avec des ami-e-s dans un bar près des Terreaux pour la fin des exams. L’ambiance est animée, tout le monde picole pas mal. En fin de soirée, les amis de Marie s’en vont tandis qu’elle décide de rester, elle connaît les serveurs et fait la fermeture avec eux. Marie a beaucoup bu, et elle se sent très fatiguée comme si quelqu’un avait mis de la drogue dans son verre. Quoiqu’il en soit, vers 5h du matin, elle ne tient plus debout et ne peut pas rentrer chez elle. Les serveurs essayent de contacter ses amis, en vain. Une patrouille de police passe dans le coin, les serveurs l’arrêtent et lui demandent s’ils peuvent s’occuper de Marie. Les deux flics emmènent alors Marie dans la voiture, et la ramènent chez elle. Marie n’est pas en état de marcher seule.
Arrivés dans l’immeuble, les flics qui soutiennent Marie croisent Grégory, un voisin et ami de Marie qui leur demande ce qui se passe. Les policiers expliquent qu’ils ramènent Marie chez elle, et qu’ils veulent bien de l’aide. Grégory leur indique donc où Marie habite, puis part travailler en laissant le groupe devant la porte.

Lorsque Marie se réveille le lendemain en début d’après-midi, elle est à moitié nue sur son lit (elle n’a pas pu se déshabiller seule), les préservatifs qui étaient dans sa table de nuit ont disparu et des douleurs localisées lui font comprendre qu’elle a été violée.
Elle ne se souvient strictement de rien, et c’est en parlant avec son voisin, sa concierge et les serveurs du bar qu’elle comprend l’histoire.

Elle appelle le commissariat : on lui dit de venir sur place. Lorsqu’elle arrive et donne son identité, on lui sort « oui, vous êtes dans le fichier, pour abus d’alcool ». Rien d’autre.

Marie n’est pas allée faire de consultation médicale, ce qui signifie que sa plainte sera sans doute rapidement classée sans suite. De toutes façons, entre les plaintes pour viol qui n’aboutissent quasiment jamais (on est sommée de présenter preuve sur preuve, comme si c’était la victime qui était présumée coupable), et les plaintes contre les flics qui sont systématiquement classées sans suite (quand elles n’aboutissent pas à une procédure pour « diffamation » contre celles et ceux qui ont été victimes de violences policières), le recours à la justice ne doit pas laisser d’illusions…

Reste une rage tenace, une envie et un besoin de trouver les personnes avec qui se défendre. Parler en confiance, se retrouver, voir qu’on est pas seules, est une première étape pour se battre, ensemble.


Ni oubli ni pardon.

Contre la police, la solidarité est une arme : 06-43-08-50-32

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 2 août 2008 à 00:37

    C’est important d’aller faire une consultation médicale dans un cas de viol. C’est la première chose à faire, au moins pour déceler d’éventuelles blessures, les soigner, et obtenir un certificat des traces de violences pas seulement sexuelles (griffures, ecchymoses, strangulation...), la pilule du lendemain ou encore un traitement contre les MST.

  • Le 15 juillet 2008 à 19:57

    Pardonnes moi mais à ta place je n’aurais pas parlé de « prostituées » mais de « péripatéticienne » voila pour le coté littéraire. Peu importe comment nous les appelont le problème n’est pas là. Pour en revenir au precedent message il est vrai que les lardus se prennent un peu trop pour des marshall et comme nous le savons tous c’est le pot de terre contre le pot de fer dans ce genre d’affaire. Par contre quand un flic tombe chez les pointus au batiment J 2e a Villefranche ou au H2 a saint Paul, il faut dire qu’il ne se lave pas, ne sort pas, et prend des pains lorsqu’il est obligé d’aller a l’infirmerie ou au parloir. Dedans, Les news vont plus vite que dehors car les matons balancent tout.
    un ex taulard.

  • Le 14 juillet 2008 à 13:09

    Connerie de politiquement correct !

    Demande-leur comment elles voudraient qu’on les appele avant de parler à leur place !

  • Le 13 juillet 2008 à 18:46

    Pardonnes moi mais à ta place j’aurais pas parlé de « putes » mais de « prostituées », je pense que tu comprends pourquoi.
    Salutations

  • Le 13 juillet 2008 à 07:47

    y a pas plus violeur qu’un flic, demandez aux putes ce qu’ils leur font subir !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Caisse de Solidarité - Témoins » :

>Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi...

› Tous les articles "Caisse de Solidarité - Témoins"