Popouri n°19 - octobre 2005

Bientôt la pluie, les premiers froids et les premières grippes… Voilà que se profile aussi la saison des grandes migrations pour tous les bulletins
gratuits des cultures insurrectionnelles, qui descendent de leurs estives avec des couleurs retrouvées…
Les secret de cet habillage flamboyant ? Une bonne santé financière qui devrait permettre au popouri de rester gratuit jusqu’en décembre, sans en passer par une de nos célèbres et néanmoins fastidieuses fêtes de
soutien [1]. Ceci dit, le soutien peut prendre d’autres formes que le classique envoi de lingots d’or sur notre compte en Suisse : il se trouve que nous avons (un peu) perdu une des membres du popoulit büro qui est partie faire réfugiée économique au soleil, et toutes les contributions du genre infos ou articles sont décidément les bienvenues, à condition que ça traite de questions plutôt locales ou avec un ancrage local ; pour le cadrage politique et ben y a qu’à voir au dos : on y rencontre une formulation rapide du projet popouritesque, et à l’intérieur , avec justement plein d’articles qui parlent de la vie dans l’agglomération lyonnaise.

En octobre, donc, dans la vie lyonnaise, on retrouve encore de la répression avec (p.3-4 avec quoi ? y a une coquille ?) ou sans paillettes (p.5 ah non, c’est juste un effet du sommaire caché) une bonne dose d’enfermement et de contrôle pour le traitement des sans papier et demandeur/euses d’asile (p.6-7, là c’est plus clair) et quand même des initiatives pour desserrer l’étau (revue de détail : p.10 ripostes syndicales, p.11 recettes pour actions directes)

Sinon y a nos rubriques habituelles : les pop’potins au milieu (p.8-9, et encore plein de raisons pour s’énerver), la rubrique « culturelle » à la fin (p.12-13 ça parle d’un concert où bien sûr vous avez pas pu aller mais bon, sait-on jamais…) et l’agenda au bout du bout du popouri (p.14 à… bon, de toute façon vous savez compter et il suffit de dire que c’est vraiment les dernières pages, après y a plus qu’à ouvrir votre bulletin à l’envers et le tour est joué).
Voilà. Bonne lecture.

Le popoulit büro

Petit guide lyonnais Contre-cultures / Fêtes

Nettoyage méthodique de Grenoble et St Étienne : squats expulsés

Une fois de plus c’est encore pendant l’été, moment fort (!) de la mobilisation, que des procédures d’expulsion ont été mises en route. De cette manière, les 400 couverts, squat le plus ancien de Grenoble, a été expulsé. Et du côté de St-Étienne, c’est l’avenir d’Izmir - bientôt 5 ans d’activités - qui dépend d’une décision de justice.
À Grenoble, c’est le mercredi 2 août que la municipalité a choisi pour mettre fin à 4 ans d’activités aux 400 couverts, lieu d’habitation pour 24 personnes et d’activités pour (...)

Petit guide lyonnais

Prison sous tension...

Le 31 août, un moldave de 25 ans, en prison préventive depuis plus de trois ans et demi, a relié la poignée métallique de la porte de sa cellule à une prise de courant, pour se venger des matons « qui envoie du gaz et lui prenne sons sang » ; témoignage direct sur la façon dont l’univers carcéral tue à petit feu les prisonnier-es, et les conduit à péter les plombs. Le jeune en question avait déjà fait une tentative similaire à la maison d’arrêt de Villefranche, sans plus de succès que cette fois-ci, mais avec (...)

Petit guide lyonnais Quartiers populaires / Discrimination de classe

Pô d’justice pô de paix

Jeudi premier septembre, trois flics qui tentaient d’interpeller des jeunes impliqués dans un deal de hachich ont été joyeusement repoussés et roués de coup par une vingtaine d’habitantEs du quartier, ce qui a permis aux personnes visées de s’esquiver... Deux jours plus tard, le vendeur s’est fait arrêter au même endroit, et a écopé de huit mois ferme et sept cent cinquante euros d’amende en « dommage et intérêt », pour une échauffourée à laquelle il n’a finalement pas participé : la “justice” française ne (...)

Petit guide lyonnais Migrations / Sans-papiers

Grève de la faim au CRA St-Exupéry

Il est très souvent difficile d’avoir des infos sur la (sur)vie des individu-es dans des lieux clos comme les prisons, les centres de rétention administratifs ou autres institutions de ce genre qui invisibilisent certaines classes sociales qui mettent en péril le « bonheur universel ». Mais récemment (pour l’échelle temporelle du popouri) la Cimade, par le biais du Collectif 69 de soutien aux sans papiers, a fait sortir d’entre ces quatre murs (pas toujours imperméables !) la grève de la faim qui s’y (...)

Petit guide lyonnais Quartiers populaires / Discrimination de classe

Techniques de Casse Libératrices...

Depuis janvier 2005, des portillons automatiques ont été installés pour « sécuriser » l’accès aux différentes stations de métro, c’est à dire pour le réserver aux personnes intégrables et solvables, avec ticket ou abonnement à l’appui. Maintenant que la moitié du réseau souterrain se trouve ainsi équipé, on peut se faire une idée des premières conséquences pratiques du nouveau dispositif... Commençons par une bonne nouvelle : il est toujours possible de frauder joyeusement, surtout si on entre par une station (...)

Petit guide lyonnais

Popouriposte

Les grandes centrales syndicales ont fait du mardi 4 octobre une journée d’action nationale « contre la précarité » et « pour le pouvoir d’achat ». Comme il devait sûrement être question aussi du « service public », on pouvait défiler joyeusement, non seulement avec quelques cheminotEs en colère, mais également entre UNSA police, la CGT pénitentiaire et le syndicat Alliance... Bref, toutes ces petites organisations qui revendiquent pour une augmentation de du taux horaires quand il s’agit d’enfermer, de réprimer (...)

Petit guide lyonnais

À Lyon , le 1er arrondissement sous pression policière

Ces derniers temps, la Brigade Anti Criminalité qui sévit dans le premier arrondissement de Lyon s’est illustrée dans plusieurs agressions envers les populations que la politique municipale souhaiterait expulser des pentes de la Croix-Rousse en voie avancée d’embourgeoisement.
Début juin, vers une heure du matin, Samir sortait son chien avant d’aller se coucher. Il tombe sur les flics de la BAC, qui l’ont déjà croisé dans le quartier mais qui lui demandent quand même ses papiers. Mais voilà, Samir ne (...)

Petit guide lyonnais Contre-cultures / Fêtes

La musique c’est chic !

J’étais bien embêté quand le popoulit’buro m’a demandé de rédiger un article pour la rubrique « Culture » du grand quotidien national que vous tenez entre les mains... Mais, ô divine providence, le sort m’a permis de causer d’autre chose que du coton, du maïs ou du soja, dont vous n’avez rien à foutre, suppôts de la bourgeoisie que vous êtes loin du Bangladesh ou de la Somalie, et auxquels je ne connais diablement rien.
Le mardi 4 octobre, quelques personnes ont pu assister au concert de Nicolas Bacchus, (...)

Petit guide lyonnais

A Lyon aussi la fête est finie.

En 2003 déjà, le popouri s’était fait l’écho de la lutte engagée par des personnes prostituées pour protester contre leur éloignement forcé de certains axes proches du Quai Rambaud, à l’occasion des festivités organisées autour de La Sucrière, dans le cadre de la biennale d’art contemporain. Les arrêtès municipaux en rajoutaient alors sur le tout nouveau dispositif des lois Sarkozy, avec son nouveau délit de « racolage passif », et évidemment dans le sens d’un harcèlement policier accru et d’une dégradation (...)

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info