Appel à mobilisation et soutien à la ZAD de Roybon

718 visites
Roybon ZAD Roybon 1 complément

Depuis quelques jours, plusieurs éléments s’additionnent et nous font penser que les autorités vont tenter d’évacuer la ZAD de Roybon dans les prochaines semaines.
Appel à mobilisation !

Depuis quelques jours, plusieurs éléments s’additionnent et nous font penser que les autorités vont tenter d’évacuer la ZAD de Roybon dans les prochaines semaines.

Le 2 juillet, les recours engagés par PCSCP, la FRAPNA et la Fédération de la Drôme pour la pêche et la protection du milieu aquatique contre les deux arrêtés du préfet qui autorisaient le début des travaux seront examinés sur le fond par le Tribunal administratif. Le verdict tombera vraisemblablement durant les 2 semaines qui suivront.

JPEG - 24.8 ko

En attendant l’Etat prépare le terrain. La semaine dernière plusieurs articles relayant la parole du Préfet ont paru dans la presse (vous pouvez retrouver l’un de ces articles ici : http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...

Jean-Paul Bonnetain, le nouveau préfet de l’Isère, souligne dans ses propos qu’en cas de décision favorable à Pierre & Vacances par le Tribunal administratif, il n’attendra pas pour envoyer la cavalerie. Rappelons-nous qu’il ne fallut pas plus de 2 heures aux forces de l’ordre pour débarquer à Sivens après le délibéré !

Ces articles visent certainement deux choses : d’une part ils préparent l’opinion publique à l’évacuation des occupants, et avertissent même les pro-Center Parcs pour un éventuel soutien aux forces de l’ordre et d’autre part, ils espèrent décourager ceux qui seraient tentés de rejoindre la ZAD.

Deux, trois jours après le discours du préfet, le Conseil d’Etat annule le jugement suspensif au titre de la loi sur l’eau du 23 décembre. (http://www.lemonde.fr/planete/artic...) Le juge des référés avait estimé alors qu’un doute existait « quant à la suffisance des mesures prévues par l’arrêté pour compenser la destruction de zones humides qu’entraînera la réalisation du projet ». ( http://grenoble.tribunal-administra...)

Si les travaux ne sont plus suspendus, cela signifie qu’ils peuvent reprendre dès maintenant.

Pour un point judiciaire plus complet c’est ici : http://www.pcscp.org/Center-Parcs-R...

Un autre indicateur nous signale aussi l’éventuelle évacuation prochaine : un décret vient d’être publié, le 13 juin 2015, au journal officiel, permettant à la préfecture de prolonger pour une durée maximale de trois ans l’arrêté de défrichement de Pierre & Vacances qui arrivait à expiration mi-juillet (http://www.ledauphine.com/isere-sud...).

Tous ces éléments nous permettent donc de penser que les forces de l’ordre pourraient arriver sur les lieux au plus tard à la mi-juillet, si le Tribunal administratif (qui se veut indépendant) donne raison au Préfet et à Pierre & Vacances…

Nous appelons donc d’ores et déjà, tous ceux qui le peuvent à rejoindre au plus tôt la ZAD.

Tout le monde peut apporter son aide. Toutes les sensibilités et les manières de résister trouveront leur place.

ILS VEULENT NOUS ENTERRER MAIS ILS OUBLIENT QUE NOUS SOMMES DES GRAINES PRETES A GERMER

JPEG - 22 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 26 juin 2015 à 14:19, par

    Il est important de rappeler les conclusions du rapport d’enquête de l’assemblée nationale datant du 21 mai 2015 sur le fonctionnement et modalités des manifestations actuelles et à venir :

    - Il y a de plus en plus de manifestations spontanées ce qui n’est pas illégal en soi et qui permet aux organisateur-rice-s de rester dans l’anonymat. (sauf si les flics se renseignent sur les personnes qui envoient bcp de SMS vers l’extérieur de la manif afin de leur faire porter le chapeau)
    Car il y a quelques années les renseignements généraux ont disparus (laissant la place à la DCRT), et qui avaient la possibilité de savoir à l’avance comment se déroulerait la manif, en concertation avec les responsables d’un syndicat qui ont un service d’ordre qui fait que rien ne débordait, qui prévoyait de déverser le lait, la paille, le fumier à tel endroit, à tel moment, tout était bien ficelé. Aujourd’hui, ce n’est plus la même donne, les manifs sont spontanée, voire supplantée par les dits « ultra-violent-e-s » qui déboulent en peu de temps par le biais des transport en commun, utilisant les SMS et cassant tout sur leur passage avec des groupes bien organisé avec de nouvelles méthodes (bref ça c’est ce qu’ils disent et ce qu’ils pense c’est que nous sommes rentré dans « l’ère de la violence globale », ce qu’annonce un commandant de gendarmerie. Alors que si l’on se renseigne bien sur le passé de nos luttes, c’est juste la forme qui à évoluer et non la virulence des actes).
    Les nouvelles formes de luttes, comme celles des ZADs sont le point de focalisation des différentes polices et gendarmeries actuellement, mais aussi celles des « Bonnet rouges » qui en janvier 2014 ont mobilisés plusieurs centaines de personnes afin de bloquer de nombreux ponts dans toute la Bretagne, ce qui a mobilisé beaucoup de personnels du maintien de l’ordre dont certains n’étant pas spécialisés à cette fonction ne pouvaient pas faire grand chose.
    Dans quelles mesures les nouveaux dispositifs et nouvelles technologies du maintien de l’ordre Ripoublicains pourraient-ils menacer nos futures luttes et manifestations à l’avenir ?

    (Proposition a été émise de mettre en place des flics en civil dans les manifs afin d’interpeller directement les « virulent-e-s violent-e-s » : proposition qui n’a pas encore été accordée)

    - Les ZADs sont considérées comme des manifestations qui « ne trouble pas à l’ordre public » et qui n’ont pas sujet à être inscrit au code de procédure pénal dans le cas de « l’attroupement » ;

    - Les ZADs sont des espaces à ciel ouvert qui emmerdent les EGM et CRS lors des interventions car, mobilisations nécessaires de plusieurs compagnies spécialisées sur plusieurs jours, voire semaines, afin de sécuriser une zone (surtout que là il y a 200 hectares de forêt et déjà des coupes d’arbres restés sur place et qu’ils ne connaissent la forêt que par hélicoptère). De plus, ce qui les emmerde ce sont les groupes mobiles dit « les radicaux », les « Robin des bois » qui grimpent dans les arbres, les petits chemins, les familles et leurs gosses en poussettes et les agriculteurs en tracteur, ça les emmerdent vraiment ;

    - Par contre, ils ont leurs IMSI catchers qui captent les appels et SMS des téléphones portables par ondes électromagnétiques qu’ils placent entre l’antenne relais et le/les téléphones, internet.
    - Ils ont des brouilleurs de télécommunications dite VHF portatives= talkie-walkie
    - Ils ont leurs équipes du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie dit « PSIG », leurs « RG » de la Direction Centrale du Renseignement Territorial dit « DCRT » (aka : « les grandes oreilles » et l’utilisation d’IMSI catchers, balises, surveillance vidéo, filatures, ...) ;

    - En parlant surveillance vidéo : ils sont munis d’une à deux personnes par compagnie qui filment soit en liaison directe pour interpeller plus facilement lors des délits flagrants, soit en mode enregistrement, pour des arrestations plus tard. De plus, ils peuvent utiliser des caméras vidéo fixes ;

    - Pour ce qui est des armes, les LBD 40x46 sont toujours d’actualité, avec deux tireurs par compagnie, en binôme avec un superviseur qui indique où et quand tirer, sachant qu’ils visent les meneur-se-s avec précision car ce flingue dispose d’une visée laser ; il serait proposé qu’il y est moins d’effectifs mais plus de moyen pour les prochains temps : en multipliant les camion-barrières et les barre-ponts, les lanceurs à eau (seuls les CRS en possèdent pour le moment), de plus, leur service de l’équipement et de l’achat s’intéresse à de nouvelles grenades sans effet de souffle mais à effet : sonore, lumineux, cinétique (sonore comme à Pittsburgh dans les années 2000 où un camion muni d’un haut-parleur qui émet un son ultra strident et très inconfortable pour les oreilles permettra d’évacuer les foules) ;

    - Les nouvelles grenades de dés-encerclement sont munies de 18 galets de caoutchouc explosant à faible hauteur (les premières grenades de dés-encerclement ont été supprimées suite à la mort de Rémi Fraisse en octobre 2014 lors des manifestations contre le barrage de Sivens dans le Tarn) ;

    - L’objectif du maintien de l’ordre est de compartimenter les manifestant-e-s qui se rendent agressif-ve-s, violent-e-s ; ils ont le droit d’envoyer des lacrymos avec leur lanceur « cougar » pour repousser les manifestant-e-s mais pas leurs grenades à main, ni d’utiliser les LBD 40 tant qu’une mise en danger n’a pas été matérialisée : c’est à dire : dès que les premières pierres, les premiers cocktails molotovs sont lancés sur eux, alors c’est à cet instant et seulement à cet instant précis que « La matérialisation du danger » leurs donnent la possibilité de lancer leurs grenades et de tirer avec le LBD 40 (le flash-ball étant retiré de la circulation) ;

    - Rappelons aussi qu’une interpellation est considérée irrégulière lorsque un flic vous interpelle, il est sensé vous lire vos droits (dès le début de l’interpellation), et DOIT dès ce moment là, selon la jurisprudence, téléphoner au procureur de la république dans l’heure et quart qui suit. C’est pour cela que les CRS ou EGM étant là pour le maintien de l’ordre et non pour une question d’autorité judiciaire, sont emmerdés lorsqu’il doivent emmener quelqu’un-e au commissariat le plus proche, sachant que c’est ni leur mandat que de faire des interpellations, même s’ils en font, mais ça les emmerde aussi de ne pas être présent dans la compagnie pour faire leur taf. Ainsi, ils ont créé la cellule de garde à vue mobile, pour mettre en place des interpellations collectives, avec officier de police judiciaire et procureur en permanence ;

    - Par ailleurs, les compagnies EGM et/ou CRS n’ont pas la possibilité de se diviser en plus de la moitié de leur effectif : pour un régiment Alpha qui compte 68 personnels ou pour un régiment Bravo qui compte 53 personnels, c’est pas top du tout pour leurs déplacements (surtout dans les bois), bien qu’ils soient renforcés par le PSIG ;

    - Pour les personnels de la Direction de la gendarmerie nationale, 3 affaires ont marqué leurs esprits : - Strasbourg contre le sommet de l’OTAN
    - Les manifestations contre la vie chère en Outre-mer
    - Notre-Dame-des-landes

    Il y a encore beaucoup à dire, mais l’essentiel est là. Le Mouvement des ZADs est là et est l’exemplarité de l’évolution des manifestations à longue durée, qui permettent l’unification d’une diversité d’individu qui se reconnaissent à travers les luttes qui abordent des thèmes divers et variés comme celles pour les migrant-e-s, contre les GP2I, contre le sexisme et l’homophobie, pour la liberté et l’égalité entre les peuples, contre la marchandisation, les puces RFID ou les na-no-technologies, ... Du côté des forces de « l’ordre républicain », la loi sur le renseignement donne accès aux nouvelles technologies, avec légalité d’entreprendre de nouvelles combinaisons pour nous contrer. Cela leur permet aussi, de réduire leurs effectifs, d’accroître leur mobilité et de renforcer leurs méthodes pour nous contrôler avec précision et mieux nous punir dans la globalité. Par conséquent, c’est à nous de ré-inventer des moyens de communication fiables et efficaces pour que nos futurs en lutte puisse vivre à travers l’espace et le temps.
    Le mouvement des ZADs est largement soutenue, malgré quelques dissensions , dans sa globalité le « Vaisseau Mère » de NDDl est la source, le berceau de notre ascension fulgurante. Une ZAD est une forme de squat « grandeur nature », un terrain de jeu où le mot « diversité » des identités prend forme où se cristallise des équipes solides qui concrétisent le savoir-vivre ensemble révolutionnaire par l’authenticité d’une mise en commun de territoires abandonnés par manque d’imagination ou laissé pour quelque euro symbolique au tout capitaliste de financiers peu scrupuleux.

    Certes, le temps nous manque dans la Forêt des Chambarans pour se projeter plus en avant, en direction d’une affirmation forte de nos identités plurielles, afin de tuméfier cette unité du savoir-vivre ensemble.
    Cependant, l’objectif premier est que ce projet de Center-parcs soit détruit, alors le temps sera t-il avec nous, car nous, nous avons le temps pour précipiter l’effondrement de leur projet et de l’espace pour s’amuser (à bon entendeur), il y en a. YA BASTA !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « ZAD Roybon » :

>Contre l’expertise et la compensation, pour des luttes et des forêts vivantes

Le 21 mai 2019, la Cour administrative d’appel de Lyon appelée à se prononcer sur le Center Parcs de Roybon a ordonné la constitution d’un collège d’experts composé d’un hydro-géologue, d’un géomètre et d’un botaniste ou à défaut d’un naturaliste, et chargé de se rendre sur place pour évaluer la quantité de...

› Tous les articles "ZAD Roybon"

Derniers articles de la thématique « Écologie / Anti-productivisme » :

>Sombre anniversaire nucléaire à Hiroshima et Nagasaki

Les 6 août et 9 août 1945, les villes japonaises d’Hiroshima (340 000 habitants) et de Nagasaki (195 000 habitants) subissent le feu nucléaire de la part des Etats-Unis. Ces deux bombardements feront entre 155 000 à 250 000 morts, précipiteront la fin de la seconde guerre mondiale dans le pacifique et...

>Le 29 juillet 1979, Émilie Carles quitte la Vallée de la Clarée

Antimilitariste, libertaire, elle a milité toute sa rude vie pour ce coin de bonheur dans les montagnes briançonnaises où elle aimait donner le goût d’apprendre et aussi accueillir. « C’est pareil pour toutes choses, ce qui paraît irréalisable pour l’heure sera une réalité demain. ...

› Tous les articles "Écologie / Anti-productivisme"