Syrie : Solidarité avec les opprimé-e-s en lutte

600 visites
2 compléments

En Syrie, depuis plus de 7 mois, des centaines de milliers de révolté-e-s défient le régime et luttent pour la liberté et la justice sociale. Partie
de Deraa dans le sud du pays, la vague de révolte s’est propagée dans toute la Syrie, malgré les massacres, la torture et les viols perpétrés par les services secrets (moukhabarat) et les miliciens à la solde du régime (chabihas).

Le régime syrien a cru pouvoir noyer la révolte dans le sang, mais la violence de la répression n’a pas empêché
la contestation de s’installer dans la durée. Déjà, les premières fissures dans l’édifice du pouvoir clanique et sanguinaire apparaissent avec la multiplication des désertions de soldats.

Face aux dictatures et aux démocraties bourgeoises : une lutte populaire pour la liberté et la justice sociale.

Malgré les protestations verbales, aucun des États de la région (Israël incluse) n’a d’intérêt à la chute de ce régime considéré comme garant de la stabilité dans la région. Et peu importe que le sang coule !

C’est la même chose pour les États occidentaux - dont l’État français -, qui souhaitent avant tout garder la main dans la région et mettre fin au processus révolutionnaire. Il continuent d’ailleurs à collaborer économiquement avec le régime
qu’ils prétendent dénoncer.

Le régime syrien, qui niait les dimensions de classe des révoltes de Tunisie et d’Égypte en prétendant qu’elles
s’expliquaient par le positionnement des dictatures sur la question palestinienne, se gargarisait dans le même temps de l’absence de contestation sur son sol. La vague populaire ne l’a pas épargné, pas plus que le régime iranien, car les mouvements s’inscrivent dans un contexte de révolte mondiale contre le capitalisme en période de crise, et dans une aspiration mondiale des classes populaires à la liberté et la justice sociale.

Cacher la lutte derrière le complot..

La propagande du régime crie au complot extérieur comme l’avait fait l’Iran et comme le font classiquement les États en période d’intense contestation populaire. Cette version se heurte à la dimension internationale de la révolte. Le discours officiel est d’ailleurs démenti par le refus de l’immense majorité des révolté-e-s de touteintervention occidentale, bien consciente que cette dernière
ne vise qu’à instrumentaliser le mouvement populaire
pour servir les intérêts impérialistes quitte à porter au pouvoir d’anciens dignitaires des régimes renversés. En Libye, c’est l’ancien n°2 du régime Kadhafi qui a pris les rênes du pouvoir.

Car si le régime saoudien accuse l’Iran d’être derrière les révoltes sur son sol et que les régimes syrien et iranien
accusent l’Arabie Saoudite de manipuler la révolte, la réalité est tout autre : dans chaque pays, la révolte se développe contre la dictature et contre la confiscation
des richesses économiques par une minorité. Les régimes qui s’opposent sont en réalité de même nature
 : opposés aux classes populaires.

… confessionnaliser ou ethniciser si besoin...

Tout en réprimant, le régime syrien entend diviser la population en prétendant que le mouvement a une dimension confessionnelle et brandit la menace d’une « dictature sunnite » dont les frères musulmans seraient l’instrument. Or ce courant réactionnaire est minoritaire dans la révolte, même si après d’intenses
hésitations et des tractations avec le pouvoir, il tente de reprendre la main. Il représente d’ailleurs une alternative pour les impérialistes dans la région en cas de chute du régime, à la manière de Khomeny lors de la révolution iranienne. Tout sera fait pour éviter que la révolution
politique débouche sur une révolution sociale.

… Mais la révolte est toujours là !

La participation à la révolte de Syrien-ne-s de toutes les confessions (chrétiens, ismaéliens, druzes, chiites, sunnites) et le caractère très majoritairement laïc et progressiste des slogans apporte de toute façon un démenti
à cette propagande.

Comme partout dans la région, il se crée en Syrie depuis plusieurs années un mouvement libertaire qui prend sa part aux révoltes populaires et à la lutte contre l’oppression. Nous relayons ici leurs revendications : « Bachar dégage ! Liberté pour le peuple syrien ! Multiplions les comités populaires comme alternative au régime ! Solidarité populaire contre les oppresseurs et non intervention impérialiste ! »

Coordination des Groupes Anarchistes

JPEG - 41.8 ko


La plume noire, 8 rue Diderot , 69001 Lyon
Permanences samedi 15h-19h, dimanche 15h-19h
Émission Idées Noires, tous les mercredis 20h-21h sur le 102.2 Mhz de Radio Canut
groupe-lyon [at] c-g-a.org
- Vous pouvez recevoir les informations de la CGA-Lyon en vous inscrivant sur notre liste de diffusion

JPEG - 324.4 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 22 octobre 2011 à 10:47, par Djou

    Projection dimanche à 15h du documentaire « Syrie, dans l’enfer de la répression ».
    Durée 1h.
    Lieu : La Plume Noire, 8 rue Diderot 69001 Lyon.
    Prix libre.

  • Le 20 octobre 2011 à 14:06, par S.

    Manifestation de soutien aux révolté-e-s syrien-ne-s samedi 15 heures Place Bellecour

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info