Rassemblement mercredi 30 mai pour Maxime, amputé de la main à la ZAD

1637 visites
Lyon ZAD de NDDL 1 complément

Rassemblement à 18h, Place Raspail, en soutien à Maxime, mutilé par une grenade explosive GLI-F4 sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes le 22 Mai 2018.
Venez nombreux et nombreuses, si possible muni·e·s d’un gant rouge à la main droite.

  • Malgré la pluie et l’appel tardif, plus de 50 personnes se sont réunies en soutien à Maxime.

    JPEG - 697 ko

    Malgré la pluie et l’appel tardif, plus de 50 personnes se sont réunies ce mercredi 30 Mai en soutien à Maxime.
    Pour qu’enfin cesse les mutilations et les blessé·es graves de la part de l’État, désarmons la police (et la gendarmerie) !

Des collectifs, victimes et familles de victimes de grenades appellent à des rassemblements à Nantes et dans toutes les villes pour Maxime et pour la suppression des grenades.

Mercredi 30 mai - Rassemblements à Nantes et dans toutes les villes pour Maxime et pour la suppression des grenades

À lyon, rdv 18h place raspail, ganté·e·s de rouge
Pour maxime et pour la suspension définitive de toutes les grenades explosives, rassemblons-nous !
JPEG - 1.2 Mo

Les mois d’avril et mai derniers, les expulsions sur les terres de la zad à Notre-Dame-Des-Landes signifiaient des milliers de gendarmes, de tirs tendus, et d’affrontements.
Mardi 22 mai, Maxime, un jeune de 21 ans étudiant à Lille, a eu la main littéralement arrachée par l’explosion d’une grenade, tirée par les forces de l’ordre.

Peu importe qu’elle soit lacrymogène, instantanée, assourdissante, à effet de souffle, à effet psychologique, à effet combiné, modulaire, offensive ou de désencerclement.
Peu importe le nom donné à cette grenade : une grenade est une grenade.
Et peu importe également ce que Maxime a fait pour que cette grenade lui explose dans la main. Jamais cette grenade n’aurait dû être lancée, ni dans sa direction ni ailleurs, car nous ne sommes pas sur un terrain de guerre.

  • Il y a quatre ans, Rémi Fraisse mourrait à cause d’une grenade qui avait déjà emporté Vital Michalon 37 ans avant lui.
    Cette grenade-là a été suspendue, mais l’État a jugé pertinent alors de sauver celle qui aujourd’hui a mutilé Maxime et d’autres avant lui.
  • Edouard W. a eu la main arrachée par une GLI F4 le 25 janvier 2001 à Lille lors d’une manifestation de pompiers.
  • Pascal V. a eu les orteils arraché par une GLI F4 le 29 janvier 2009 à Saint Nazaire lors d’une manifestation pour les retraites.
  • Mickaël C. a eu la main arraché par une GLI F4 le 26 octobre 2013 à Pont de Buis lors d’une manifestation des bonnets rouges contre les bornes écotaxe.
  • Robin P. a eu une partie du pied arrachée par une GLI F4 le 15 août 2017 près de Bure lors d’une manifestation contre l’enfouissement de déchets nucléaires.

Il perpétue ainsi cette fameuse doctrine française du maintien de l’ordre, le "savoir-faire à la française" qui permet à la France de faire le commerce juteux de ses armes de mort dans le monde entier.
Mais nos champs, nos forêts, nos rues et nos quartiers ne sont pas des champs de tir.
Combien de visages déjà défigurés par les flashballs et autres grenades ?
Combien de traumatismes, combien d’éclats dans les chairs de nos proches, combien de peur, combien d’existences brisées ?

Nous refusons de voir nos vies suspendues à un fil parce que des marchands de mort se jouent de nos rêves d’un monde meilleur.
Nous refusons d’accepter ces logiques meurtrières qui voudraient justifier l’usage des armes contre des populations civiles, quelle que puisse être l’idée qu’on se fait de leurs intentions : dans absolument tous les cas que nous connaissons, les forces de l’ordre n’étaient pas en état de légitime défense.
Nous exigeons que soient retirées aux forces de l’ordre ces armes qui mutilent nos chairs et celles de nos enfants.

Nous associons notre tristesse et notre colère à la douleur de Maxime et nous appelons toutes celles et ceux que cette histoire ne laissent pas indifférent-es à se rassembler ce mercredi 30 mai 2018 à 18 heures, dans toutes les villes et lieux-dits où cela sera possible. De chaque rassemblement nous ferons passer une photo à Maxime. Celles et ceux qui le souhaitent sont invité·es à venir avec un gant de couleur rouge.

POUR MAXIME ET POUR LA SUSPENSION DÉFINITIVE DE TOUTES LES GRENADES EXPLOSIVES, RASSEMBLONS-NOUS !

À LYON, RDV 18h PLACE RASPAIL, GANTÉ·E·S DE ROUGE


Premiers signataires :

  • Les ami.e.s de Maxime
  • Les parents et la soeur de Rémi Fraisse
  • Les frères de Vital Michallon
  • Collectif Désarmons-les !
  • Assemblée des blessé-es
  • Collectif du 22 mai
  • Collectif Vies volées
  • Le CRIME (Collectif anti-repression de Lille)
  • Collectif Face aux Armes de la Police
  • Collectif de l’ambulance partisane
  • Comité Vérité et Justice pour Adama
  • Robin P., mutilé au pied par une grenade GLI F4 à Bure le 15 août 2017
  • Elsa, mutilée à la main par une grenade de désencerclement à la ZAD du Testet le 7 octobre 2014
  • Geoffrey, mutilé au visage à Montreuil le 14 octobre 2010 (blocus pour les retraites)
  • Laurent, mutilé à l’oeil par une grenade de désencerclement à Paris le 15 septembre 2016 (manifestation Loi Travail)
  • Florent dit "Casti", mutilé à l’oeil par un tir de Flashball à Montpellier le 21 septembre 2012 (match de football)
  • Pierre, mutilé à l’oeil par un tir de lanceur de balle de défense à Nantes le 27 novembre 2007 (manifestation contre la LRU)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 30 mai à 11:40, par P’tit Louis

    Le gouvernement vient d’attribuer un marché de plus de 17 millions d’euros de fourniture de grenades et de fusils de lancement. L’avis d’attribution a été publié jeudi 24 mai. Le contrat porte sur 17.544.153 euros de munitions, pour les 4 ans à venir, destiné à fournir la police et la gendarmerie en grenades lacrymogènes et en lanceurs.
    Il a été réparti entre deux sociétés françaises, Nobel Sport, pour près de 12 millions d’euros, Aseltex, pour 5,3 millions d’euros, et une société allemande, Rheinmetall, pour 0,4 million d’euros.
    Lien vers l’avis d’attribution : Centrale des marchés
    L’appel d’offre avait été passé le 8 août 2017.
    Parmi les prestataires, la société Alsetex, à Precigné, dans la Sarthe, remporte 4 lots, pour un montant de 5,3 millions d’euros. Des lots qui comprennent notamment la fourniture de grenades lacrymogènes assourdissantes. Ce terme désigne souvent les GLI F4, des grenades qui contiennent une charge de 25 grammes de TNT. C’est une de ces grenades qui a arraché la main de Maxime Peugeot à Notre-Dame-des-Landes, le mardi 22 mai.
    La société Alsetex avait déjà remporté en février 2016 un contrat portant sur la livraison de 5,5 millions d’euros de munitions. Des munitions qui semblent donc avoir été consommées en moins de deux années.
    La société, qui emploie plus d’une centaine de personnes, fournit lacrymogènes et grenades explosives pour les marchés français et étranger.
    En 2014, une explosion avait coûté la vie à l’une des employées.
    Le 17 avril dernier, une manifestation contre les expulsions dans la Zad de Notre-Dame-des-Landes était organisée devant l’usine.
    • Source : Reporterre et France 3-Pays de la Loire
    • Photo : Grenades GLI-F4 selon leur distance de lancement (France TV Info)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « ZAD de NDDL » :

> Tous les articles "ZAD de NDDL"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le massacre du 17 octobre 1961 à Paris : "ici on noie les Algériens !"

Ce jour-là, des dizaines d’Algériens ont été noyés dans la Seine ou massacrés par la police française à Paris. C’est un devoir de justice de ne pas l’oublier. Le 17 octobre 1961 alors que la guerre d’Algérie touche à sa fin, le FLN appelle à une manifestation pacifique dans les rues de Paris pour dénoncer...

>Parution du n°1 de "Yoyo", un journal de lutte contre les barreaux

Yoyo, c’est un petit journal produit sur Paris-banlieue, qui s’énerve contre toutes les taules.Pour transmettre notre conviction que l’enfermement n’est pas là pour maintenir « notre sécurité » mais celle d’un système qui fonctionne sur l’écrasage de gueules. Et réaffirmer notre désir de voir tout ça...

> Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , "le pays des hommes intégres", à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire...

>Octobre lyonnais en 1942 : « Pas un homme en Allemagne ! »

C’est le cri des cheminots lyonnais des ateliers d’Oullins qui ont eu le courage le 13 octobre 1942 d’arrêter le travail pour s’opposer aux réquisitions de leurs collègues dans les entreprises de guerre allemandes. Le mouvement s’étend dans la région. L’unification de la résistance ouvrière et de la...

> Tous les articles "Guerres - Armements"
}