Casseurs ? Coup de gueule contre certaines organisations lyonnaises

3218 visites
Mouvement sur les retraites 8 compléments

Quand le président de la LDH Lyon, des membres du PCF, de la FSU ou d’autres organisations, se mettent à nous recracher le discours médiatique sur les « casseurs »...

Suite aux nombreux témoignages recueillis par rebellyon.info sur la « prison bellecour » du jeudi 21 octobre, plusieurs personnes ont réagi et nous ont notamment proposé des pistes de suites juridiques.

Alors que ces « poursuites » ne faisaient pas l’objet d’une attention particulière, le suivi des comparutions immédiates, le soutien pour les grévistes et l’inventaire des violences faites à des manifestants occupant une bonne partie du temps des militants et activistes présents dans la lutte sur lyon, une réunion a eu lieu à l’appel du CIRDEL [1] pour organiser une réponse politique et juridique à l’enfermement de la place bellecour.

Une deuxième réunion, vendredi 29 octobre, faisait suite et préparait un communiqué de soutien. Présence importante dans cette réunion, pourtant tenue par des personnes absentes de la lutte, des personnes qu’on aurait en vain cherché dans les actions de ces dernières semaines.

Mais le mieux est atteint lorsque certains, président de la LDH Lyon, membres du PCF, de la FSU ou d’autres organisations, se mettent à nous recracher le discours médiatique sur les « casseurs ».

« Pour le Parti communiste français, nous ne signerons pas ce communiqué si il y a l’exigence de la libération de tous les inculpés » (PCF)

La LDH nous offre le retour des « bandes organisés » « dans certains cas il s’agit de délinquants organisés » [2] Quand l’objet de la réunion est d’organiser le suivi avec ces mêmes arrêtés. Cela nous montre bien qu’ils n’ont jamais été présents dans la rue pour constater ce qu’il s’y passait.

J’arrête là les citations, afin d’éviter de tomber dans les attaques ad hominem, encore une fois les organisations les plus absentes de la lutte viennent faire la morale, et décider qui aura le droit d’être défendu par le collectif et qui mérite de souffrir de la répression judiciaire. Pour eux il y a des bons lycéens, et des méchants casseurs, la LDH et consorts nous ressortent le même discours que TF1

Plusieurs camarades libertaires présents à la réunion ont quitté les lieux avant la fin, on les comprend bien.

Un observateur énervé de ladite réunion.

Notes

[1Centre d’Initiatives et de Réflexion pour la DEfense des Libertés - voir leur site

[2extrait de la proposition de communiqué de la LDH

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

  • Le 12 novembre 2010 à 22:05, par ANNE

    Je me suis jointe à ce comité. J’ai essayé de participer à la rédaction d’un document d’information mais n’ai pu être entendue.
    Si vous êtes témoins, je vous conseille d’aller à toutes les réunions de ce comité et de tacher de vous faire entendre. Il est également indispensable et très intéressant avant de témoigner de rencontrer la personne du CIRDEL qui est présente à toutes les réunions.
    La prochaine réunion de ce comité se tiendra le mardi 16 novembre à 18h15 à la bourse du travail.

  • Le 8 novembre 2010 à 09:57, par ANNE

    On les comprend bien, en effet.

    Il me semble toutefois très important d’assister en nombre à toutes les réunions de ce comité et d’en faire partie afin que cette action qui ne fut pas à l’initiative des signataires, comme indiqué dans l’article, ne leur serve pas de tremplin électoral dans un but purement opportuniste.

    A mon avis, il serait intéressant d’associer les témoins et victimes de ces abus de pouvoir et autres exactions policières à la rédaction des communiqués de ce comité du 21 Octobre.

    D’autant que c’est grace à leur témoignage et initiatives que ce mouvement a vu le jour.

    Ils devraient avoir le droit de donner leur avis avant qu’un communiqué ne soit rédigé et que la parole ne soit prise en leur nom

  • Le 2 novembre 2010 à 11:02, par gône

    Je partage l’esprit de ce « coup de gueule »...Présent régulièrement sur le terrain, ou à recueillir, recouper des témoignages en particulier lors des incidents autour de Bellecour après l’arrivée de la manifestation le mardi 19 octobre, ou durant la prise d’otages programmée du « hors la loi »Hortefeux sur cette zone de non droit que fut la place Bellecour le jeudi noir 21 octobre, je m’insurge contre la désinformation systématique à Lyon comme ailleurs. En particulier celle de cet adjoint Vert lyonnais, clairement dans le mauvais camp. Il suffit de le confronter à la réalité, aux multiples témoignages souvent hallucinants, de jeunes, citoyenNEs, simples passantEs, aux nombreux blesséEs (il suffisait d’ouvrir les yeux ou de faire un petit tour à l’hôpital...). Pas étonnant que par la suite, des organisations lyonnaises absentes du terrain confondent les forces répressives de l’Etat et les répriméEs, l’unique déclencheur et responsable des violences et commencent dès lors par trier lamentablement entre les bonNEs et les mauvaisES manifestantEs, perdant tout sens critique quant à la stratégie de division sarkozienne et au final contribuant à affaiblir cette légitime et toujours majoritaire révolte populaire....

    Manipulation policière à Lyon ? Un élu écolo défend la préfecture

  • Le 1er novembre 2010 à 22:59, par zora

    C’est le talon d’achille de la solidarité qui a commencé à se re-tisser ...

    Elle exclut encore toute une frange, la plus stigmatisée, du mouvement.

    La mythologie du méchant casseur vs le gentil manifestant a la vie décidément trop dure. Et c’est pourtant important de faire émerger sur la place publique l’histoire de la place bellecour ... !

    Satanés vieux militants qui tournent au vinaigre (aigre). Ils me dégoûtent.

  • Le 1er novembre 2010 à 22:19, par emma

    j’étais présente à cette réunion, même constat .....par contre nous devons être tous là vendredi pour la prochaine réunion, ne laissons pas le terrain à ces gens là ! j’ai envoyé à la plupart d’entre eux, un texte demandant qu’on se passe du PCF et du PS et autres, et sur la question des casseurs que je trouve scandaleuse. je serai là vendredi pour organiser une journée à Bellecour et un meeting en accord avec nos points de vue, ne désertons pas ! Emmanuelle ( je vous joins le texte envoyé aux participants que je connais dont j’ai le mail)

    "bonjour, j’étais à la réunion de ce vendredi soir à la bourse du travail pour l’écriture de ce communiqué commun. j’aimerai vous transmettre deux trois réflexions qui n’engagent que moi-même, même si je suis au NPA, ces réflexions portent sur trois choses : la question des casseurs, la question du consensus et la question de la position du PC et du PS.
    A propos du consensus, je salue au préalable les efforts de diplomatie déployés par les camarades pour arriver à ce consensus mais cependant, il faut bien se dire que, au-delà d’une certaine limite le consensus n’est plus démocratique, car il met d’autres formes de rapports de force en jeu. nous ne sommes plus justement dans un rapport de force mais dans un système de pression. attention paix sociale n’est jamais ou très rarement synonyme de justice, car elle se construit sur des compromis et on sait que les compromis peuvent être de passer sous silence des choses ou de fermer les yeux au nom de cette paix sociale. question à qui profite l’apaisement des conflits sociaux aujourd’hui ? refuser de demander l’abandon des poursuites judiciaires contre les « casseurs » et autres « fauteurs de trouble » profite à qui ,ne pas « enfoncer le clou » permet l’ouverture de nouvelles négociations qui vont profiter à qui ?
    cela m’amène à la signature ou non du PC, PS qui en réservant ou s’opposant font pression faute de pouvoir établir un vrai rapport de force. Pour ma part, je souhaite une signature la plus large possible du communiqué mais je pense qu’il y a d’autres moyens d’y arriver que d’accepter les pressions de ces deux partis. je pense qu’on peut les mettre face à leurs responsabilités, c’est-à-dire de leur demander : qu’est ce que va comprendre leur électorat ( c’est bien ça la question ?) si leurs partis refusent de cosigner ce communiqué dénonçant la répression policière et demandant l’abandon des poursuites (voir la question 3 sur les casseurs) . Que vont penser tout un chacun s’il ne voit pas la signature de ces partis dans des communiqués nationaux dénonçant l’attaque du droit de grêve par exemple ? non pour l’instant ces communiqués sont abandonnés….faute de consensus….. il serait je pense préférable de faire malgré tout ces communiqués, de résister à cette pression pour que chacun réfléchisse à son engagement et sa responsabilité politique. Cela n’engage que moi.
    Sur la question des casseurs, je serai brève, ces jeunes casseurs nous les connaissons bien, il y a quelques années ils cassaient leurs cités, aujourd’hui ils cassent bellecour, lieu de leur fascination et de leur aliénation…..tout un symbôle, moi j’y vois un progrès….à croire que la colère collective les portent au-delà des murs de leurs cités. Ces jeunes je les connais bien, beaucoup sont d’origine étrangères, beaucoup sont livrés à eux-même , si l’on veut parler au nom des quartiers populaires, il faut accepter cette violence, être là à leurs côtés, les surveiller et veiller sur eux, les aider à donner un sens politique à leurs actes et leur proposer d’autres modes d’expression. D’ailleurs je n’ai jamais vu autant de jeunes d’origine maghrébine et africaine dans les cortèges de lycéens, porte paroles même de leurs lycées, de mouvements collectifs organisés…donc.. C’est faire le jeu du pouvoir que de chercher à différencier les bons manifestants des casseurs….. L’interprétation que nous faisons de leur violence est un enjeu politique.
    voilà , à la prochaine réunion pour continuer ensemble.

  • Le 1er novembre 2010 à 03:14, par Sam

    Pareil, aussi écœuré ! Et d’autant plus que j’y étais tous les jours et notamment à place Bellecours le 21 octobre, Ça me dégoute tous ces commentaires de gens qui analysent la situation derrière leur écran de télévision...

  • Le 31 octobre 2010 à 22:23, par syndicaliste

    Pour être juste, il faut souligner que si les membres de la FSU qui tiennent ce genre de discours sont bien représentés dans sa direction, les militants de terrain ne sont pas du tout sur les mêmes positions et les mêmes ressentis !

  • Le 31 octobre 2010 à 18:30, par sioux

    Salut,
    Pas étonné une seconde et comme toi écœuré.

    Quand on pense qu’à Lyon 2, la fsu est le syndicat majoritaire...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mouvement sur les retraites » :

› Tous les articles "Mouvement sur les retraites"