Un début de mobilisation en fanfare : 15000 personnes en manif, des lycées et fac bloqués

6519 visites
1 complément

Ce 22 mars, la mobilisation a débuté dès le matin par le blocus de Lyon 2 sur les quais, rapidement rejoints par les lycéens. À 10h30, ce sont près de 15000 personnes, profs, soignants, fonctionnaires, cheminots, précaires ainsi que la jeunesse qui ont défilé dans les rues de Lyon ! Ce n’est qu’un début, la lutte continue !

Suivi: 19 mises à jour. La plus récente en premier | la plus ancienne en premier
  • Fin du suivi et RDVs

    Les derniers manifestant.e.s finissent le parcours.

    Une assemblée Générale commence immédiatement sur le campus de Lyon II - Quais, Amphi Say.

    On en profite pour vous rappeler les autres RDVs du jour :
    - Gouters solidaires Jamais Sans Toit à 16h30 dans les Ecoles Mazenod (Lyon 3) et Jouhaux (Lyon 3)
    - 18h30 : Comment se défendre depuis les mouvements ? Comment penser la répression comme possibilité d’affirmation politique ? à l’Atelier des Canulards

    JPEG - 279.3 ko
  • Premières estimations et AG post-manif

    Les premières estimations, celles de la CGT, commencent à circuler. On annonce 15 000 personnes dans les rues de Lyon (qui sont loin d’être toutes et tous arrivé.e.s à la préfecture). La police s’est empressée de contrebalancer les chiffres de la CGT auprès de la presse, dont certains titres annoncent 9 200 personnes de source policière, ce qui nous parait exagérément sous-estimée au vu de la mobilisation du jour.

    Circule également dans les cortèges un appel pour une assemblée générale post-manif (lieu à préciser).

    Un complément d’info sur un truc qu’on a raté :

    13h : Nasse d’une cinquantaine de personnes, jeunes/étudiants -ils ont laissé passer les vieux/ceux estampillé d’un syndicat- sur le pont Wilson. (« ordre de »mise en cage" par un des crs). Passé complétement inaperçu. Sortie un par un après contrôle d’identité + fouille vers 13h20. Petit cadeau de sortie : un flic pousse un jeune car il est sur la route, son collègue dans le camion ouvre la porte au même moment, prise en sandwich brutale et bruyante.

  • Face à Face sur les quais (en photos)

    Sur les quais du Rhône

    JPEG - 474.6 ko
    Les flics face à la manif sauvage
    JPEG - 280.5 ko
    Lacrymo sur les manifestant.e.s après la première charge
    JPEG - 426.5 ko
    Occupation policière des quais
  • Manifestation sauvage sur les quais du Rhône, premières charges et lacrymo

    Une partie du cortège est parti en manif sauvage sur les quais. Les premières lacrymo commencent à fuser et les flics courent pour bloquer le cortège. Face à Face sur les quais.

    JPEG - 772.6 ko

    Premières charges de flics, le cortège se replie vers la rampe.
    Les flics filment l’ensemble de la manœuvre, probablement pour pouvoir identifier les participants à la manif sauvage. La foule en haut des quais hue les flics.

  • La tête de cortège est à la Préfecture, entouré de flics

    La présence policière est massive autour de la préfecture et bloque de nombreux accès, on se demande bien comment la manifestation va pouvoir de disperser (ou pas).

    JPEG - 2.1 Mo
    Des policiers en tenue jusque dans les parcs, peut-être qu’ils cherchent des oeufs de Pâques ?
  • Slogans, accrochage sur les quais et révouerture de Lyon II Quais (sic)

    Au milieu des slogans, ça innove un peu (début de mouvement oblige) et l’ami Gérard en prend pour son grade, c’est gratuit et ça fait du bien :
    "Gérard Collomb, t’es dégueulasse, lalala,
    t’es dégeulasse, lalala
    ".

    Sur le parcours, collage d’affiches et arrachage des affiches sexistes. Devant une boite d’immobilier au niveau de la passerelle du collège, petit accrochage : le patron de la boite sort et cherche à agresser les manifestant pour une affiche collé sur le coté. Il gueule les rengaines réactionnaires habituelles sur ces fainéants de manifestants qui « feraient mieux de retourner bosser ».

    JPEG - 2 Mo

    Pendant ce temps la présidence de Lyon II annonce la réouverture du campus des quais pour cette après-midi 14h, ça nous étonnerait que les étudiant.e.s grévistes aient été consulté.e.s.

    Tous les ponts sur le Rhône sont systématiquement bloqués par les flics pour éviter tout départ en manif sauvage.

    JPEG - 2.8 Mo
    La Guerre du rail a commencé !
  • La manifestation s’étend des deux cotés du Rhône

    Au niveau d’Opéra la manifestation n’aura été coupé que très brièvement par les flics, et les étudiant.e.s/lycéen.ne.s ont pu repartir dans la foulée.

    Le cortège a traversé le Rhône et commence à descendre les quais.

    JPEG - 613.5 ko

    Et une petite photo de la banderole du Pink Bloc :

    JPEG - 628.3 ko
  • Les flics coupent le cortège en deux

    Déploiement policier au niveau d’Opéra pour couper la manifestation en deux devant le cortège étudiant (ou lycéen ? on a un doute, un cortège remuant en tout cas du point de vue policier...)

  • Un parcours en zigzag.... et des flics aux fenêtres

    Cette manifestation syndicale a des airs de manif sauvage, arrivé au niveau des terreaux le cortège a bifurqué vers l’Opéra, traversé la place de la Comédie et rejoint actuellement les quais par la rue qui longe la place Louis Pradel (en contrebas des marches).

    On nous signale que des flics sont présents aux fenêtres sur le parcours pour prendre des photos.

    A 11h45 certain.ne.s manifestant.e.s sont encore place Bellecour ! La mobilisation est conséquente et les cortèges s’étirent le long d’Edouard Herriot.

  • La tête du cortège arrive aux Terraux alors que d’autres quittent à peine Bellecour

    Sur le parcours du cortège les affiches fleurissent

    JPEG - 2.7 Mo
    JPEG - 2.9 Mo

    Rue Edouard Herriot les cortèges étudiant.e.s et lycéen.ne.s se donnent un peu d’espace.

    JPEG - 568.3 ko
    JPEG - 622.6 ko
0 | 10

22 mars : grève et manifestations dans la Fonction publique : communiqué commun des organisations CFTC, CGC, CGT, FAFP, FO, FSU et Solidaires

Réunies à Lyon le 26 février, les organisations CFTC, CGC, CGT, FAFP, FO, FSU et Solidaires ont fait le bilan des réunions bi latérales organisées par le Ministre. Les discussions ouvertes par le gouvernement sur le recours accru aux contractuels, les éléments de rémunération dont celui du mérite, une révision des instances de dialogue social…engagent de profondes remises en cause des missions publiques et une dégradation des conditions de travail des agent-es. C’est aussi une menace réelle contre le Statut Général des fonctionnaires et la fin possible d’une Fonction publique au service de l’intérêt général.

A l’inverse de ces orientations inquiétantes, et de celles contenues dans le programme Action publique 2022, la qualité des services publics à rendre aux usagers sur l’ensemble du territoire, la défense de l’intérêt général, nécessitent la création d’emplois qualifiés pérennes et de qualité, une plus grande reconnaissance du travail et des missions exercées par les agent-es, une amélioration significative de leurs salaires.

Pour les plus de 5 millions d’agents de la Fonction publique, après le report de PPCR et contrairement à ce qu’avait promis Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, leur pouvoir d’achat continue de baisser du fait du gel de la valeur du point d’indice, du rétablissement
de la journée de carence, de l’augmentation de la CSG avec une simple compensation et des retenues pour pension.

L’ouverture rapide de négociations est indispensable pour pouvoir rediscuter d’une augmentation réelle et significative des salaires de toutes et tous les agent-es de la Fonction publique, permettant une réelle reconnaissance de leur engagement professionnel quotidien qui contribue à la qualité des services publics, au développement du pays comme à la cohésion de la société.

C’est pour faire entendre ces légitimes revendications que les organisations CFTC, CGC, CGT, FAFP, FO, FSU et Solidaires appellent les agent-es à se mobiliser massivement le 22 mars.

Pour :

· Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le
rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat ;
· L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui
en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
· Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre
la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
· Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
· L’abrogation du jour de carence ;
· La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ;
· La défense du statut général des fonctionnaires, et des statuts particuliers, qui permet déjà de
répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire et qui garantit l’égalité
entre les usagers.

Manifestation à Lyon départ à 10h30 Pl. Bellecour en direction de la préfecture

JPEG - 180.3 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 22 mars 2018 à 13:51, par

    13h : Nasse d’une cinquantaine de personnes, jeunes/étudiants -ils ont laissé passer les vieux/ceux estampillé d’un syndicat- sur le pont Wilson. (« ordre de »mise en cage" par un des crs).
    Passé complétement inaperçu. Sortie un par un après contrôle d’identité + fouille vers 13h20.
    Petit cadeau de sortie : un flic pousse un jeune car il est sur la route, son collègue dans le camion ouvre la porte au même moment, prise en sandwich brutale et bruyante.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info