Premier mai parisien : Face aux SO, il est temps de choisir son camp

895 visites

Le 1er mai a Paris a une nouvelle fois été le théâtre des dérives autoritaires d’une certaine forme de syndicalisme. Ce texte est un appel lancé a tou.tes, syndiqué.es ou non, à refuser la présence de milices armées dans nos manifestations.

Procédons tout d’abord a une description. Dès le début de la manifestation, à mi-chemin entre République et Bastille, le cortège de tête est tranche en deux parties par deux lignes de flics. L’une fait face à la partie la plus conséquente du cortège et essuie les ripostes des manifestant.es coincé.es à l’avant. L’autre est tournée vers l’arrière, et se plaît à lancer des grenades et autres lacrymos à plus de 30 mètres de distance sur une queue de cortège de tête pas vraiment menaçante. Lorsque celle-ci arrive à hauteur de quelques flics aligné.es dans une rue adjacente au parcours, cette partie moins importante du cortège décide de leur faire face afin d’engager une pression et mettre un terme à cette amputation policière du cortège. Après quelques minutes de face à face tendu entre manifestants et policiers, d’autres unités de CRS viennent à la rescousse de leurs collègues. En nombre et armés jusqu’aux dents. Une boucherie commence rapidement. Charges, lacrymos à foison et grenades de désencerclement éclatent simultanément. Les manifestant.es (masqué.es ou non, en kway ou non) reculent, impuissant.es face à une telle violence. Les coups de tonfa pleuvent, lors même que tout.es sont bloqué.es, compacté.es, suffoquant dans l’air irrespirable des gaz.

Troisièmement, si les manifestant.es pris.es dans la charge précédemment décrite se sont retrouvé.es bloqué.es et forcé.es à subir lacrymos, grenades et coups de tonfa, ce fut parce que le SO faisait barrage à quiconque se présentait face à eux. Et restait, au passage, de marbre face aux appels à l’aide de certain.es manifestant.es en détresse.

Face à cela, face aux remarques et aux insultes provenant de membres du cortège de tête exténué.es par la violence des flics et la collaboration du SO, face aux gazeuses et aux coups de matraque du SO sur des personnes parfois très jeunes qui ont suivi – face à tout cela, la plupart des syndicalistes de la CGT restent sans voix. Acceptant les critiques tout en évitant soigneusement de condamner un SO constitué de leurs « camarades ». L’ambition de ce texte, c’est d’éclaircir les lignes. Pas d’ambiguïté possible face à un tel spectacle. Soit on accepte, soit on refuse. Il est temps, pour tous les syndicalistes et autres militant.es de tout bord, de trancher. Pour ma part, je refuse de tolérer la présence d’une milice au service de la police au sein de nos manifestations.

Lire la suite sur Paris-luttes.info

Sur la répression particulièrement violente de la manif parisienne vous pouvez aussi lire :
Communiqué des Street Médics / Journée du 1er mai
Pour faire barrage aux travailleuses et aux travailleurs, le gouvernement attaque la manif du 1er mai
De l’indifférence policière face aux blessés du 1er mai

La suite à lire sur : https://paris-luttes.info/face-aux-so-il-est-temps-de-8047?lang=fr

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

› Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"