Site collaboratif d’infos alternatives

Projection du film "Incendies" et soirée "Femmes en résistances" en présence de Soha Bechara

Organisé par le comité de soutien à Georges Abdallah de Lyon avec le soutien du collectif 69 Palestine, mardi 7 mars 2017 à 20h au cinéma Opéra (Lyon 1er).
Prix de l’entrée : 7€, tarif réduit 5,5€.

"Femmes en résistances" en présence de Soha Bechara

Projection du très beau film Incendies

JPEG - 364.7 ko

Film de Denis Villeneuve tiré du roman et de la pièce de Wajdi Maouwad

Bande annonce

Le film est tiré de la biographie de Soha Bechara

Soha Bechara est née à Beyrouth en 1967 dans une famille chrétienne orthodoxe.

Membre du parti communiste ,comme son père, puis de la résistance libanaise (FNRL Front de la Résistance libanaise) après les massacres de Sabra et Chatila, elle est arrêtée le 7.11.1988 pour avoir tenté d’assassiner le général Antoine Lahd de l’Armée du Liban Sud.

Elle passe alors 10 ans dans la prison clandestine de Khiam dont 6 en isolement, sans avoir été jugée. Elle y sera torturée, sans jamais faire d’aveux.
Elle est libérée en 1998 suite à la pression internationale notamment française.

A partir de cette libération, invitée en France pour y poursuivre ses études, elle commence une nouvelle vie : de dénonciation de l’enfer de Khiam, allant jusqu’à la Commission des Droits Humains de l’ONU . Les prisonnier.e.s, camarades de détention de Soha Bechara, seront libéré.e.s en mai 2000 avec le départ des Israéliens du Sud-Liban.

En 2003 elle publie sa biographie « Résistance ».
Ce livre a été transposé au théatre par Wajdi Mouawad sous le titre « Incendies », titre également du film de Denis Villeneuve sur le même sujet, sorti en 2010.

Soha Bechara vit désormais à Genève. Elle poursuit son engagement notamment auprès du Collectif Urgence Palestine pour dénoncer « le seul conflit où la communauté internationale n’assume pas ses engagements » (1)
Elle dit ne rien regretter : « Quand j’ai rejoint la résistance armée c’était réfléchi. Je n’accepte pas qu’on me fasse des reproches, qu’on me juge, sans avoir vécu de l’intérieur la situation de mon pays » (1)

Elle a également écrit « La fenêtre » (ed. Elyzad-2014) co-écrit avec la journaliste Cosette Ibrahim, également emprisonnée à Khiam. Elles racontent la vie quotidienne dans la section réservée aux femmes de cette prison secrète où se pratiquait la torture. Ce livre met en lumière l’engagement des femmes dans la résistance armée et civile pendant la guerre civile libanaise (1978-1990)

Organisé par le comité de soutien à Georges Abdallah de Lyon avec le soutien du collectif 69 Palestine au cinéma Opéra, 6 Rue Joseph Serlin, 69001 Lyon

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

Présentation à Terre des livres de Ratcharge - Entre un néant et un autre

Le 6 juin prochain à 19h, rendez vous à Terre des livres (86 rue de Marseille) pour la présentation de la nouvelle (et magnifique) édition des récits extraits du fanzine Ratcharge, en présence de l’auteur, des éditeurs (Les éditions des mondes à faire), des graphistes et de Renaud Golo, comédien, qui en...

> Tous les articles "Expression - contre-culture"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

Italie - Turin : des nouvelles de la violence carcérale

Depuis plus d’un an maintenant le prélèvement ADN est entré en vigueur en Italie dans le rituel d’identification des personnes arrêtées ou incarcérées. Les compagnon-nes emprisonné-es suite aux dernières opérations répressives n’y ont pas échappé. Si tu veux résister au prélèvement, les flics te le prennent...

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"