Site collaboratif d’infos alternatives

Une cartographie des violences policières en France lors du mouvement contre la Loi Travail

18136 visites
Loi travail 12 compléments

Un Lyonnais a recensé quelques unes des violences policières photographiées, filmées, les plus marquantes depuis le début du mouvement contre la Loi Travail : contrairement à ce que peuvent en dire les gouvernants ou les syndicats de policiers, un phénomène loin d’être rare. Quelques liens également sur d’autres violences, à étoffer. Dernière mise à jour : mercredi 18 mai - 9 h.

A cette cartographie mise à jour le 16 mai, visible en plein écran sur http://noblog.fr/violences-policieres.html et réalisée par Arnaud Constant, on peut ajouter d’autres articles. N’hésitez pas à en signaler d’autres dans le forum ci-dessous, avec si possible un lien vers un article, une photo, ou une vidéo. On reporte les plus significatives dans l’article.

Si vous êtes victime ou témoin de violences policières, à noter une initiative de militant·es, lycéen·nes, étudiant·es, avocat·es et médecins pour saisir le Défenseur des droits.

Violences policières

Mise à jour du 6 mai - 17 h

Toulouse : évacuation violente d’un Macdo occupé
IAATA - 5 mai
La police brise les vitres du fast-food occupé lors d’une action Nuit debout puis traîne un interpellé dans le verre. Il finira à l’hôpital dans un sale état.

Violences policières : des manifestants témoignent
Mediapart - 5 mai
Témoignages de douze manifestants, témoins ou victimes de violences policières lors des manifestations du 28 avril et du 1er mai à Paris.

Dans les rues adjacentes à République, les CRS chargeaient de nouveau, la panique, des gens à terre se faisaient tabasser, une fille se faire éclater la main parce qu’elle l’avait levé pour parler (habitude de l’école et des codes de l’AG), et devant le Bataclan,vers 2 h 30 du matin, un jeune homme est embarqué avec du scotch sur la bouche ! J’ai vécu, pour la première fois et sans avoir pu imaginer ça possible, des scènes de guerre en plein Paris. Nous étions complètement paniqués.

Paris : Un ancien pompier signale un malaise à des CRS : un jour d’ITT
Mediapart - 4 mai
Jugé en comparution immédiate après avoir été interpellé le 1er mai à Nation, un ancien pompier de 42 ans témoigne :

Après que le cortège a été scindé en deux, il signale à des policiers une personne qui fait un malaise. « Il a été pompier de Paris dans les années 90. Il est qualifié pour percevoir un malaise d’une certaine gravité. » Mais en réponse à son alerte, raconte Jamel, les policiers lui ont répondu par des coups de bouclier et de matraque dans les côtes (…). Des ecchymoses, des hématomes, et d’autres blessures ont généré une journée d’ITT (incapacité temporaire de travail).

« Nuit Debout » : les journalistes indépendants, autres victimes collatérales de la police
Buzzfeed - 3 mai

Mise à jour du 4 mai - 15 h

JPEG - 93.2 ko

Une “mamie” blessée à la tête
Paris – Gaelic Photographe – Facebook – 1er mai
Témoignage du photographe sur ce couple de personnes âgées pris dans la nasse du boulevard Diderot.

Bilan judiciaire et médical de la répression de la journée de mobilisation du 28 avril à Paris
Paris Luttes Infos – 1er mai
Par le groupe de défense collective (Defcol) et les Street Medics.

Nuit Debout, manifestants frappés au sol
Paris – Street Politics – Youtube – 29 avril
Evacuation violente de la place de la République, des manifestants sont frappés alors qu’il sont à terre.

Un CRS met un coup de pied dans le ventre d’une jeune femme (replay)
Paris – BFMTV – Youtube – 14 avril
Scène devenue mythique : à Paris dans le 19e arrondissement une jeune femme reçoit un coup de pied dans le ventre par un CRS.

Mise à jour du 2 mai - 23 h

Tirs de grenades de désencerclement sur les journalistes et la population
Doc du Réel – 2 mai
Paris, 1er Mai, manifestation : les gardes mobiles tirent des grenades de désencerclement sur les journalistes et la population

Communiqué du château commun : soir du 28 avril
Paris Luttes Infos – 30 avril
Communiqué d’étudiant.es des Beaux-Arts, occupant.es debout et atterré.es sur les violences du 28 avril.

Témoignage d’une StreetMedic lors de la manifestation du 1er Mai 2016 à Paris
Paris Luttes Info – 2 Mai

De mon point de vue de StreetMedic, cette journée a été un bain de sang. Nos interventions tiennent de plus en plus de la médecine de guerre.

Le photographe Fred Enero blessé par une grenade de désencerclement
Greg Looping – Facebook – 2 mai

Photo prise par Aurélien Morissard juste après que Fab Enero reçoive le projectile de bombe de désencerclement ! 1er mai Parisien marqué sous le signe des casseurs d’œil de l’état ! Des policiers, CRS ultra voilent avec les manifestants ! Au moment de la blessure de Fab, c’est par dizaines qu’elles étaient envoyées.

JPEG - 86.7 ko
Le journaliste Fab Enero touché par une grenade de désencerclement

Militant inconscient après violences policières
Paris – Periscope et Youtube – 1er Mai
Le 1er mai 2016, la police a poussée en gazée des manifestant.es de Nuit Debout dans les escaliers du métro.

Un manifestant perd son œil « La police nous a tirés comme des lapins »
Rennes – L’Obs – 29 avril
Manifestation du 28 avril à Rennes, un jeune homme de 20 ans a été atteint par un tir de flashball, il a perdu son œil gauche. Témoignage de Hugo Melchior, doctorant en histoire à Rennes 2, qui a assisté à la scène.

Des CRS passent à tabac un manifestant au visage masqué
Paris – Metronews – 30 avril
Une vidéo (La matraque facile) où l’on voit plusieurs CRS matraquer un manifestant sans raison, jeudi 28 avril, lors de la manifestation contre la loi Travail, à Paris. Témoignage de l’auteur de la vidéo.

Paris, place de la Nation : la BAC en action
Twitter – 29 avril
Vidéo. Trois « baceux » matraquent un homme à terre le 28 avril à Nation, la personne qui filme se fait gazer.

Occupation de la mairie d’Amiens et évacuation policière violente
Amiens – Youtube – 30 avril
La police a violemment évacué les manifestants bon-enfants en pleine « Assemblée Citoyenne » jeudi 28 avril dans la mairie. Vidéos de l’occupation : 1, 2, 3.

Étudiante à Nanterre, Ludivine porte plainte pour violences policières
Le Parisien – 28 avril
Etudiante de lettres de 26 ans, elle a été violentée par un CRS lors de la manifestation du 14 avril à Paris Stalingrad. Souffrant d’une fracture du bras, elle a porté plainte.

je suis tombée au sol. Puis j’ai senti un coup de pied ou de matraque dans mon bras. » Un coup porté par un CRS d’après elle. « Une personne (NDLR : un autre manifestant) a essayé de me relever, reprend-elle, mais le CRS m’a redonné un coup de pied dans le coccyx pour me remettre au sol. Je me suis redressée. Le CRS m’a retenue par mon manteau, qui s’est déchiré, par mon sac à dos puis par mon pantalon, déchirant même ma culotte. »

Mise à jour du 30 avril - 18 h

Premier bilan des nombreux blessés lyonnais du jeudi 28 avril contre la Loi travail
Rebellyon – 30 mars
Deux jours après la manifestation du jeudi 28 avril à Lyon, des témoignages et photos de blessures continuent d’arriver à Rebellyon.

JPEG - 167.6 ko
Cheminot blessé par une grenade de désencerclement

On ne sait jamais ce qu’on filme
Paris – Matthieu Bareyre - Mediapart & Youtube - 30 avril
Violences policières sur manifestants menottés le 28 avril à Paris, place de la République à 1h30 du matin.

Je croyais faire un plan d’ensemble sur une ligne de CRS qui se restructurait. Quelle stupeur fut la nôtre, le 29 au matin, de découvrir tout de ce qui se cachait dans le détail du plan...

Manifestants blessés couchés au sol
Paris – Steet Politics - 29 avril
La nuit place de la République, scène de la sauvagerie policière.

Tirs de flashball à « hauteur d’homme »
Tous Debout - Youtube - 29 avril
Nuit Debout, flashball dans la tête et sur le corps, place de la République le 28 avril.

Manifestation Rennes, 28 avril
Dupond D - Youtube - 28 avril
Charge contre un cortège syndical, avec des civils et CRS qui donnent des coups de matraques/tonfas dans les jambes.

Marseille, retour sur la grosse répression du 28 avril
Mars Infos – 29 avril
Ce 28 avril, les flics marseillais et leurs donneurs d’ordre ont choisi la répression. Répression physique et répression judiciaire. Un premier point à partir de témoignages et des échos de la légal team...

La matraque facile : manifestation de Paris du 28 avril 2016
Vidéo Twitter - 30 avril
"Le gars à droite met du sérum physiologique à une nana... il se prend un coup de matraque juste pour le plaisir."

Des tasers contre la Nuit debout à Clermont-Ferrand
Nuit debout Clermont-Ferrand - 30 avril

Violences policières en fin de manifestation à Montpellier
Twitter – 28 avril
Les CRS s’en prennent à des manifestants, coups de pieds et coups de tonfa à la tête sourire aux lèvres.

Nantes, matraquage en direct
Twitter – 28 avril
Un manifestant tabassé à terre en centre ville de Nantes. Vidéo postée sur Twitter par une habitante qui filme de chez elle.

Théâtre de l’Odéon : « la police chargeait très violemment les manifestants et les gazait »
Libération – 26 avril
Un membre du collectif des étudiants d’art en lutte raconte depuis l’intérieur de l’Odéon occupé la violente et soudaine charge policière contre celles et ceux qui sont rassemblés dehors le soir du 26 mars. Coups de tonfa copieux, gazage, etc. Il y a une vidéo qui a circulé sur Twitter où l’on voit la scène.

Mise à jour du 28 avril, 17 h

Encore peu d’infos sur l’étendue des violences policières aujourd’hui, mais au moins un étudiant a perdu un œil à Rennes à cause d’un tir de flashball ou assimilé.

Mise à jour du 26 avril, 17 h

Paris : violences gratuites contre les intermittent·es
Youtube – 26 avril
Alors que les intermittent·es occupent le théâtre de l’Odéon, des personnes venues de la Nuit Debout à République les rejoignent pour une AG. Les CRS s’en donnent à cœur joie, au moins un blessé.

Loi Travail : douze plaintes contre des violences policières à Rennes
20 Minutes - 24 avril
Parmi les blessures relevées, des hématomes, des plaies, des blessures liées à l’usage de lanceurs de balle en caoutchouc, une clavicule cassée, un bras cassé.

Lille : intrusion de la police dans le local de la CNT
CNT-f.org - 20 avril

Saccager un local syndical, c’est comme monter à l’assaut d’une Bourse du Travail. Un local syndical est un outil de défense pour les travailleurs/euses, un lieu d’accueil dans lequel les militant-e-s et les personnes qui nous sollicitent doivent pouvoir se retrouver en toute sérénité.

Le collectif « Stop aux violences policières » lance un appel a témoins
Indymedia Nantes - 23 avril

Nous invitons donc toute personne victime, témoin ou détentrice d’images ou vidéos montrant un usage anormal et/ou disproportionné de la force par les policiers, à nous les communiquer. Ces vidéos seront floutées afin de garantir l’anonymat des autres manifestants

Paris : l’IGPN tente de décourager une jeune femme blessée au visage par flashball
Les Jours - 22 avril
Récit d’une tentative de porter plainte après une grave blessure le 9 avril, qui lui vaudra 4 jours d’ITT. Témoignage également d’un participant à l’équipe médicale parisienne sur l’emploi massif de grenades de désencerclement. Photo ci-dessous du 14 avril de Yann Lévy.

JPEG - 89.2 ko

Strasbourg : l’armée au secours de la police contre les manifestants
La Feuille de Chou - 22 avril
Le 9 avril, place Kléber, à Strasbourg, la manifestation était terminée depuis un bon moment. Mais les policiers se sont déchaînés contre les gens. Et six militaires de l’opération Sentinelle sont venus à leur rescousse, armés de leur Famas !

Rennes : 145 blessé·es dont 30 graves en 2 manifs contre la loi Travail
Rennes info - 22 avril
L’équipe médicale, formée spontanément suites aux violences des forces préfectorales lors des premières manifestations, a constaté un minimum de 145 blessé-e-s dont 30 graves (sur les manifestations des 31 mars et 9 avril 2016).

Une tête de mort affichée sur la matraque d’un flic à Paris
Huffington Post - 19 avril

Son credo : la vengeance et la justice personnelle. Le Punisher prône des solutions radicales et préfère exécuter les malfrats qui auraient échappé à la police ou à la justice faute de preuves suffisantes ou grâce à des vices de procédure.

Violences policières : des témoignages accablants, les autorités tempèrent
Médiapart - 21 avril
Quelques témoignages, mais également reprise du chiffre sujet à caution du ministère de l’Intérieur de 200 blessé·es dans les rangs de la police. On y apprend le nombre de saisines de l’IGPN (pour laquelle y’a rien d’exceptionnel) depuis le début du mouvement social : une douzaine.

Exemples de violences policières en manifestation
Taranis News - 21 avril
A noter à 1’10" l’usage totalement interdit des lanceurs de grenades Cougar en tir tendu ou le lancer de grenades de désencerclement pour briser à distance des lignes de manifestant·es. Photo ci-dessous prise à Rennes le 9 avril. Des tirs similaires ont été rapportés dans d’autres villes, notamment à Lyon où ils ont été assumés par la préfecture.

PNG - 1 Mo

Le CRS a-t-il eu la main lourde ?
Le Phare dunkerquois - 18 avril
7 jours d’ITT et une plaie de 5 centimètres au crâne pour un manifestant qui a traîné un peu trop à discuter avec ses amis après la manif du 31 mars à Lille.

JPEG - 27.4 ko

Violences sur mineurs : des témoignages accablent un groupe de policiers parisiens

Paris, ordre pour les CRS : « Instruction violence maximum »
L’Obs - 15 avril

sur l’extrait suivant, on entendrait distinctement, selon Rémy Buisine, un policier prononcer la phrase "Instruction : violence maximum !" au début d’une charge.

L’étudiante frappée par un CRS témoigne
BuzzFeed - 15 avril
Le cliché d’une jeune femme frappée par un CRS lors des manifestations jeudi 9 avril à Paris contre la loi Travail suscite de nombreuses réactions. Tamara annonce vouloir porter plainte.

Paris : blessé par tonfa dans une nasse policière
Twitter - 14 avril

Mise à jour du 15 avril

Paris, un CRS donne un coup de pied à une jeune femme
Vidéo BFM sur Twitter, 14 avril.
Alors que des manifestant·es sont nassé·es, un CRS suréquipé se défoule gratuitement.

Manifestations à Rennes : 111 jours d’ITT pour Jean-Louis et Laura
Ouest-France, 14 avril.

Jean-Louis Dutertre, 27 ans, et Laura Brichon, 18 ans, ont tous les deux leur certificat médical en main. L’un, le bras en écharpe, a 90 jours d’interruption temporaire de travail (ITT) [après la manif du 9 avril]. Sa compagne 21 jours.

JPEG - 48.1 ko

Valls à Vaulx : blocage du périph’, gazage monstre et violences policières
Rebellyon, le 13 avril
Au moins deux blessés hospitalisés aux urgences après un matraquage sévère lors de l’occupation du périph’. Des voltigeurs ont également été photographiés.

PNG - 169.8 ko

A Rennes, un syndicat incite les manifestants à venir casqués
20 minutes, le 13 avril 2016
Après les violences policières systématiques, SUD-PTT invite les gens à se casquer. Témoignage vidéo d’une personne matraquée.

Paris : compte-rendu médics sur la manifestation du 9 avril
Paris-luttes.info, 12 avril
Un bilan terrible de l’équipe de 12 manifestant·es chargé·es des premiers soins. Une dizaine de personnes aux mains brûlées par les palets de lacrymos, 3 blessé·es par les grenades de désencerclement, 6 autres par balles en caoutchouc, 2 médics matraqués ou roués de coups, dont l’un avec 6 semaines d’immobilisation pour une rotule fracturée…

Nantes : un photojournaliste touché par un tir de flashball
Twitter - 10 avril.

Rennes : à terre, un syndicaliste de 60 ans frappé par des policiers
20 minutes, le 3 avril.
Vidéo, témoignage. Jeudi 31 mars, lors de la manifestation contre la loi Travail, les affrontements entre opposants et forces de l’ordre ont duré plus de sept heures, sans discontinuer. Douze personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles en direction des policiers. Parmi elles, un syndicaliste de 60 ans conteste les faits. Et assure même avoir été victime de violences policières alors qu’il était à terre.

L’IGPN annonce le recensement des violences policières (mais c’est une blague)
Europe 1 avec AFP - 7 avril
Comme beaucoup de photos de victimes de défoulements policiers commencent à circuler sur Internet, l’IGPN réagit et annonce un outil de recension. La blague est donc en trois temps : primo, on apprend qu’il n’y avait aucune statistique de ce genre. Secundo, ne seront comptabilisées que les personnes comptabilisant 20 jours d’ITT et plus (un poignet cassé et un tympan percé peuvent ne valoir que 3 jours d’ITT souligne une juriste dans l’article). Tertio, le but est de légitimer les violences policières en montrant qu’elles sont légitimes.

Strasbourg : des matraques et du gaz pour les jeunes en lutte
La Feuille de Chou, le 17 mars.
Vidéo, photos et témoignages du matraquage et gazage des manifestant·es.

PNG - 686.9 ko

Mise à jour du mardi 12 avril

Paris, le 9 avril : douze points de suture après un coup de matraque

Paris, 9 avril : témoignage audio d’un blessé par flashball au visage
Mediapart - 11 avril
« J’ai cru que c’était un bout de grenade qui m’avait touché, après j’ai touché mon visage j’avais du sang je ne voyais plus de mon oeil droit. »

JPEG - 50.6 ko
Un manifestant touché par un tir de flashball à Paris le 9 avril

Paris : Le retour des « voltigeurs »
Paris Luttes Info – 6 avril
Témoignage. Des brigades de police à moto ont été aperçues rue de Reuilly au moment de la répression de la manifestation lycéenne du 5 avril. C’est le retour des "voltigeurs" de triste mémoire...

Trente ans après la mort de Malik Oussekine, les voltigeurs sont de retour à Toulouse.
IAATA - 7 avril. Témoignage.

Brassards sur le bras, le motard de devant conduit, celui de derrière a la gazeuse dans une main, le doigt sur la détente, et la matraque dans l’autre. Ils nous pourchassent pendant une demi-heure en donnant des coups d’accélérateurs et en frappant les gens sur la tête, le dos, avec leur matraque. Ils s’acharnent sur les gens seuls, malgré les cris, et parviennent à casser des instruments de la batucada en donnant de gros coups de matraque. Nous avons dû nous réfugier dans une cage d’escalier, essouffléEs, traumatiséEs, séparéEs, et pour certainEs en sang.

Bilan du groupe de défense collective suite aux manifs du 31 mars et du 1er avril
Paris Luttes Infos – 5 avril
Communiqué du groupe de défense collective constitué depuis début mars en soutien aux manifestants du mouvement interluttes de Paris.

Paris : « Un policier m’a dit que ça lui faisait plaisir de nous matraquer »
Libération — 5 avril 2016. Presse, récit.
Lycéens et étudiants ont défilé dans la matinée contre la loi travail ce mardi. Une manifestation marquée par quelque 130 interpellations.

JPEG - 110.9 ko
Manifestante blessée par un tir tendu de grenade lacrymo, Rennes, le 9 avril

Ryan lycéen, 15 ans, mis en examen
AG des personnels de la cité scolaire Voltaire, Paris 11e, 3 avril 2016. Témoignage, appel.

Après avoir passé la journée en garde à vue au commissariat et la nuit au dépôt au Palais de Justice, notre élève est mis en examen le samedi 2 avril et sera jugé dans quelques mois pour "dégradation volontaire de bien matériel par incendie pouvant potentiellement engendrer un danger pour autrui", passible de 10 ans de prison et 75000 euros d’amende.

A Rennes, un syndicaliste frappé à terre par des policiers
Libération – 3 avril 2016. Presse, récit.
Un homme de 60 ans envisage de porter plainte pour violences policières après les manifestations contre la loi travail jeudi à Rennes qui avaient tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre.

Paris : compte-rendu subjectif d’un médic’ sur la manifestation du jeudi 31 mars
Paris Luttes Info – 2 avril. Témoignage.

Il ne s’agit pas ici pour moi de faire un compte-rendu de la manifestation, mais simplement de rédiger un récit des interventions médicales que j’ai pu faire, et d’en profiter au passage pour donner quelques conseils. (…)
Pendant que je m’occupe de lui, un jeune homme se poste à côté de moi, sans rien dire. Je ne le perçois qu’après m’être occupé du pied du précédent. Je lève les yeux : la pommette gauche du visage est en sang, extrêmement gonflée et totalement bleu-violacé. L’espace de quelques secondes, le temps de comprendre, je crains d’être face à une lésion oculaire. Heureusement, la balle de flashball est passée 1 cm en-dessous, ce qui n’enlève rien à l’impressionnante blessure. « J’ai pas un truc ici ? » me demande-t-il, naïvement.

Lille : Témoignage de Florent, arrêté brutalement par la police le 31 mars
Collectif OEIL – Our Eye Is Life – 1er avril. Témoignage, photos, Lille
Florent, un manifestant arrêté sans ménagement et avec violence le 31 mars témoigne au-près du photographe qui a pris en photo la scène.

JPEG - 14.7 ko
Lycéen blessé par la police le 31 mars à Lyon

Lyon : « 2 jours d’ITT, les flics m’ont amoché le 31 mars »
Révolution permanente – 1er avril

À la suite de la manifestation partant de la Manufacture des Tabacs jusqu’à la Place Bellecour, une occupation de place a été décidée par le collectif assemblée de Lyon. L’après-midi avait été marqué par une utilisation massive de gaz lacrymogène et de canons à eau sur la foule, ainsi que de violentes arrestations de manifestants.

#témoignage #Lyon

Tours : retour sur le rassemblement de soutien aux étudiants convoqués au commissariat
La Rotative – 4 avril 2016
Le 1er avril, trois étudiants étaient convoqués au commissariat central de Tours suite à l’action menée contre le MEDEF d’Indre-et-Loire dans le cadre de la lutte contre la loi Travail.
#Témoignage #Tours

Rennes : tabassage de manifestants à coups de pied et de matraques
Révolution permanente – 31 mars. Vidéo.

Rennes en état de siège. Alors que plusieurs groupes de manifestants tentent toujours de rejoindre le centre-ville, une vidéo publiée sur twitter montre clairement la charge des CRS qui n’hésitent pas à tabasser les manifestants tombés à terre, à coup de pieds et à coups de matraque.

Paris : récit d’une arrestation, le 24 mars à Montparnasse
Paris Luttes Info – 30 mars. Témoignage.

Troisième journée de mobilisation contre la loi El Khomri, le jeudi 24 mars était plutôt agité. Peu avant le départ de la manifestation prévue à Montparnasse l’après-midi, des policiers en civil, infiltrés dans la manifestation, ont procédé à plusieurs arrestations. Récit de l’arrestation et de ses suites.

Paris : « Des enfants chassés comme des animaux »
Libération — 30 mars 2016. Presse, récit.
Des témoins racontent les violences contre les élèves du lycée Bergson à Paris.

Blessé de Nantes : la police des polices saisie
Ouest-France – 24 mars. Témoignage, vidéo.
Un homme de 32 ans a été blessé à la tête par plusieurs coups de matraque lors de la manifestation du 24 mars à Nantes. Des riverains ont filmé la scène.

Paris : témoignage d’une habitante du 19e sur les violences policières
Paris Luttes Info – 28 mars 2016. Témoignage.
« Non, l’élève victime de violences policières rendu tristement célèbre par la vidéo qui a circulé ce jeudi 24/03/16 sur les réseaux sociaux et dans les médias ne constitue pas un cas isolé. »

Paris, lycée Bergson : « La violence policière était totalement déroutante »
L’Humanité – vendredi, 25 mars 2016.
Les camarades du jeune lycéen frappé à Bergson par des policiers, lors du blocus de cet établissement parisien, témoignent de l’incroyable brutalité de cette intervention.

Paris : ce qu’il s’est passé à Bergson ce jeudi 24
Paris Luttes Info – 24 mars 2016. Témoignage.
Ce 24 mars, comme la semaine passée, la police a agi (ou cru agir) en toute impunité. Provocations, arrestations, violences, intimidations. Ils y sont allés fort. Manque de chance, quelques images tournent. Ici le récit de la matinée...

Paris : l’évacuation brutale de l’université de Tolbiac
Paris-luttes.info– 21 mars 2016. Vidéo.
Ce jeudi 17 mars, plusieurs dizaines d’étudiants s’étaient réunis pour une assemblée générale de protestation contre la loi El Khomri. En fin d’après-midi, les CRS ont violemment évacué l’université et ses abords.

A Lyon, la police attaque la manifestation contre la loi travail
Rebellyon – 11 mars 2016.
Vidéo de l’attaque de la police et de la résistance des manifestants le 9 mars à Lyon.


VOIR AUSSI

Violences sur mineurs : des témoignages accablent un groupe de policiers parisiens
Mediapart - 16 avril

De nombreux témoignages dont Mediapart a pris connaissance viennent étayer la plainte déposée au mois de décembre par 18 adolescents contre des policiers du XIIe arrondissement de Paris. Les accusations sont très graves, mais les policiers ont été maintenus à leur poste.

Le contrôle des désordres gérables
Paris Luttes Info – 21 mars
Analyse de l’Etat sécuritaire et de la manière dont il s’est construit et institutionnalisé depuis les guerres d’Indochine et d’Algérie.

Violences policières en France : une radiographie accablante
L’Obs - Par Agathe Ranc - 14 mars 2016
L’Acat, une association chrétienne, dénonce dans un rapport le lourd bilan humain des violences policières et l’impunité dont semblent bénéficier les forces de l’ordre.

Violences policières en France : les six infos qui frappent fort
CFPJ promotion 69 – 2015
Une enquête réalisée par quinze étudiants du Centre de Formation des Journalistes, à partir de 168 cas recensés par les médias entre 2005 et mars 2015.

RESSOURCES

- Le site Desarmons.net, créé récemment, recense énormément d’infos sur les victimes de la police. Ce site publie une brochure très complète, actualisée en avril 2016, sur les armements de la police, la doctrine du « maintien de l’ordre », des conseils pour se protéger des armes, la liste des victimes les plus graves, l’adresse des principaux fabricants… A faire circuler partout !

- Le collectif Urgence notre police Assassine documente les meurtres policiers.

- Le réseau Résistons ensemble publie un bulletin mensuel contre les violences policières et sécuritaires.

- Deux sites collectifs publient régulièrement des textes et infos sur les armes de la police et les flashballs en particulier : Collectif 8 Juillet - Se défendre de la police et Face aux armes de la police.

- Sur les réseaux sociaux, voir la page Facebook « Recensement des violences policières » et le compte Twitter Observatoire des violences policières.

- Pour une liste plus complète de collectifs mobilisés contre les violences policières, voir la page dédiée du site Desarmons.net.

PNG - 129.3 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 4 mai 2016 à 10:30, par jess

    Fred , auto media, touché au ventre par une grenade dispersante le 28 avril place de la Republique.

    <script>(function(d, s, id) {
    var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
    if (d.getElementById(id)) return;
    js = d.createElement(s); js.id = id;
    js.src = 'https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&version=v2.11';
    fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
    }(document, 'script', 'facebook-jssdk'));</script>

    Le 28 avril 2016 place de la République avec un téléphone à la main j'ai reçu 6 grenade dispersante dont une qui a...

    Posted by Frédéric Raguénès on Sunday, May 1, 2016
  • Le 1er mai 2016 à 15:50, par

    A rennes, un scooter renversé par une voiture de police le 28 avril rue de plélo. La voiture ne s’arrête pas. Les manifestants portent secours mais sont repoussés par les CRS, qui n’ont visiblement pas connaissance de la situation et déplacent le blessé inutilement. celui-ci est toujours à terre plus de 5 min plus tard.
    La vidéo : http://rennes-info.org/Manifestation-loi-travail-du-28

  • Le 1er mai 2016 à 14:31, par Bloo

    Vous pouvez voir sur cette vidéo Youtube d’autres violences commises le 28 avril, en plus des vidéos qui tournent déjà.
    A partager un maximum.

  • Le 27 avril 2016 à 14:38, par

    A Marseille le 31 mars, un camarade c est fait ouvrir le crâne. Il est resté deux jours en observation scanner etc...
    Le 9 avril une autre personne à failli perdre son oeil suite à un tir tendu de lacrymo. Les fameux lanceur cougar

  • Le 24 avril 2016 à 12:02, par CNT 42

    A St Etienne, 3 jeunes sont placés en garde à vue après une perquisition dans leurs appartements le 14 avril. Ils sont placés sous contrôle judiciaire depuis le vendredi 15 avril après midi, en attendant leur procès début juin. On leur reproche entre autre d’avoir participé à l’action du 31 mars devant la préfecture (un mur symbolique avait été construit)

  • Le 22 avril 2016 à 20:53, par

    Désolé de passer à nouveau sur autre complément d’info mais même sujet :

    Ci joins deux liens direct sur l’armement utilisé pour le maintien de l’ordre.

    1- pour affiches à télécharger : http://desarmons.net/?page_id=277

    2-une brochure pdf (44 pages)sur la question :http: //desarmons.net/ ?page_id=266

    Et n’hésitez pas à visiter le site desarmons.net

    ps/pas comprendre ma babasse refuse de surligner le 2e lien >>passer par votre clavier svp

  • Le 14 avril 2016 à 20:13, par XXX

    A Niort (79), le mercredi 9 mars, en fin de manifestation, un manifestant est violemment arrêté malgré plusieurs tentatives de personnes présentes qui seront finalement copieusement gazée à bout portant. Plusieurs personnes finiront à l’Hôpital pour des brûlures, certaines gardent des séquelles.

  • Le 14 avril 2016 à 15:32, par barondeau Laurence

    Bonjour,

    Il manque Strasbourg... Le 17 mars sur le Campus de l’Université : violences gratuites sur les gamins, j’y étais :

    +

    Le 9 mars dernier , place Kléber : Communiqué de Sud éducation avec des détails à défaut d’image

    Manifestation du 9 avril à Strasbourg :

    SUD éducation dénonce les violences policières !

    Ce samedi 9 avril, sur la place Kléber à Strasbourg, alors que la quasi totalité des manifestant.e.s s’était dispersée, les services de police mobilisés pour la manifestation ont décidé de procéder à des interpellations. Aucun acte de malveillance, aucune brutalité n’avaient pourtant été commises dans les rangs des manifestant.e.s. Mais le désordre est venu des forces de l’ordre qui se sont livrées à de pures provocations en mettant en scène des interpellations inacceptables.

    Plusieurs agents se sont d’abord jetés violemment sur leurs « cibles », les plaquant au sol et en projetant au sol une passante, sans même s’excuser. Pour la deuxième interpellation, agents de la BAC et de la police nationale ont utilisé leurs matraques pour éloigner les personnes qui protestaient. Deux autres interpellations pour « rébellion », la police ayant même poursuivi une manifestante dans le camion de la CGT pour l’interpeller violemment, en matraquant de nouveau et en aspergeant de gaz lacrymogène ceux qui se trouvaient sur leur passage.

    SUD Education Alsace dénonce cette stratégie des forces de police. Depuis le 17 mars, c’est la quatrième fois que les jeunes mobilisés contre le projet de loi travail à Strasbourg en sont les victimes. Ces provocations délibérées sont la seule réponse que l’Etat sait donner aux manifestant.e.s strasbourgeois.e.s. Or, le dialogue social ne se gère ni à coups de matraques ni par l’utilisation d’armes chimiques !

    Ce samedi place Kléber, les manifestant.e.s ont vu se poster des militaires à côté des policiers. Les famas sont venus rejoindre les matraques et les boucliers face aux manifestant.e.s qui criaient leur indignation ! Certains militaires ont intimé l’ordre aux manifestant.e.s de se calmer tout en exhibant leurs fusils d’assaut. L’usage de la force militaire pour des opérations policières de répression d’un mouvement social est absolument injustifiable !

    Hier, lundi 11 avril, l’une des personnes arrêtées a été condamné en comparution immédiate à 4 mois de prison, dont 2 fermes, pour de prétendues violences sur un policier… alors que les violences répétées et injustifiées des policiers depuis le 17 mars n’ont toujours pas fait l’objet de poursuites !

    Le gouvernement a clairement opté pour une stratégie basée sur la multiplication des violences et provocations policières, afin d’alimenter une couverture médiatique qui se concentre sur les prétendus « casseurs ». Le but de cette démarche est de décrédibiliser le mouvement social en cours, de diviser les personnes mobilisées et de légitimer les violences policières.

    Sud Education Alsace salue le courage de la Coordination Nationale Etudiante et de sa porte-parole qui ont su résister au chantage médiatique appelant à condamner les émeutiers. Ces provocations policières ne doivent pas nous détourner de notre objectif, qui est d’obtenir le retrait de la loi « Travail » et nous appelons les salarié-e-s et les jeunes à se mobiliser de nouveau massivement le 28 avril.

    SUD Education Alsace

    Le 12 Avril 2016

  • Le 11 avril 2016 à 22:38, par Timothée

    Voilà une petite chronologie non-exhaustive des violences contre le mouvement anti-loi travail à Strasbourg.

    17 mars : matraquage sans sommation sur le parvis de la fac de droit de Strasbourg alors que les étudiants n’étaient en aucun cas belliqueux, cf. http://la-feuille-de-chou.fr/archives/86407, ou : https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/200316/le-sang-la-colere-et-le-printemps

    31 mars : évacuation musclée du patio (bâtiment de l’université occupé), cf. http://la-feuille-de-chou.fr/archives/86795

    9 avril : arrestation et matraquages violents d’étudiants en discussion après la manifestation, place Kléber. cf : http://la-feuille-de-chou.fr/archives/87002
    https://www.youtube.com/watch?v=Aphioeb60ps ,ou https://www.facebook.com/photo.php?fbid=196257817425021&set=a.165305190520284.1073741829.100011224117561&type=3&theater
    Puis, intervention de l’armée du coté des CRS : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10153574079097358&set=gm.1134979519867308&type=3&theater

  • Le 10 avril 2016 à 22:47, par Prolo

    A Boulogne sur mer, le 31 mars, après une occupation de la mairie avec les jeunes, et des travailleurs (ce que je suis), nous avons été sortis par la force, sans sommation. Les forces de l’ordre ont pénétré dans la salle de réunion que nous occupions pour improviser une AG, ils ont crié « 1re sommation ! » et nous sont directement tombés dessus. Pas le temps de bouger.
    Pour ma part, j’essayais de dégager les chaises que l’on avait utilisées pour bloquer une sortie, et un flic est arrivé, m’a tiré en arrière par les cheveux. Dans le mouvement j’ai entendu mon fils (lycéen) crier, je me suis retournée, ils étaient en train de le secouer, j’ai voulu intervenir et j’ai pris un coup de poing à côté de l’oeil.
    Hormis la violence des flics à laquelle nous sommes habitués et qui peut être bien pire que ce que nous avons vécu cette fois-ci, je veux dénoncer l’absence d’attente dès la première sommation. Surtout qu’on avait expliqué aux jeunes comment ça allait se passer et finalement ils sont arrivés en nous sautant dessus.

  • Le 10 avril 2016 à 21:40, par Seeker0

    Une vidéo de Rennes qui montre des manifestants avancer de façon pacifique sur la police et se prendre un violent tir de canon à eau... Manif du 9 avril.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

>Cette nuit, l’amphi C de Lyon 2 a été occupé

A la suite des attaques du gouvernement contre les universités et les sans-papiers, plusieurs étudiant.e.s de Lyon 2 et des expulsé.e.s de la Part Dieu ont occupé l’amphi C pendant la nuit du 15 novembre. Un communiqué a été rédigé pour être diffusé à l’ensemble des...

> Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Les Lois Scélérates de 1893-1894

Ce texte de Francis de Pressensé est issus d’une brochure publié au Éditions de la Revue blanche en 1899. Cette brochure se compose de trois texte. Le premier, reproduit ici dans sont intégralité ’Notre Loi des Suspects’. Le second ’Comment ont été faites les Lois Scélérates’ d’un auteur inconnu et le...

> Tous les articles "Répression - prisons"
}