Pierre Boisgontier est mort, le samedi 27 octobre

2908 visites
5 compléments

Pierre Boisgontier est mort. Celui qui se plaisait à dire souvent
« Ni dieu, ni maître et j’emmerde les anarchistes ». Celui par qui arriva l’intelligence du journal Vérité Rhônes-Alpes, imprimé à 10.000 exemplaires, pour continuer la lutte entreprise dans la fac de Sciences Po de Grenoble contre Paul-Louis Dreyfus, le boss du Dauphiné Libéré des années 70.

Pour ceux qui l’ont connu, ces mots suffisent. Pour les autres on dira au strict minimum que membre de la Communauté de l’Arche, Pierre Boisgontier fut l’un de ces rarissimes insoumis à la guerre d’Algérie, à sauver l’honneur de la gauche française et à le payer d’emprisonnement.

Membre du PCF, du PSU, puis de la Gauche Prolétarienne, il s’épuisa tant qu’il put à tisonner les braises de l’après-68 à Grenoble, dont il fut le principal animateur. Notamment lors de l’épisode des barricades en 1970, rapporté par Paris Match sous le titre : « Grenoble, le campus de la peur ».

Pour lutter contre les mensonges du Daubé, il a fondé avec ses camarades le journal Vérité Rhône-Alpes puis l’imprimerie du même nom d’où est issue, de génération en génération et de médium en médium, la meilleure part de la contre-information locale.

Membre de la communauté de la Monta, il avait été l’un des meneurs du comité Malville dans sa phase de succès initial (1975-77). Il habitait depuis plus de trente ans à Saint-Egrève, dont il avait été conseiller municipal, et où il continuait de militer.

Il est mort ce samedi 27 octobre 2007 à la clinique des Cèdres, des suites d’une maladie suppliciante, à l’âge de 73 ans.

Ces quelques lignes froides ne font pas justice à la mémoire d’un homme qui était la chaleur même et le dernier révolutionnaire que l’on ait rencontré à Grenoble dans la deuxième moitié du XXe siècle.


Extrait de Réfractaires von-violents à la guerre d’Algérie

JPEG - 66.5 ko
(Cliquer pour agrandir)

14 octobre 1960 : Les réfractaires et les volontaires commencent le travail dans le bourg de Terrasson (Dordogne) qui vient d’être inondé. Il s’agit essentiellement de nettoyer, et de sauver ce qui peut être sauvé des récoltes avant qu’elles pourrissent. Ils sont là une douzaine dont trois jeunes (Pierre Boisgontier, Jack Muir et Jean-Pierre Hémon). Cécile est arrivée de la Chesnaie pour jouer le rôle de maîtresse de maison. Ils sont hébergés par la municipalité, qui a réquisitionné pour eux l’auberge de jeunesse du village.

20 octobre 1960 :
Pierre Boisgontier est arrêté. Ses compagnons se déclarent solidaires de lui, affirment : « Nous sommes tous Pierre Boisgontier » et refusent de présenter leurs pièces d’identité. Ils sont séparés de lui par la force. Le soir même, ils se présentent sur le quai de la gare de Brive, où arrive le train qui doit emporter Pierre. ils se mettent autour de leur ami et parviennent, sans répondre aux coups, à ne pas se séparer de lui : le train part, sans eux. Des renforts de police accourent. Pierre se retrouve lié à un des volontaires par une paire de menottes. Pierre part par le train suivant à destination de Mourmelon. Les volontaires seront relâchés le lendemain soir...

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 février 2020 à 14:57, par vivet

    J’ ai habité (2 années environ après sa création) dans cette communauté oú comme on dit Pierre était la figure emblématique ( sa 1re femme Zabeth maman de « p’tit Bruno » y a vécu quelques années et la 2de compagne de Pierre : Geneviève s’occupait de la gestion comptable : imaginez le boulot entre les dépenses pr réhabiliter la maison, le fonctionnement, l’ entretien sachant que nous hébergio s pas ma l d’ invités occasionnels, de plus Genevieve secondait Piere qui vivait au rythme de l’ imprimerie ( en // avec son job de chercheur et ses activités militantes).
    TCette vie « au service » des causes qui lui tenaient à coeur ne l’ empêchait pas d’être present pour tous, se démenant pour nourrir les chiens ts les jours avec Geneviève ( une tambouille odorante pour eux !) réparer les 3 machines à laver, les moteurs de voiture en panne, actionnant la bétonnière...bref une vie d’ homme bien remplie avec « le » sens de l’ hospitalité et la main tendue très souvent : un homme de coeur, de convictions parfois s’emportant avec fougue mais Pierre je ne suis pas certaine que tu aies pris la mesure de ce que tu avais semé ?
    D’où ce petit message que tu ne liras pas mais qui t’aurait fait rougir de plaisir. Et bien je te passe le bonjour, ton exemple et ta présence m’ont énormément appris.

  • Le 5 novembre 2007 à 14:40

    Un compagnon de luttes à Grenoble, la GP, la lutte contre Richerot et le Daubé, la rencontre avec Bernard lambert et les PT à la Côte Saint André hiver 1969, Procé de Burgos, la mort de Pierre Overney. je me souviens et je pense à lui et à ses proches.

    François Boursier

  • Le 2 novembre 2007 à 17:57, par bruno cuffini (ami de pierre et fils aîné de sa deuxième épouse Geneviève baudino)

    mercredi 31 octobre, 13h45, funérarium intercommunal de la tronche (près grenoble) : manifestation contre la mort de pierre boisgontier ;

  • Le 2 novembre 2007 à 17:55, par Mathilde Unger

    Pierre Boisgontier l’honnête homme est mort.

    Un copain, il était plus que ça Un ami, il était plus que ça Un frère, il était plus que ça Pierre, c’était un honnête homme . Un homme à l’honnêteté intellectuelle Sans détour, droit, clair et net Un homme du siècle des lumières Eclaireur et éclairant la pensée et le débat Mais toujours avec la corde de rappel pour les ami(e)s au bord du chemin . Un homme du vingtième et du vingt et unième siècle Reliant la recherche et l’action Dont l’ambition était d’apporter sa part au bien commun de l’humanité Un homme toujours en soif de connaître et d’apprendre Vraiment intéressé par l’opinion, les idées de l’autre. Un homme des humanités dans tous les sens du terme Des sciences et des techniques, des arts et des lettres Du polar et de la science fiction Un homme bien Un chercheur aux mains caleuses Travaillant en permanence de la tête et des mains De la théorie pour comprendre, expliquer, inventer et créer Dans un va-et-vient constant avec la pratique Expérimentant concrétement les théories Les pratiques alimentant constamment ses réflexions . Un homme courage, entier, qui a pris position et s’est engagé Dans sa vie, dans ses idées et physiquement acteur de l’Histoire Un homme de combat contre toutes les formes d’injustice Et pour les libertés fondamentales Un homme des combats anti-faschistes Contre toutes les formes de racisme ici et ailleurs Un homme aimant pour que chacun, chacune ait sa place Préférant le partage aux honneurs superflus de salon Un homme qui préférait le boeuf bourguignon ou la choucroute ou la raclette ou le couscous au caviar Un homme de chez nous, un compagnon de route Un homme du peuple avec le peuple Un homme de respect et respectable Un homme amoureux transit de sa femme et de la vie Pierre sans Geneviève ça n’allait pas Perre et Geneviève, je vous aimais Alors Pierre et Geneviève adios compagnons Il nous faut continuer la route Pour continuer à construire la vie, ensemble, dignes

  • Le 30 octobre 2007 à 18:09, par Boisgontier

    il faut inverser mon père a d’abord été au PSU, au PCF et enfin à la gauche prolétarienne. Je crois mais je n’en suis pas sûr, il a réussi de faire exclure de chacune de ses organisations.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>Film : Minguettes 1983 – Paix sociale ou pacification ?

Pour les 30 ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, qui traversa la France profonde du 15 octobre au 3 décembre 1983, l’agence IM’média a procédé à la restauration du film « Minguettes 1983 – Paix sociale ou pacification ? » et en propose une nouvelle version...

>Francisco Ferrer meurt assassiné le 13 octobre 1909

Olt nous présente en BD l’anarchiste catalan Francisco Ferrer (1859-1909) fondateur de « l’école moderne », laïque et mixte, dont la pédagogie libertaire eut un retentissement énorme dans toute l’Europe et continue à faire des émules.

>[Radio] Histoires de squat à la Croix-Rousse

« D’aussi loin que je me souvienne... j’ai toujours aimé faire chier le monde » Une émission sur les luttes de squatteur.euses dans les années 90 à la Croix-Rousse, avant et au moment de la gentrification de ce quartier.

› Tous les articles "Mémoire"