Beau comme une prison qui brûle...

720 visites

Quelques dizaines de personnes occupent depuis le dimanche 19 février des arbres situés sur le terrain du futur Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs d’Orvault, dans la banlieue de Nantes, afin d’en empêcher la construction. Le gouvernement prévoit la création de sept de ces prisons pour mineur-es (entre 13 et 18 ans) d’ici fin 2006. ils fourniront 420 nouvelles places d’incarcération qui s’ajouteront aux 850 existantes dans les quartiers pour mineurs des prisons._ Sur la région lyonnaise, un Etablissement Pénitentiaire pour Mineurs d’une soixantaine de places est actuellement en construction à Meyzieu (rue du Rambion, entre la rocade Est et le Matholan). Comme une prison l’EPM de Meyzieu sera entouré d’un mur d’enceinte de six mètres de haut et il aura son quartier disciplinaire (4 cellule sont prévues à cet effet). Bien sûr les autorités font valoir que le centre sera doté d’une salle informatique, d’une salle de classe, etc. Mais d’après plusieurs habitant-es ces moyens seraient plutôt nécessaires hors les murs.

Si l’Etat crée toutes ces places en taules, il va falloir les remplir. Au nom de la sécurité on prétend traiter la délinquance à coup d’enfermement (poursuites systématiques, +45% d’incarcération pour les mineur-es entre 1990 et 2002). Mais ce qui est mis sous le nom de délinquance s’avère le plus souvent être un moyen de survie face aux injustices et à la pauvreté (deal, vols, braquages…). Et on empêchera pas les actes de violence (coups, racket, viols…) en brisant psychologiquement les « coupables », en particulier tant que la société se structurera dans la compétition, l’autoritarisme, le sexisme. La « délinquance » c’est aussi de la colère. Bon nombre de condamnations sont le résultat direct des violences et du harcèlement policier, face auxquels des réactions de défense ou de protection se transforment au tribunal en « outrage et rébellion ». Les émeutes de l’automne ont traduit la révolte de celles et ceux qui sont parqué-es dans les quartiers, qui subissent la précarité, l’humiliation des services sociaux, le racisme, la hargne de l’Etat.

Dans diverses villes des collectifs se sont formés pour s’opposer à la construction et à l’existence des prisons. A Lyon une campagne d’information et de protestation « anti EPM » a été lancée par le CIRDEL [http://cirdel.lyon.free.fr]. Et mi janvier des individu-es indéterminé-es ont incendié les algeco installés sur le site du futur centre de détention pour mineur : le chantier a été bloqué plusieurs semaines. A nous d’inventer encore d’autres formes de lutte pour nous opposer au développement d’un monde où chacun-e aurait sa prison sur mesure : où les mineurs se retrouveraient en EPM, les sans papier en centre de rétention, et où n’importe qui finirait enfermé dans sa propre vie, sous l’œil des policiers et des caméras.

A bas les flics ! A bas les matons !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info