Quand la collaboratrice de Riposte Laïque et membre de Ni Putes Ni Soumises, Michèle Vianès, attaque Rebellyon

4482 visites
2 compléments

Fin septembre 2011 se sont tenus à Lyon les « États Généraux de la Laïcité et de l’Égalité ». Michèle Vianès faisait partie de la liste des participants. Elle s’est alors exprimée sur des critiques venant de Rebellyon. Nous vous proposons ici une analyse de la situation ainsi qu’une réponse à ses propos.

Michèle Vianès, à travers son association Regards de Femmes, est ces derniers temps invitée à prendre la parole à un certain nombre de débats sur la laïcité sur Lyon. Elle est aussi élue municipale dans une mairie de droite à Caluire, et membre du parti de Nicolas Dupont-Aignan.

Le 30 septembre, elle a pris la parole à la mairie du 8e arrondissement, dans le cadre des États Généraux de la Laïcité et de l’Égalité par Ni Putes Ni Soumises dont elle est la marraine et fondatrice du comité local [1] . Elle est revenue sur les critiques dont elle fait l’objet dernièrement, notamment sur sa participation aux Assises contre l’Islamisation de l’Europe, à Paris l’année dernière [2]. Elle y était invitée en tant qu’oratrice parmi une vingtaine d’autres, parmi lesquels le candidat aux présidentielles du Bloc Identitaire et son président, Arnaud Gouillon et Fabrice Robert, d’Oskar Freyssinger, membre du parti populiste suisse de l’UDC et notoirement opposé à l’avortement, Pascal Hilout, collaborateur du site Riposte Laïque et attaqué en justice par la LDH pour incitation à la haine raciale [3], Pierre Cassen et Chritine Tasin, principaux animateurs du site Riposte Laïque et organisateurs de ces Assises, habitués des opérations conjointes avec l’extrême-droite la plus radicale dont l’apéro saucisson-pinard parisien, Anders Gravers, membre du mouvement Stop Islamisation of Europe, dont le slogan est "le racisme est la plus basse manifestation de la stupidité humaine, mais l’islamophobie la plus haute expression du bon sens", etc. etc. etc. La liste des organisations qui invitaient Michèle Vianès parle également d’elle-même [4].

Que nous dit Michèle Vianès de sa participation à ce rassemblement islamophobe ?

Je réponds positivement à ces invitations, même si je me trouve parfois à la même tribune que des personnes dont je ne partage absolument pas les idéologies. Ce n’est pas toujours très aisé, parfois dangereux, mais il s’agit de mes convictions et il est de notoriété publique que je ne cède pas devant les menaces des obscurantistes. [5]

Soit. Il se trouve quand même que ce n’est pas un hasard si Michèle Vianès a été contactée par Riposte Laïque, principaux initiateurs de ces Assises : sur ce site central de l’extrême-droite sur internet, on trouve plusieurs centaines de fois le nom de Michèle Vianès, 18 articles signés de son nom et parfois de sa fonction de présidente de l’association "Regards de Femmes" en plus d’une série d’interviews complaisantes. Autant dire qu’elle est une collaboratrice importante et reconnue de Riposte Laïque, pourtant décrit dès octobre 2010 par les journalistes spécialistes de l’extrême-droite du Monde comme associé à des néo-nazis et aux identitaires.

Et c’est en se présentant comme attachée "à lutter contre toutes les formes de violences faites aux femmes, aux enfants et refuse les opinions extrémistes, les intégrismes, les comportements d’exclusion, de racisme, de xénophobie et de sexisme" que Regards de Femmes avait reçu une subvention de la mairie lyonnaise en 2007 [6] !

Ayant pris connaissance des critiques formulées sur Rebellyon à propos de son invitation par Ni Putes Ni Soumises dans les locaux de la mairie du 8ème arrondissement, le 30 septembre dans le cadre de la Semaine pour l’Égalité, elle s’est longuement exprimée à ce sujet. Attention c’est fendard.

Aujourd’hui, un groupuscule Rebellyon (lié à Indymedia se vantant d’avoir empêché la tenue de réunions dans l’agglomération lyonnaise, en entretenant un climat de violence et de menaces qui ont effrayé des responsables de lieux de conférences) tente de m’empêcher de m’exprimer dans cet espace citoyen.
Ces personnes consacrent des pages entières à ma petite personne, présentent mes ouvrages et bien sûr comme ils n’ont pas de limites, soit eux, soit leurs collaborateurs ont écrit des propos diffamatoires. Le droit de la presse s’applique également sur internet et sur les courriels ! Ils ont, parait-il, passé la nuit sur Twitter à déblatérer sur moi...
Nous sommes allés regarder leurs sites, hébergés aux USA chez Swift ventures INC à Seattle (http:// domainstrater.com/rebellyon info) et nous avons vérifié que nous ne partagions pas les mêmes valeurs ! Les Indignés, le 18 septembre 2011, écrivent à leur sujet « sous une phraséologie pseudo-anarchiste gauchiste et révolutionnaire c’est un message de soutien au capitalisme ».
En effet, déguisés en anarcho-libertaires, ils confortent les groupes de pression pro prostitution, la marchandisation du corps humain et des rapports sexuels, alors que je suis connue pour vouloir une Europe libérée de la prostitution et pour la pénalisation du client, avec des arguments qui ont convaincu la mission parlementaire sur la prostitution, donc je suis à faire taire pour ces apôtres du proxénéto-capitalisme, pour faire court des proxo-capitalistes.
Pour votre amusement, nous avons vérifié que les sites de rebellyon et Indymédia sont hébergés aux Etats Unis, que Indymedia est financé entre autres par la fondation Ford et autres officines distribuant des fonds de la CIA, qu’une responsable d’Indymedia donne des conférences à l’Université George Washington, lieu de formation à la pensée unique ultra libérale et de recrutement de la CIA.

Notre enquêtrice de pacotille ferait mieux de vraiment chercher plutôt que de reformuler les délires conspirationnistes de l’UPR.
Elle aurait ainsi trouvé que contrairement à son affirmation, Indymedia a refusé l’offre de subvention de la Fondation Ford ainsi que toute autre offre de la part de fondations.
Elle aurait compris les soucis de protection du collectif d’animation de Rebellyon en terme de sécurité pour les lecteurs et lectrices du site ainsi que les personnes qui y proposent des articles, qui l’ont amené à déménager le serveur aux États-Unis depuis 2007 et l’élection de Nicolas Sarkozy.
Elle ferait également bien de ne pas déformer totalement ses sources quand elle cite, à propos des Indignés qui seraient très critiques à propos de Rebellyon, un
court texte écrit en fait contre Indymedia, Les Indignés contre Indymedia Paris publié sur un petit blog obscur, et faisant suite à la dénonciation d’infiltrations répétées de l’extrême-droite à Paris qui ont été documentées par ailleurs.
Quant aux questions sur la prostitution, Michèle Vianès ne doit pas ignorer que c’est une question qui fait profondément débat dans les mouvements féministes, entre abolitionnistes et anti-prohibition (pour définir rapidement des positions divergentes qui s’expriment toutes les deux sur Rebellyon).
Enfin, on n’est pas au courant des professions des membres du réseau Indymedia, qui fédère 200 sites dans le monde et auquel Rebellyon n’est pas affilié même s’il en est proche. Mais vu les approximations de Vianès et ses fréquentations douteuses, l’accusation nous fait sourire.
Et effectivement, il est probable qu’une membre importante du parti de Nicolas Dupont-Aignan ne partage pas nos valeurs, ce dont on se réjouit, pas sûr non plus que les Indignés qu’elle récupère au passage partagent non plus les siennes.

Nulle violence ni diffamation ne sont donc nécessaires pour relever les incohérences manifestes de Michèle Vianès, c’est même plutôt amusant. Pas besoin non plus de fouiller très loin pour relever ses propos stigmatisant une population sous couvert de féminisme et de laïcité qui font le régal de Riposte Laïque.

Un texte publié par de nombreux et nombreuses militantes suite à son intervention à la mairie du 8ème revient sur son parcours et l’un de ses livres : Féminisme et laïcité : sur le détournement des idéaux - Le cas de Michèle Vianès.

Promue intellectuelle, elle a étonnamment étendu son champ d’expertise, devenant spécialiste ès laïcité, islam et Arabes. Insérée dans un discours de type « choc des civilisations » cher à Georges Bush, ex-Président des USA, sa stratégie de déplacements successifs du propos, de généralisations, d’amalgames et de fantasmes induit la stigmatisation d’un groupe spécifique, comme en témoigne une lecture de son ouvrage Les Islamistes en manœuvre.

Elle interviendra samedi 15 octobre dans le cadre d’une journée de débats organisée par son association, subventionnée par la région.

Le combat contre les intégrismes religieux ne doit en aucun cas servir la martingale que représente une fantasmée islamisation pour l’extrême-droite. On ne combat pas une oppression par une autre.

Des membres du collectif d’animation de Rebellyon

Notes

[1C’est Fadela Amara qui lui avait d’ailleurs remis la Légion d’Honneur, à l’occasion de laquelle Michèle Vianès avait prononcé un discours éloquent sur la patrie, la nation et les obscurantistes qui la menacent.

[2On peut voir son intervention ici et .

[3Plus exactement pour provocation « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée », pour un article qui se termine par cette présentation des Assises contre l’Islamisation dans ces termes sans équivoque : 6 mois après l’apéro saucisson-pinard du 18 juin 2010, faisons des assises internationales sur l’islamisation des pays européens du 18 décembre 2010 une date historique, qui marquera une étape dans l’indispensable résistance à la montée du fascisme islamiste et de ses collaborateurs zélés. Source.

[4Au 3 décembre 2010, la liste officielle des organisateurs était celle-ci : Résistance républicaine – Actions Sita – Free World Academy – Institut Européen de Socialisation et d’Education – L’Elan Nouveau des Citoyens – Bloc identitaire – Comité Lépante – Ligue du droit des femmes – Riposte Laïque – Vérité, valeurs et démocratie – Novopress – L’Ordre républicain – Liberty vox – Rebelles.info – Le Gaulois – Puteaux-libre – Union gaulliste – Drzz.info – SDF – L’Observatoire de l’islamisation – Parti de l’In-nocence – Ligue de Défense française – Cared – le Cercle Aristote – le Blog des gaullistes populaires.

[5Source : Mise au point, de Michèle Vianès.

[6Regards de Femmes reçoit très régulièrement des subventions de la ville.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 13 octobre 2011 à 20:59, par bouygues-comm.1984

    Bonjour ,

    Attaché d’information chez "Bouygues-com1984", je vous propose d’installer un système de vidéosurveillance dans vos locaux.
    J’ai été consultant en milieu carcéral pendant 3 ans ; jeune, dynamique , avec des chaussures pointues , je suis l’homme-qu’il-vous-faut !
    N’hésitez pas à faire appel à moi.

    Bouygues !!!!
    Le bonheur , c’est la sé-cu-ri-té !

    1984 n’est plus un rève , c’est MAINTENANT.

  • Le 13 octobre 2011 à 14:19, par nerproner

    Ne sachant pas comment vous contacter en personne, nous attirons votre intention ici.
    En effet, la fondation Vinci aimerais pouvoir s’investir dans Rebellyon par des moyens financiers. Nous portons beaucoup d’intérêt à votre site d’information qui représente un vrai ciment social, il participe aussi à un maillon de la liberté de la presse.
    Nous aimerions aussi par ce biais participé au confort des lecteurs et lectrices en vous aidants entre autres à l’amélioration du site et pourquoi pas à terme sortir un vrai journal papier. Pour cela nous sommes en mesure de vous financer a 100%. Ce journal papier pourrais s’appeler le Vinci Libre ?
    Nous pourrions aussi vous aider sur le plan de l’anti carcéral car nous sommes les leaders de la construction de prison.
    A bon entendeur.
    Contactez nous au siège de la fondation : 3 rue de la commune de paris 75016.
    Cordialement

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info