Protection des familles à la rue : comprendre pour agir. Ateliers/table ronde le 14 juin

533 visites

Des travailleurs sociaux de la Métropole de Lyon sont confrontés dans leur travail à la remise à la rue de familles n’ayant pas accès à un hébergement. Ils organisent avec le soutien de la CFDT une soirée autour de la thématique de l’hébergement d’urgence, ouverte aux professionnels et aux citoyens, afin de tenter de nouvelles approches pour défendre ces familles. Événements gratuit sur inscription. Entre 17h30 et 21h30 à UTI Lyon/Rhône 214, avenue Félix Faure - Lyon 3e

Il y a un an, des travailleurs sociaux de la Métropole et la CFDT Lyon-Rhône engageaient sur la base d’un texte d’interpellation concernant les familles à la rue une démarche de sollicitation des pouvoirs publics et des associations. Dans ce cadre des rencontres ont eu lieux avec le Défenseur des droits en région, la DREAL, la DRDJSCS, La Métropole de Lyon, le Samu Social, l’OFII, CLASSES (LDH), un juge à la CNDA, la FAS, Médecin du monde, la DDCS
Dans les suites de cette démarche, ils organisent avec le concours de la Mission Régionale d’Information sur les Exclusions (MRIE), le jeudi 14 juin 2017 de 17h30 à 21H30 , une soirée/débat concernant la question de l’hébergement d’urgence : PROTECTION DES FAMILLES A LA RUE : COMPRENDRE POUR AGIR.

En première partie seront organisés des ateliers ayant pour objectif de :

  • Donner à connaître / Informer sur les leviers juridiques, les ressources et les dispositifs pour débloquer les situations les plus critiques ou asseoir sa pratique. Utiliser la loi dans sa pratique professionnelle d’accompagnement, connaître les voies de recours ou d’alerte.
  • Se questionner sur les moyens et méthodes pour agir collectivement en tant que travailleur sociaux. Échanger sur la notion d’engagement en travail social et sur les ressorts du collectif pour faire sens et/ou peser dans le débat public ou vis-à-vis des décideurs et institutions.

Il y aura un buffet offert et la participation de comédiens improvisateurs professionnels qui mettront une touche d’humour et d’espoir en fin de soirée.

JPEG - 303.3 ko
JPEG - 329.6 ko

P.-S.

Événements gratuit sur inscription

Documents associés à l'article :

jeudi 14 juin 2018

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Apartheid social » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

> Tous les articles "Apartheid social"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous » raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent et résistent dans des...

>BOUH ! Le squat des 400 couverts à Grenoble

À Grenoble, de 2001 à 2005, une traverse entière a été squattée : plusieurs maisons d’habitation, une salle publique, des ateliers et plein de folies, d’humour, de galères, de collectifs, de colères, d’expérimentations...

>David Kimelfeld enfariné pour 1.8 million

La semaine dernière, la métropole votait un budget d’ 1.8 million d’euros pour « la sécurité des bâtiments vides », aujourd’hui en réponse à cette dépense insensée, David Kimelfeld président de la métropole, s’est fait enfariner.

> Tous les articles "Logement - Squat"
}