Tir de LBD classé sans suite : la justice lyonnaise saisie

709 visites

L’enquête conduite par la « cellule de déontologie » n’a jamais auditionné le principal témoin. Les deux seuls auteurs possibles du tir rejettent la responsabilité l’un sur l’autre. Une « plainte avec constitution de partie civile » a été déposée jeudi dernier.

La justice va enfin devoir examiner les enquêtes partiales des « cellules déontologie ». Jeudi dernier, l’avocate de M. a déposé une « plainte avec constitution de partie civile ». Une procédure plutôt rare, tant la plupart des victimes abandonnent en cours de route. M., première Gilet jaune à avoir obtenu condamnation de l’État au tribunal administratif suite à un tir de LBD, n’a jamais pu avoir une enquête effective de la part de la justice pénale. Le procureur de la République de Lyon avait classé sa plainte sans suite, puis la procureure générale de la cour d’appel avait confirmé ce classement après un complément d’enquête très rapide.

Le problème, ce sont les défauts de l’enquête de la « cellule de déontologie » de Lyon. Ces « cellules déontologie », dispersées dans chaque département, traitent discrètement 9 plaintes contre la police sur 10. Elles sont pires que l’IGPN : dotées de moins de moyens et de moins d’indépendance que la tristement célèbre inspection. Cerise sur le gâteau : à Lyon, la cellule est toujours chapeautée à ce jour par le commissaire général David Picot, qui a menti à l’IGPN dans le cadre d’une affaire de violences policières.

Lire notre enquête sur le mensonge du numéro 3 de la police à Lyon

A la recherche de « TK700 »

La plainte a été déposée par Maître Adeline Dubost, du barreau de Lyon. Elle dénonce : « l’ensemble des investigations nécessaires à la manifestation de la vérité dans cette affaire n’ont toujours pas été diligentées ». Et détaille : « Un membre des forces de l’ordre [identifié par son indicateur radio comme « TK 700 »] a reçu l’information qu’un tir de LBD avait touché un manifestant à la jambe, à un horaire et une localisation qui correspondent en tous points au tir dont [M.] a été victime. « TK700 » est donc, logiquement, en mesure d’identifier le fonctionnaire de police qui l’a informé qu’un manifestant avait été touché à la jambe. Pourtant, les enquêteurs n’ont pas cherché à identifier « TK700 » et, a fortiori, à l’auditionner ».

En outre, les deux seuls fonctionnaires ayant pu procéder au tir se renvoient la responsabilité. « Pour autant, aucune confrontation entre les deux fonctionnaires de police auditionnés n’a été organisée », critique l’avocate. La tardiveté de la réquisition des vidéosurveillances est également dénoncée par Maître Dubost. Un juge d’instruction devrait être prochainement saisi de ce dossier… plus de quatre ans après les faits. Une seconde plainte, visant les défauts d’une autre enquête de la « cellule de déontologie » lyonnaise devrait être déposée prochainement par Naïm. Pour lui, c’est encore pire : les policiers responsables, identifiés, n’ont jamais été entendus…

Groupes associés à l'article

Flagrant Déni

  • https://www.flagrant-deni.fr
  • contact@flagrant-deni.fr
  • Autres infos : Twitter: @FlagrantDeni insta : https://www.instagram.com/flagrantdeni/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Flagrant Déni » :

>Violences policières, l’escalade ?

Sous Macron, la police a tué deux fois plus que sous Sarkozy, et tiré cinq fois plus au LBD sur la population. Macron ne cesse de jouer au rempart contre « les extrêmes ». Pourtant, ces chiffres montrent l’extrême violence d’une politique policière assumée.

› Tous les articles "Flagrant Déni"

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

› Tous les articles "Répression policière"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"