Une belle victoire amère pour la famille Grigorjan à Vaulx

1573 visites

Mobilisation à Vaux en Velin contre l’expulsion d’une famille, avec le réseau « Éducation sans frontières ». Seule la lutte paie !

La famille Grigorjan ne sera pas à la rue !

Mardi 18 octobre au matin, la famille Grigorjan, dont deux enfants sont scolarisés au collège Henri Barbusse et deux autres dans les écoles Grandclément et Wallon de Vaulx-en-velin, s’est retrouvée à la rue. Face à cette situation inadmissible et face à l’absence de solution de la part des institutions étatiques ou territoriales - ceci malgré les nombreuses démarches entreprises depuis une semaine - une large majorité des enseignants du collège ont décidé de se mettre en grève. Des rassemblements ont été organisés le matin devant l’antenne vaudaise du Conseil général puis l’après-midi devant la DDASS. Dans les deux cas des délégations ont été reçues.

Une solution de logement, bien que partiellement satisfaisante, a finalement été obtenue pour la famille Grigorjan. Celle-ci ne dormira donc pas dans la rue ! Alors qu’aucune solution n’a été trouvée par les voies institutionnelles, la solidarité, la mobilisation, la détermination, la lutte collective et la grève des enseignants a permis d’éviter le pire pour cette famille. Dès ce soir, la famille Grigorjan est logée dans un hôtel du deuxième arrondissement de Lyon. Cette situation durera jusqu’au déclenchement du plan "froid", début novembre, où une situation de relogement en foyer leur sera proposée. Un nouvel entretien auprès du Conseil général en fin d’après-midi a permis d’obtenir des réponses en terme de nourriture par l’obtention de bons alimentaires réguliers.

Ces solutions permettront à la famille Grigorjan de vivre le temps que sa situation administrative soit réétudiée par la préfecture suite au dépôt d’une demande de révision de son dossier. Néanmoins, cette situation n’est pas totalement satisfaisante parce que le logement en hôtel reste un logement précaire et que l’éloignement de Vaulx-en-velin va entraîner de longs et lourds déplacements pour les enfants pour poursuivre leur scolarité. De plus, cette situation peut se prolonger si aucune place en foyer n’est disponible début novembre. Rappelons aussi que, pour les enseignants du collège Henri Barbusse, le logement en foyer doit être compatible avec la poursuite de la scolarité des enfants dans leur collège et leurs écoles sur Vaulx-en-velin. Nous resterons donc attentifs à la situation qui sera faite à la famille Grigorjan et prêts à nous mobiliser de nouveau si nécessaire.

Les sections syndicales CNT et SUD du collège Henri Barbusse, mardi 18 octobre 2005

Une belle victoire amère

Lutte terminée, la famille est logée pour un temps. Les objectifs ne sont pas atteints. Nous voulions un logement sur Vaulx ou a proximité. Elle est à l’hôtel, à Perrache. 1 h 30 aller-retour pour aller à l’école. Le dernier de 3 ans ira-t-il à la maternelle ?

Et puis, grâce à notre capacité de mobilisation nous sommes officieusement passés devant une famille à la rue depuis une dizaine de jours... avec un bébé de 4 mois et une petite fille. C’était suggéré à demi mot, sur le coup on a pas trop compris. Il fallait une solution pour que "le travail reprenne" et que "l’agitation cesse". Et puis à la sortie de la DDASS on l’a croisée. Bon elle, elle n’avait pas de comité de soutien et les enseignants de la petite scolarisée à Villeurbanne ne s’étaient pas mobilisés... Alors ils étaient à la rue. « Les services de la veille sociale explosent » nous a dit la DDASS, ils ne savent pas comment faire face dans les jours et les semaines qui viennent aux demandes qui sont faites. Ils « gèrent des priorités », en fonction des "moyens".

Pour chaque "gestion", des hommes des femmes et des enfants, tout petits parfois, restent sur le carreau....« Faute de moyens »... ou de « plus de régularisation » nous a dit officieusement un encravaté...

Alors une petite victoire oui... mais j’ai un goût bien amer dans la bouche.

Ce qui est certain c’est que l’agitation fait peur. Les fonctionnaires de la DDASS avaient l’air amer eux aussi. Je pense qu’ils avaient eu des ordres d’en haut pour que "l’agitation cesse", et que contre leur volonté ils laissent sans doute de côté un cas "très urgent" pour un cas "seulement urgent".

L’agitation fait peur. Au-delà du simple logement de la famille Grigorjan, la solution passe par le bruit qu’a pu faire un comité de plus sur le sujet. Travailler comme si de rien n’était serait cautionner une telle misère, et serait contraire à notre engagement éducatif quotidien.

Denis Pourrat Collège Barbusse, Vaulx en Velin, mercredi 19 octobre 2005

P.-S.

Éducation sans frontières
Site : educationsansfrontieres.org
Adresse postale : RESF Lyon c/o Ligue des droits de l’Homme
5 place Bellecour 69002 LYON

Tél : 06 81 51 81 44 ou 06 23 85 17 70
Courriel : resflyon(arobase)yahoo.fr ou resflyon(arobase)aol.com

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info