Rassemblement en soutien au peuple péruvien contre la répression : mercredi 4 janvier 2023 à 18h Place des Terreaux

575 visites

28 morts sous les balles de la police et de l’armée au Pérou en 1 mois : en soutien au peuple péruvien face à la répression sanglante des manifestant-es, rassemblement mercredi 4 janvier 2023 à 18h Place des Terreaux

Répression meurtrière

Depuis le 7 décembre 2022, des centaines de milliers de péruviens et péruviennes manifestent dans les rues de la capitale et des provinces andines contre l’accession au pouvoir de Dina Boluarte, suite à la destitution du Président Pedro Castillo. Iels exigent de nouvelles élections, la fermeture du Parlement et la libération du président sortant, placé en détention provisoire. Face aux manifestations, la répression policière est immédiate et meurtrière. Dans la foulée, deux provinces sont placées en état d’urgence.

L’État d’urgence comme « base légale »

Le 14 décembre, alors qu’on compte déjà 7 morts, l’état d’urgence est déclaré dans tout le pays pour une durée de 30 jours. Les dispositifs légaux et administratifs exposent les populations civiles à des violations de leurs droits et de leurs intégrités physique et morale (violences et détentions arbitraires, mauvais traitements, torture). La mise en place d’un état d’urgence nationale place le pays sous contrôle militaire, la mise en place d’un couvre-feu, l’usage légal d’armes létales et non létales, de véhicules blindés, à l’encontre des populations civiles. Le lendemain, on compte déjà 18 morts et un couvre-feu est déclaré dans différentes régions du pays. Le 16 décembre, la direction d’Amnesty International Pérou, déclare : « Les autorités péruviennes tournent le dos à la population et envoient les forces de l’ordre pour résoudre par la répression un problème qui devrait être résolu par le dialogue. La sécurité de la population ne peut être garantie en menaçant les droits humains ».

Un esprit de revanche raciste et classiste envers les manifestant-es

Depuis le début, et comme à l’accoutumée, les centaines de milliers de manifestant-es ne cessent d’être stigmatisé-es et qualifié-es de « terroristes » (« terrucos ») ou de « vandales » (« vándalos ») par des membres du gouvernement péruvien et du Congrès, des représentants de l’Armée et les médias nationaux.

Rappelons que les manifestant-es sont membres de communautés indigènes, de syndicats, de partis politiques, des associations de citoyen-nes, des travailleurs et travailleuses de toutes les professions, des étudiant-es, des groupes de femmes et des personnes mineures. L’assimilation inappropriée de ces citoyen-nes à des « terroristes » est susceptible de nuire dangereusement à la résolution du conflit et de servir de justification à l’usage légal de la violence d’État sur des populations civiles.

La répression au Pérou a entraîné, en moins d’un mois, plus d’une vingtaine de morts, dont plusieurs mineurs, et des centaines de manifestant-es grièvement blessé-es et arrêté-es.

Le gouvernement de transition de Dina Boluarte, sans légitimité populaire mais soutenue par la droite et l’extrême droite ainsi que par les forces armées, s’apprête à gouverner jusqu’en mars 2024.

Quel impact sur les politiques sociales amorcées par Pedro Castillo ?

Combien de morts d’ici-là ?

Non a la répression d’état !
Arrêt de l’état d’urgence !
Respect des droits humains !

En soutien au peuple péruvien face à la répression sanglante des manifestant-es :

Rassemblement mercredi 4 janvier 2023 a 18h
Place des Terreaux (devant l’Hôtel de Ville de Lyon)

Veuillez apporter, s’il vous plaît, des bougies pour une veillée en honneur des victimes de la répression.

Collectif pour le respect des droits humains au Pérou

P.-S.

Le Pérou est un pays centralisé, divisé et contrasté.

D’un côté, une capitale occidentalisée et riche, blanche et métisse parlant castillan, majoritairement à droite et qui a toujours tourné le dos aux zones rurales. De l’autre, les zones andines et amazoniennes à majorité indigène, dont les langues maternelles ne sont pas le castillan mais les langues originaires, oubliées depuis toujours par l’État (eau, électricité, hôpitaux, écoles, routes...).

L’élection de Pedro Castillo en 2021 a représenté un espoir pour les déshérités d’un pays aux nombreuses richesses naturelles. Depuis cette date, un parlement corrompu, réactionnaire et déconsidéré par 90 % de la population a entretenu une guerre institutionnelle pour paralyser l’action réformatrice de ce président issu des classes populaires et des Andes péruviennes. Deux motions de destitution ont été prononcées à son encontre, pour des motifs fantaisistes, et une troisième allait intervenir quand Castillo, aux abois, a décidé de dissoudre le parlement.

A l’issue d’un processus expéditif et à la légalité douteuse, le président a été destitué, arrêté, emprisonné et remplacé par sa vice-présidente Dina Boluarte.

mercredi 4 janvier 2023

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"