Leurs profits sont notre misère, tous et toutes en lutte le 09 avril

621 visites
Loi Macron

La CNT Interco 69 se joint à l’appel intersyndical à la grève le 9 avril, et à la manifestation unitaire à 10h30 Place Jean Macé
Voir aussi :
Étudiant-e-s, lycée-ne-s, jeunes travailleur-ses : rejoignons la lutte contre la loi Macron et ce gouvernement !
Top 5 des pires mesures antiprolos de la loi Macron
Loi Macron : le droit du travail fusillé à coup de 49.3 !
L’État et le patronat nous font les poches ! Reprenons l’offensive !

Suppression des 35h (décidé le 30/03), ANI, loi macron, CICE, réduction drastique des budgets alloués à la santé, au social, et à la culture, fermetures d’hôpitaux, de classes, d’usines, réforme de l’assurance chômage, stagnation des salaires..., sous la direction du patronat, des marchés financiers et plus largement du capital, les pouvoirs publics organisent, généralisent et accentuent les politiques d’austérité.
Ces politiques ne cessent de nourrir la soi-disant crise, la destruction de notre qualité de vie, l’explosion de la précarité et la paupérisation de millions de personnes.
Tout cela accompagné d’une accentuation des politiques répressives et/ou xénophobes.

Austérité et précarité à vie, insécurité sociale généralisée, cette vie là nous n’en voulons pas !
Pour la cnt interco69, plus que jamais l’heure est à une riposte d’ampleur !

Ne nous contentons pas de négocier la longueur de notre laisse, révoltons nous !

JPEG - 86.9 ko

Partout la colère enfle face au désastre économique, politique, sociale et écologique qui frappe de plein fouet les classes populaires, et plus largement la société. Favorisant l’émergence d’une nouvelle dynamique d’espoirs et de luttes qu’il nous faut faire converger, d’abord dans la rue le 9 avril, et au delà.

Face à ces attaques, il n’est plus temps pour les compromis.
Notre révolte est impossible à négocier, aussi coriace que le désir obstiné de refuser un monde inhumain
.

On nous parle d’une nécessaire rigueur budgétaire , le pacte de « responsabilité » a pour but de diminuer de 50 milliards d’euros la dépense publique.
C’est toute l’action publique qui est ainsi remise en cause, alors que dans le même temps c’est plus de 200 milliards d’euros qui sont octroyés au patronat via la multiplication des exonérations et allègements des cotisations sociales et des impôts, et qu’environ 590 milliards d’avoir français sont cachés dans des paradis fiscaux.
La rigueur budgétaire n’est qu’une excuse pour laisser encore plus de champs au secteur privé au détriment de notre qualité de vie.

Ils nous disent que pour sortir de la crise, il faut se serrer la ceinture, que les entreprises en France étouffent sous les règlements et les taxes, que pour rester compétitif et « sécuriser » les emplois, il faut libéraliser le marché du travail
De quelle crise parle t-on ? Les riches sont de plus en plus riches, les dividendes et les profits ne cessent d’augmenter. Il s’agit juste d’un problème de répartition : les richesses sont de plus en plus accaparées par une petite minorité. Les entreprises sont loin de mourir étouffées, les actionnaires n’ont jamais autant engrangé d’argent et les PDG français sont parmi les mieux payés d’Europe.
Quant à la compétitivité, ce n’est pas une fatalité, on pourrait très bien réguler l’économie de la France pour qu’elle ne sois pas soumise à la compétitivité mondialisée sans pour autant qu’elle s’écroule. Ensuite le problème n’est pas le coup du travail, de la réglementation du droit du travail et de la protection social, mais le coup du capital, les bénéfices accaparés par les patrons, les dividendes par les actionnaires, les très hauts salaires et autres bonus...sans ça les coups de production en France seraient largement plus bas.
La sécurisation de l’emploi n’est qu’un chantage ignoble, une vaste fumisterie qui n’a pour but que de faire accepter aux salarié-es un recul de leurs conditions de travail et de vie, sacrifiées au nom de la rentabilité financière.

Ils nous disent que les entreprises créent de la richesse, qu’elles sont le moteur de notre société.
Ce sont les travailleur-euses qui créent de la richesse, et pas seulement économique mais sociale et humaine. Les entreprises ne sont qu’un lieu d’exploitation, de domination et d’aliénation. Dans notre société si le travail crée de la richesse, il n’enrichit personne, Ce qui enrichit, c’est d’exploiter le travail des autres.

Ils nous disent : ce qui est bon pour le patronat est bon pour l’économie quelles qu’en soient les conséquences pour les salariés. Mais la « théorie du ruissellement » ne fonctionne pas, plus les riches sont riches plus ils veulent le devenir. Ils ne connaissent que la « théorie du siphon » : ils siphonnent les richesses et nos revenus au maximum. Ils ne redistribuent jamais sans y être contraints.
Nous n’aurons que ce que nous prendrons !

Ils nous disent qu’il faut des riches qui s’enrichissent et des jeunes qui veulent devenir milliardaire sinon la société s’écroule.
Il est impossible d’être à la fois milliardaire et honnête : parce que pour posséder tant d’argent il faut avoir exploité, surexploité, volé le travail des autres, spéculé avec, triché, fraudé, accumulé, écrasé, sinon c’est impossible. Et il faut faire preuve d’un insupportable cynisme et d’un profond mépris envers l’humanité pour accumuler autant de richesses alors qu’autant de gens dans le monde sont dans la misère

JPEG - 27.5 ko

Ils nous disent qu’il faut être responsable et réaliste, qu’il n’y a pas d’alternative à toujours plus de libéralisme, que toute remise en question n’est que pure délire.
Ainsi nous serions condamné-es à subir exploitation et aliénation sans autre perspective que les rapports humains et existentiels qu’ils nous imposent : rapports de force, domination, soumission, concurrence, individualisme, frustrations... Nous valons mieux que ça ! Soyons responsables virons tous ces bouffons !
Ils nous noient sous une propagande incessante qui étouffe et rend silencieuse toute contestation.
« Le jour viendra où notre silence sera plus puissant que les voix que vous étranglez aujourd’hui. » (Auguste Spies)
Pour l’instant, notre silence est faible et solitaire, il n’est rien qu’une non-voix banale. Alors, à l’aide des expériences de chacun, à travers des luttes quotidiennes sur les lieux de travail et ailleurs, nous tentons de le nourrir, ce silence, qu’il se transforme en une masse dure, quelque chose de résistant. C’est eux ou nous !

Contrairement à ce qu’ils veulent nous faire avaler, leurs grandes vérités libérales ne reposent sur rien de scientifique, ce ne sont que de pures croyances !
« Un jour c’est sûr viendra le jour pur où des maîtres penseurs on ferra de l’ordure » (Bonvoisin)

Ils nous disent que tout est pour le mieux, que nous sommes libres parce que nous sommes en démocratie.
Comment parler de démocratie alors que la doctrine libérale coupe le politique (au sens restreint de gouvernement de la nation) de la vie sociale, de la vie de tous les jours, vie dans laquelle nous sommes confrontés à un autre type de pouvoir que le pouvoir politique, celui des patrons, des chefs et des gens qui font autorité. Cette coupure nous laisse entièrement soumis au pouvoir social dans les autres domaines, notamment celui des entreprises.
Comment parler de démocratie alors que dans notre société c’est l’argent qui donne le pouvoir, et que plus de la moitié des salariés gagnent un salaire net inférieur à 1700€, que la précarité se généralise, que plus de 10 millions de personnes vivent avec moins de 900€ par mois, alors que, à l’autre pôle, s’accumulent d’immenses fortunes, Il y a 78 milliardaires en France (le record d‘Europe), deux d’entre eux possèdent plus que 20 millions de Français.
Comment y aurait-il démocratie, quand toute la vie économique et sociale est entre les mains d’une oligarchie qui a également la mainmise sur les finances publique.
Nous sommes pour une démocratie directe qui ne s’arrête pas à la porte des entreprises et qui ne se limite pas à voter pour des représentants. Nous revendiquons l’autogestion des entreprises par les travailleur-es et le contrôle des services publiques par les usager-es et les salarié-es. La démocratie c’est la prise en main par la population de ses affaires, à touts les niveaux de la société, et le refus de se voir confisquer le pouvoir par des dirigeants. Cela suppose de rompre avec la passivité dans laquelle l’oligarchie actuelle enferme la majorité de la population.

Ils nous disent unité nationale contre les ennemis de la République
La République n’est pas un fétiche abstrait qui peut s’épanouir en même temps que le chômage et que se casse le droit du travail.
Unité avec qui ? Les porcs qui s’engraissent sur notre dos ? Ce sont eux les véritables ennemis du peuple. L’ exploitation et les mauvaises conditions de travail tuent plus que n’importe quels fanatiques, et dans l’indifférence quasi totale.
En général quand on nous parle d’unité nationale ou d’union sacrée c’est pour nous emmener à l’abattoir que ce soi militairement ou économiquement.

Nous avons conscience qu’une journée de grève et de manif ne changera rien . Elle n’ a d’intérêt que si elle marque le début de la construction d’un mouvement de luttes. N’attendons pas que l’ordre de se révolter vienne d’en haut, d’une quelconque bureaucratie. Organisons nous dès maintenant pour nous prendre en main.

Ceux qui luttent peuvent perdre mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu

cnt-interco69.eklablog.com

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « CNT Interco 69 » :

› Tous les articles "CNT Interco 69"

Derniers articles du groupe « Batbad » :

>Le 30 septembre 2014 Xu Lizhi est mort

Le 30 septembre 2014 Xu Lizhi, un ouvrier chinois qui travaillait à la chaîne pour la multinationale Foxconn, à Shenzhen, est mort à l’age de 24 ans. Xu Lizhi est devenu célèbre par ses poèmes qui décrivent et dénoncent les conditions de travail et de vie des ouvrier-es de...

› Tous les articles "Batbad"

Derniers articles de la thématique « Loi Macron » :

>Manifestation le 19 octobre, la lutte contre les ordonnances continue !

A Lyon plus de 10 000 personnes dans la rue le 12 et 21 septembre, plus de 12000 le 10 octobre. La mobilisation contre la casse des services publics et du code du travail continue. Rendez-vous pour une grande manifestation le 19 octobre à 10h30 à Jean-Macé Suivi d’une AG de lutte à 16h, salle des...

› Tous les articles "Loi Macron"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"