Texte d’appel de l’AG de Lyon du 7 mai

2682 visites
6 compléments

Une AG de lycéens, étudiants et jeunes travailleurs appelle à un rasemblement demain 8 mai à 14h à Bellecour. Ci-joint le texte d’appel (lire la suite…)

Dès l’annonce de la victoire électorale de Sarkozy, des milliers de personnes ont manifesté spontanément dans les quartiers populaires comme dans les centres des grandes villes de France. Le lendemain, ce sont les lycéens qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur révolte. Et le soir, les manifestations ont continué.

C’est la première fois de toute l’histoire de la Ve République que des manifestations massives s’opposent à la légitimité d’un président avant même qu’il ne soit investi. Et c’est justifié ! Le mode de scrutin, l’existence même d’un président de la république qui concentre entre ses mains des pouvoirs énormes, les manipulations et connivences médiatiques évidentes qui ont soutenu Sarkozy, sont fondamentalement antidémocratiques et évacuent de la représentation une large part de la société.

La réponse du pouvoir a été immédiate : des centaines d’arrestations, des dizaines de blessés. Nous exigeons la libération des emprisonnés, la levée immédiate des poursuites.

Nous avons raison de nous révolter, car ce que nous promet Sarkozy, c’est :
- les cadences infernales du « travailler plus pour gagner moins »
- la liquidation du droit de grève (service minimum, vote majoritaire dans les entreprises et les universités)
- la liquidation du contrat de travail (contrat unique sur le modèle du CPE/CNE refusé par la jeunesse et les salariés l’année dernière)
- la casse des retraites, du service public (santé, éducation, culture, etc.)
- la chasse accrue aux sans-papiers et à leurs familles
- l’alignement de la politique internationale de la France sur celle des U.S.A., en plus de la contination du pillage néo-colonial en Afrique

Et pour faire passer tout cela, le renforcement de tous les dispositifs policiers et sécuritaires et la suppression des libertés publiques et des possibilités d’expressions.

Comme la majeure partie des travailleurs, des jeunes et des quartiers populaires qui n’ont pas voté pour lui, nous ne reconnaissons aucune légitimité à l’Etat Sarkozy. Les opprimés de ce pays doivent surmonter leur démoralisation présente pour faire face aux batailles à venir, qui seront décisives. Et ce n’est pas en négociant avec le futur gouvernement Sarkozy, que nous pourrons le mettre en échec.

Les manifestations spontanées ne suffiront pas pour mettre un coup d’arrêt aux attaques et faire tomber le pouvoir. Sur nos lycées, nos universités, dans nos entreprises et nos quartiers : organisons nous !

Manifestons massivement pour avertir le gouvernement à venir que nous ne laisserons rien passer, et pour redonner le moral à ceux qui l’ont perdu. Et, surtout, dès à présent, tissons les liens nécessaires pour l’avenir : c’est dans l’unité de la jeunesse et des salariés, avec toutes leurs organisations, et par la coordination nationale, que l’on pourra les faire plier ! L’exemple du CPE nous le montre.

Assemblée Générale lycéens, étudiants et jeunes travailleurs – Lundi 7 mai 2007 (adopté à l’unanimité)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 mai 2007 à 12:29

    Nous ne reclamons rien. Nous ne sommes pas democrates. Nous sommes desesperés, et nos desirs sont infinis.
    Pour l’instant, on s’etire et on se retrouve dans l’emeute. Quand on sera prets, c’est a dire ce soir, nous agirons.

    Nous sommes engagés dans une lutte a vie. Ne nous demandez pas pourquoi, s’il vous plait.

  • Le 10 mai 2007 à 09:05

    22:33 Je rentre chez moi après avoir traversé toute la presqu’île et j’ai pu constaté que tout redevenait normal ; je ne cherchais pas une manifestation je rentrais tranquillemnet chez moi, hier soir en rentrant de la manif je m’étais dit qu"il était tant de s’organiser pour être nombreux aspect essentiel qui limite les répressions violentes et les arrestations. Je pense toujours qu’il faut s’organiser mais je pense également qu’il faut continuer à occuper la rue et clamer notre opposition. Il faut s’unir au plus vite et passer à l’action il faut s’unir dans un but commun ( cet énorme non que nous voulons pousser à la société qui nous attend) et ne pas juger les pratiques de lutte de chacun (je parle entre autre de violence et de non-violence). C’est pour ça que je pense que l’AG de demain doit être massive, je ne fais partie d’aucun partie et d’aucun syndicat et je ne souhaite pas ( même si j’ai un grand respect pour leur lutte quotidienne) qu’ils s’emparent du mouvement. C’est un mouvement qui doit rester aux mains des citoyens. En tant qu’individu, nous devons venir exposer nos réfexions et idées. A DEMAIN

  • Le 9 mai 2007 à 00:34

    Personnelement , je fais partie des abstensionistes de ce second tour , par conviction d’ailleurs car aucun des deux candidats ne me séduisait plus que l’autre.
    J’aimerai savoir quel sont les réclamations des manifestants que je vois depuis dimanche soir dans les rues de Lyon. On a le droit d’être contre Sarkozy, mais demander sa démission alors qu’il a été élu à la majorité des suffrages c’est contraire aux principes de la démocratie dans notre pays .

  • Le 8 mai 2007 à 22:18

    Je pense que beaucoup de gens savent pourquoi ils gueulent.

    Le mot-clé de ton message c’est « ne rien laisser passer », c’est ce à quoi nous devrons nous attacher maintenant.
    Ce sont les plus fragiles qui vont souffrir en premier.

    Et se confronter, parler, parler, parler à quelques un-e-s de ces 53% de Lyon ou d’ailleurs...parce qu’ils sont bien là !

    L.

  • Le 8 mai 2007 à 17:04, par je n’aime plus la france sarko , je l’ai quitté pour l’australie :)

    C’est bien beau de dire que c’est antidemocratique, mais ce sont 53% des votants qui ont choisi en leur ame et conscience sarkozy. Ne rien laisser passer, certes si cela est nefaste mais il ne faut pas non plus se braquer et gueuler sans savoir pourquoi ... Manifester parceque vous êtes mécontents, soit, mais parlez pas d’antidemocratie, c’est injuste de le dire. La France a besoin de réforme, pas forcement populaire, la droite aussi bien que la gauche devra les faire ... au peuple de vérifié les modalités et l’ethique... Et tres franchement, je prefere sarko a l’elysée que premier ministre... il a moins de pouvoir, et sur l’aspect international, qu’il soit pres des américains tant mieu, mais qu’il soit pas aussi con et porté sur la gachette comme l’autre cow-boy.

    Je ne suis pas en france, je suis avec interet ce qui se passe... et les manifs spontanées je dis oui, l’excuse donné par les médias « attention emeute » je trouve ca nul...

    Alors regroupez vous autour d’idée, attendez d’entendre les siennes, et la vous pourrais vous organiser...

  • Le 8 mai 2007 à 15:38, par SuNn

    Faire des manifs c’est bien beau mais ..... que veut on ? le président à été élu a 53%, on demande quoi exactement ? Y a t il quelque chose de prévu ?
    S’organiser oui .... comment ? il y a des propositions ? on manque d’informations, beaucoup de gens, énormément de gens sont prêt à sortir dans la rue si on les informe de ce qui se passe.

    Cordialement,

    Pour un texte plus approfondi lorsque j’en aurai le temps ....

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>[Radio Canut] Du fric pour l’hôpital public !

Entretiens croisés avec un pneumologue et une addictologue sur l’épidémie de coronavirus et ses conséquences sur le système de santé, sur les soignant·es et sur les populations les plus précaires. Ou comment des décennies de casse de l’hôpital se payent...

>Coronavirus : 5 mesures d’urgence

Face à la crise sanitaire majeure qui frappe le monde entier, nous ne pouvons nous contenter de dénoncer l’inaction du gouvernement, ou de respecter les – nécessaires – mesures de prévention. Alors que les ravages du néolibéralisme et de la destruction des services publics sont désormais des évidences...

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"