Non, la « fraternité » ne l’a pas emporté face au « délit de solidarité »

1266 visites

Le Conseil constitutionnel n’a pas abrogé le délit de solidarité avec sa décision Herrou. Au nom d’une fraternité rendue variable par l’exigence de lutte contre l’immigration irrégulière, il a étendu au délit d’aide à la circulation irrégulière des étrangers les exemptions bénéficiant à l’aide au séjour, tout en interdisant qu’elles jouent pour l’aide, même humanitaire, à l’entrée irrégulière.

Le Conseil constitutionnel vient de consacrer le principe de fraternité lit-on un peu partout, comme si dans le droit c’était un grand pas vers plus de ... solidarité ? Étrange de la part d’une institution pourtant peu connue pour son engagement social. De fait, cette contradiction n’en est pas une, la fraternité qui orne nos frontons bleu-blanc-rouge s’accommode très bien du « les nôtres avant les autres » cher au Bastion Social. Après tout, la fraternité n’est qu’une solidarité restreinte à la seule fratrie, en sont par conséquent exclu.es tous ceux qui ne peuvent se prévaloir de la même « souche, » et a fortiori toutes celles, quelle que soit leur origine. Aucune contradiction donc entre la fraternité et une république patriarcale et xénophobe.

Le Conseil constitutionnel n’a pas abrogé le délit de solidarité avec sa décision Herrou. Au nom d’une fraternité rendue variable par l’exigence de lutte contre l’immigration irrégulière, il a étendu au délit d’aide à la circulation irrégulière des étrangers les exemptions bénéficiant à l’aide au séjour, tout en interdisant qu’elles jouent pour l’aide, même humanitaire, à l’entrée irrégulière.

Au-delà des effets d’annonce qu’a changé la décision du Conseil constitutionnel ?

- Rien en ce qui concerne l’aide au passage des frontières. La fraternité s’y arrête.
- Elle élargit le champ des exemptions du « délit de solidarité » pour ce qui est de l’aide au séjour, qui inclut dorénavant toute acte d’aide au séjour s’il est accompli sans contrepartie directe ou indirecte, dans un but humanitaire. Chose par ailleurs déjà en projet dans le projet de loi Asile et Immigration du gouvernement.
- Elle élargit ces exemptions à l’aide à la circulation, au sein du territoire national bien sûr.

Non seulement cette décision n’abroge pas le « délit de solidarité » pour ce qui est du passage aux frontières, mais elle laisse encore la porte ouverte à des poursuites pour ce qui est de l’aide au passage et de l’aide au séjour. En effet il a déjà été invoqué que « lorsque l’aide s’inscrit dans la contestation globale de la loi, elle sert une cause militante et constitue à ce titre une contrepartie ». De même le ministère de l’Intérieur n’a pas manqué de se fendre d’un fraternel communiqué : « l’exemption pénale pour l’aide apportée dans un but humanitaire ne doit pas s’étendre à l’aide apportée dans un but militant ou aux fins de faire obstacle à l’application de la loi ou à l’action de l’État ».

En France où chacun sait depuis le 6 juillet 2018 que la fraternité est un principe constitutionnel invocable en justice, la solidarité demeure un délit pénalement sanctionnable, soit qu’elle conduise au franchissement de la frontière d’un étranger en situation irrégulière (décision Herrou et autres du Conseil constitutionnel), soit qu’elle puisse être analysée comme une action militante en faveur des étrangers en situation irrégulière se trouvant sur le territoire français (décision Herrou de la cour d’appel d’Aix-en-Provence).

La suite à lire sur : https://blogs.mediapart.fr/paul-cassia/blog/080718/ce-qui-restera-du-delit-de-solidarite

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Appel à un cortège contre les frontières le mardi 18 décembre

Le 18 décembre est la journée mondiale des migrant-e-s et alors que les fascistes et réactionnaires ont trouvé un nouveau cheval de bataille avec le pacte de Marrakech ; il est primordial de participer à la manifestation pour crier haut et fort notre volonté d’en finir avec les...

>Les « 7 de Briançon » ont été condamnés

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de...

> Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Comparutions immédiates du lundi 10 décembre 2018

Après une fin de semaine pour le moins agitée avec l’entrée en scène des lycéen·ne·s et des étudiant·e·s dans toute la France aux côtés des gilets jaunes (voir, en ce qui concerne Lyon, ici, ici et ici) – on s’est rendu à plusieurs ce lundi aux comparutions immédiates rue Servient, pour voir comment se joue...

>Grève des avocats et manifestation ce mercredi 12 décembre

Des rassemblements d’avocats avaient lieu ce mercredi dans la plupart des grandes villes de France pour protester contre le projet de réforme de la justice. Le texte a été adopté par l’Assemblée nationale au alentour de minuit dans la nuit de mardi à mercredi en première lecture par 88 voix contre 83....

> Tous les articles "Répression - prisons"