Site collaboratif d’infos alternatives

Sortie de Rafale n°3, « le copain des bois de la débrouille » gratos et plein de ressources

Revue « super irrégulière », le journal des conseils en tout genre, diffusé gratos dans des bars, librairies ou sur son site vient de sortir en septembre un nouveau numéro.

En voilà l’édito. il faudra dénicher une bonne adresse pour feuilleter l’ensemble du journal, et tout savoir des champs d’opium pharmaceutiques, découvrir des alternatives au serrurier, bidouiller un poële à bois, des médocs du quotidien, sans compter de chouettes entretiens. Si la version papier t’échappe, Rafale n°3 est aussi dispo en pdf sur leur site tout comme que les précédents numéros tout aussi excellents : http://www.plasticoportique.net/

Cher lecteur,
On te manquait un peu ? beaucoup ? Voire, tu trépignais carrément à l’idée d’avoir enfin ce nouveau numéro entre les mains ?
C’est vrai, ça fait un bail depuis l’opus 2. Pile-poil deux ans. Mais sache que cette longue attente n’était pas notre faute. On n’a pas eu le choix, on a dû fuir les uniformes. et aujourd’hui, on se cache toujours. Oui, nous écrivons ces lignes depuis des contrées clandestines. Un bouclage en mode cavale, c’est pas des plus faciles.
Tu veux plus de détails ? Petit curieux... Une certaine nuit de juillet – 2h47 sur nos montres synchronisées – dans une zone commerciale quelconque. On se sert de notre plus beau Crac (p. 29) pour pénétrer dans un entrepôt de la Foir’Fouille. C’est qu’on a décidé de faire honneur à une invitation à une soirée déguisée – promis, nous serons les plus beaux pour aller danser. Larchouma. Une fois à l’intérieur, on déambule dans les rayons, frontales sur le front et mimines au fond des gants. tranquilles. L’entrepôt est tout à nous, on se sent les rois du monde. On essaye des déguisements. On s’amuse. On déconne. On en fait trop. L’un se sert allègrement dans le rayon feux d’artifices tout en enfilant une perruque d’Elvis Presley
 ; l’une, possédée, fait un footing sur un tapis roulant ; pendant que d’autres, hilares, font un autodafé des cahiers de vacances – sus aux devoirs !
On décide finalement de repartir, on s’engouffre à huit dans la 106, on s’embourbe dans un champ, on tombe en panne sur le périph’, on repart grâce au bidon d’huile qui traînait dans le coffre (p. 6).
Quelle course ! On n’en peut plus, bordel, faut qu’on se pose. Heureusement qu’on arrive.
Home, sweet home. Et quelques minutes plus tard, jouasses, on savoure une infusion à la menthe poivrée et à l’aigremoine (p. 14), avachis dans nos canap’, tout en nous enfumant d’opium chipé dans un champ pharmaceutique (p. 60). et c’est en attisant le feu dans le poêle récemment fabriqué (p. 37) que feu Elvis se rend compte d’un détail pour le moins dérangeant : il a oublié sa perruque dans la Foir’Fouille – laissant ainsi son ADN à la maison poulaga. malheur.
Quelques jours plus tard, un matin bien matinal, on prend le café chez la voisine – celle qui radote et collectionne les chats – quand on entend de grands bruits de bois explosé. Les flics. Qui défoncent notre porte à coups de bélier. Alors que la voisine nous ressert de la tarte et du café, nous imaginons, le regard amusé, la trombine du condé soulevant les couettes une à une, se rendant compte que des mannequins nous remplaçaient. Puis on se concerte – on fait quoi ? Devant l’ampleur des accusations pesant sur nous et après un chifumi en soixante manches, décision est prise : on part ensemble en cavale. Pour mieux échapper aux bleus, nous passons nos passeports au zapper rFID (p. 11) puis les brûlons, simplement. mais surtout, nous convenons d’une stratégie toute particulière : nous allons nous cacher en chaque lecteur. Impossible de nous trouver, alors. Il va sans dire – et nous sommes désolés de te compromettre ainsi – que tu te trouves dès lors complice de nos précédents forfaits. Ce qu’on appelle une lecture impliquée. tu lis, tu es coupable. Ne t’en fais pas, pourtant : c’est en misant sur le nombre et la multiplicité que nous resterons à l’abri. Fais donc tourner cette revue autant que possible...
Cher lecteur, voilà pourquoi quasiment deux ans séparent ce numéro du précédent. On prend le temps. On garde le cap. On lâche rien. et on disparaît...

Quelques pages :

JPEG - 160.4 ko
JPEG - 192.6 ko
JPEG - 177 ko

La suite à lire sur : http://89.234.156.151/wordpress/files/2016/10/rafale3DEF.pdf

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

[Livre jeunesse] La Rédaction de Skarmeta et Matin brun de Pavloff

La Rédaction et Matin brun sont deux livres traitant de la dictature, le premier présente un enfant qui apprend à se positionner par rapport à cette situation qu’on se garde de lui expliquer. Le second montre l’urgence de réagir quand des lois injustes sont...

> Tous les articles "Expression - contre-culture"