À Oaxaca (Mexique) c’est la rébellion populaire, et contre la répression la lutte continue !

3036 visites
Oaxaca

Voici un texte traduit par un membre de la Coordination des Groupes Anarchistes de Lyon sur ce qui se passe à Oaxaca, au Mexique, en
ce moment.

Nos camarades communistes libertaires (Magonistes) du CIPO-RFM [1]
sont partie prenante de l’APPO. La situation est insurrectionnelle : c’est donc très tendu.

Ils en appelent à la solidarité.

Voir aussi cet article d’Indymedia-Grenoble : Oaxaca (Mexique) : face à la répression annoncée, la résistance s’organise

GIF - 101.6 ko

Nous, les organisations indigènes pour les droits de l’homme – OIDHO - [2], les
membres de COMPA, Promotora-Oaxaca, l’Alliance Magoniste-Zapatiste, les
adhérents de l’Autre Campagne et les membres de l’Assemblée Populaire du
Peuple d’Oaxaca (APPO) et ses « mandatés » du collectif provisoire,
aujourd’hui, après plus de 4 mois d’insurrection civile à Oaxaca, nous
dénonçons ce qui suit :

« Les membres du mouvement populaire et enseignant d’Oaxaca, organisé par
l’APPO, en état de soulèvement civil et pacifique depuis 129 jours,
déclarent de nouveau une ALERTE ROUGE en réponse à l’intense campagne de
diffamation menée par les cercles fédéraux et étatiques du pouvoir en
faveur d’une répression massive contre le peuple d’Oaxaca. »

En ce moment, la marche de milliers de membres de l’APPO se dirige vers
Mexico , entrant dans l’état de Puebla, et comme hier a été accueillie
fraternellement avec de la nourriture et a reçu le soutien enthousiaste de
centaines de personnes. Dans la ville d’Oaxaca les trois principaux
bâtiments d’Etat sont toujours occupés pacifiquement par le peuple, de
même que le centre historique et quelques stations de radio ; les
fréquences radio sont toujours occupées par le mouvement populaire et
elles diffusent de l’information sur celui-ci.
Les résidents de la capitale d’état dressent des milliers de barricades
chaque nuit pour bloquer l’entrée aux corps parapoliciers et
paramilitaires. Dans différentes régions de l’Etat, le renversement des
municipalités et de nombreuses actions de protestations sont toujours
menées par les APPO régionales.

Malgré cette constante et plate défaite face à la superbe lutte du peuple
et dans une tentative désespérée pour éviter sa destitution, l’(ex)
gouverneur de l’Etat, Ulises Ruiz Ortiz, a de nouveau gaspillé l’argent
des impôts payés par le peuple d’Oaxaca, dans une campagne TV entammée
depuis lundi 25 septembre, en annonçant un supposé retour à l’école,
menaçant de licencier les enseignant-e-s qui refusent de reprendre le
travail dans leur classe. Comme toutes les sales campagnes de diffamations
qui ont essayé de diviser le mouvement populaire et enseignant, cette dernière
campagne a été un échec : même s’il a utilisé des provocateurs et des
hommes de mains violents - étrangers à l’école -, seule une poignée des 14.000 écoles dans l’Etat ont réouvert leur porte. Hier, malgré toutes les
menaces, et le non-versement des samaores, l’assemblée des enseignants
démocratiques d’Oaxaca, à l’échelle de l’Etat, représentant 70.000
enseignants, a réitéré sa ferme détermination à ne pas reprendre les
cours jusqu’à la chute de l’(ex)gouverneur corrompu et autoritaire.
Dans le même esprit, l’assemblée générale de l’APPO, un espace qui associe
des centaines d’organisations civiques et sociales de paysans,
d’indigènes, d’étudiants, de syndicats, le même syndicat enseignant des
enseignants démocratiques d’Oaxaca, la coordination des femmes du “1er
octobre”, les municipalités, les assemblées de quartiers, les travailleurs
des transports publics, les petits propriétaires, les associations
communautaires religieuses, et les citoyens en général, déclare que
l’expulsion de l’(ex)-gouverneur n’est pas négociable et a annoncé une
série d’actions pour intensifier la résistance.

Cette demande est mise en avant au moment même où les menaces de
répression se multiplient, que les chefs du congrès d’état de même que les
chefs du pouvoir issus de la nouvelle coalition PAN-PRI à l’échelle
nationale demandent l’intervention de la “force publique” pour donner une
soi-disant “solution” aux conflit à Oaxaca, en même temps que le porte
parole du gouvernement affirme être « ouvert » au dialogue.
Dans le même temps, la bande de criminels entourant Ulises Ruiz est à
l’origine d’actes de violences permanents commis dans le but de provoquer
l’APPO, actes qui sont plus tard utilisés par les médias dominants pour
dénoncer la soi-disant violence du peuple d’Oaxaca. Pendant les quelques
derniers jours, des représentants du parlement européen, de même que des
organisations internationales des droit de l’homme, ont déclaré que la
violence dérive du Régime et non de l’APPO, et que l’APPO n’est pas un « 
petit groupe de vandales », mais un mouvement constitué de la majorité du
peuple d’Oaxaca combattant de manière pacifique mais massive contre la
dictature s’étant installé de fait, et pour la restitution des droits
constitutionnels.

Le gouvernement fédéral, les partis au pouvoir et les médias dominants,
dans le même temps sont pleinement au courant de cette question et n’osent
même pas défendre le répugnant (ex-)gouverneur, mais ont pris en otage le
mouvement légitime du peuple d’Oaxaca, parce qu’il ne veulent pas perdre
un seul morceau de leur pouvoir ; ils ne veulent pas prendre le risque ni de
mettre en danger la présidence de F. Calderon ni des gouverneurs corrompus
qui leurs sont utiles dans d’autres états, et ils craignent que ce
mouvement puisse s’étendre à d’autres états de la république.

Aujourd’hui, le régime d’Oaxaca a manigencé une grève des commerces, soi-disant à l’initiative de tous les groupes commerciaux et des transports
publics, dans le but de constituer une occasion idéale de répression
contre le mouvement, mais cette stratégie a déjà échoué et la majorité des
magasins, marchés et transports publics travaillent normalement, et
beaucoup de ces derniers ont rejoint l’APPO.
Mais cette nouvelle défaite du régime n’a pas écarté la menace que ceux-ci
fassent le choix d’une « solution » violente à Oaxaca. Ils sont seulement
en train d’étudier la bonne stratégie pour cela et pour arriver à faire
porter au mouvement du pêuple d’Oaxaca la responsabilité de la violence qu’ils vont
lui faire subir.

Le peuple d’Oaxaca et ses organisations ont déjà montré et réitéré leur
détermination à ne pas laisser tomber face à tout acte de répression, qu’il
soit sélectif ou massif. Nous sommes des peuples indigènes et nous avons
une longue histoire de résistances et de luttes. Cependant, il y a une
réelle possibilité que les propriétaires du pouvoir néo-libéral puissent
préférer le coût politique d’un massacre plutôt que le coût politique
d’une victoire légitime du peuple.

C’est pourquoi, nous, peuples indigènes de l’OIDHO et membres de
l’Assemblée Populaire du Peuple d’Oaxaca (APPO), nous lançons un appel
urgent au peuple du Mexique et aux peuples du monde, aux organisations
fraternelles, syndicats, mouvements sociaux antiautoritaires,
organisations des droits de l’homme, afin qu’elles manifestent leur
solidarité avec le peuple d’Oaxaca et ne permettent pas que nos droits les
plus fondamentaux soient systématiquement violés, que nos revendications
soient sacrifiées au profits des riches et des puissants, et que le peuple
d’Oaxaca obienne ce qu’il demande : Justice, liberté, démocratie.

Longue vie au Peuple d’Oaxaca !

Longue vie à l’APPO !

Liberté pour les prisonniers politiques

Ulises est déjà vaincu !

Vive le Mexique d’en bas et de gauche

Plus jamais de répression et de misère dans les villes indigènes !
La victoire n’appartient pas aux puissances, mais à ceux qui sont les
mieux organisés !

P.-S.

Organizations Indigènes pour les droits de l’homme à Oaxaca (OIDHO)

Capulines #4B Prolongación Buenavista
Col. Forestal
Santa MarÃa Atzompa, Oaxaca, México
C.P. 71 220
tel. : 951 54 91916
courriel : oidho(Arobase)yahoo.com.mx

Notes

[1« Consejo Indigena Popular de Oaxaca - Ricardo Flores Magon » (voir aussi cet article de Ricardo Flores Magon)

[2ORGANIZACIONES INDIAS POR LOS DERECHOS HUMANOS EN OAXACA

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Oaxaca » :

>Il y a 15 ans : la commune d’Oaxaca

Alors qu’en 2021 nous fêtons le 150e anniversaire de la Commune de Paris, il y a quinze ans, en 2006, le Mexique connaissait un mouvement social d’une ampleur sans précédent depuis la révolution mexicaine de 1910. Une grève enseignante allait embraser l’État d’Oaxaca pour déboucher sur une remise en...

>[VIDEO] Lutte de classe à Oaxaca 2016

Vidéo en provenance de camarades du Mexique. Cette vidéo a été élaborée par des militants mexicains au moment où les faits se produisaient, juste après le massacre de Nochixtlan, dans l’état d’Oaxaca, le 19 juin 2016, quand la police a ouvert le feu contre des manifestants qui bloquaient une route d’accès...

› Tous les articles "Oaxaca"