Chronique de grève

380 visites

Chronologie TCL

20 avril : grève aux TCL et perturbation de
l’inauguration du T4 pour protester contre
la remise en cause, par la direction, des
accords d’entreprise.

Fin juin : grève tournante de 59 minutes
par jour sur les lignes de tram, aux horai-
res les plus vicieux… Le mouvement dure
15 jours. Dans ce cadre un syndicaliste
de Sud prend l’initiative de bloquer à lui
tout seul la circulation sur la ligne T4, en
installant des chaises sur un aiguillage.
Il est poursuivi en correctionnelle par
l’entreprise.

3 septembre : les principaux syndicats
refusent de signer la nouvelle convention
collective proposée par la direction.
Un préavis de grève concernant le réseau
de tram est déposé par la CGT, FO et
les Autonomes pour le 11 septembre. Le
mouvement est une réponse « au climat
délétère qui règne sur l’unité de transports
tramway de Saint-Priest depuis l’inaugura-
tion du T4 ». Les salariés dénoncent « la
multiplication des sanctions abusives et
les licenciements injustifiés ». « On a l’im-
pression que la direction de Keolis cherche
à instaurer un climat de peur pour faire
taire les fortes têtes dans le cadre de la
renégociation des accords d’entreprise.
Si quelqu’un bronche, c’est directement
le conseil de discipline. Ça a déjà donné
lieu à trois licenciements, et il y a eu aussi
une mutation ». A propos du conflit latent,
Rivalta déclare : « il ne faut pas oublier
que le service public c’est avant tout le ser-
vice au public. Il est normal que le réseau
et son organisation se modernisent ».

9 septembre : un préavis de grève de
99 jours est déposé suite à une réunion
non concluante entre les syndicats et la
direction, qui laisse entendre par voie
de presse que les désaccords porteraient
sur la question des salaires (c’est un gros
mensonge).

22 septembre : un juge agacé par la grève
à venir, place volontairement une affaire
concernant des agents de l’entreprise à la
fin de sa session.

24 septembre : début de la grève ; près de
70% du trafic des bus, métros et tramway
est paralysé. 300 salariés se réunissent
devant les locaux de Keolis et tentent de
forcer le passage. Jets d’œufs et de fumigè-
nes. Tout de suite la direction annonce des
mesures disciplinaires et des syndicalistes
s’interposent en annonçant une hypothé-
tique rencontre pour 14h.

25 septembre : grosses perturbations sur
le réseau. Plusieurs centaines de grévistes
se réunissent devant le SYTRAL. Blocage
du tram à la Part-Dieu : les CRS dégagent le
passage à coups de lacrymo, sous les jets
d’œufs et de farine (par kilo). Un cortège
sauvage finit par se former : blocage de
la ligne T1, du cours Lafayette, du cours
Emile Zola, du métro à Charpenne. Manif
en direction de la préfecture : un flic haut
gradé se prend un œuf en pleine tête et
un jeune venu en soutien est interpellé
de façon un peu houleuse au sein du cor-
tège. Pendant qu’une délégation de syn-
dicaliste est reçue à la Préf’, il est pour sa
part emmené au comico de Bahadourian.
A la clé une convocation en Maison de jus-
tice pour fin octobre (violence aggravée…
avec un œuf). Le même jour le Progrès
titre : « Usagers, chronique d’une galère
annoncée ».

28 septembre : manif sauvage du côté de
Grange Blanche. Jets d’œufs sur les bus
qui circulent et petites altercations avec
les jaunes (ah ! ah !). Première réunion de
crise entre les syndicats et Tabary.

29 septembre : deuxième réunion entre
les syndicats et Tabary. Comme c’est pas
concluant, les syndicalistes occupent la
salle des négociations.

30 septembre : incendie du dépôt de bus
de Perrache. 29 bus détruits, 6 endomma-
gés. 12 millions d’euros de dégât. Collomb
et Rivalta appellent solennellement à la
reprise du travail « cette grève n’a que
trop duré »… Les syndicats les accusent
de se saisir du prétexte pour casser le
mouvement.

1er octobre : première assemblée générale
rassemblant 300 traminots. Les grévistes
sont encore majoritaires dans l’entreprise.
Les syndicats laissent entendre cependant
que le mouvement pourrait être suspendu
sous peu.

2 octobre : la direction annonce un geste
commercial pour novembre : baisse de
30% sur l’abonnement. Le 17 octobre est
décrété journée gratuite sur le réseau.
L’AG vote la fin de la grève pour lundi.
Un journaliste du Progrès parti à la pêche
aux mécontents pour illustrer son papier
tombe sur un ouvrier du bâtiment de 31
ans qui déclare soutenir les grévistes.
« J’ai du prendre le taxi quatre fois pour
aller bosser. Une fois j’ai quand même
été bloqué et ça m’a coûté 100 euros sur
la fiche de paie, mais tant pis je reste soli-
daire avec les syndicats des TCL, ils ont
raison de se battre ».

3 octobre : manif anti grève minable place
Bellecour. 150 participants. 50 personnes
viennent les chambrer, en soutien au
mouvement.

5 octobre : une cinquantaine de salarié-es
des TCL se déclarent encore grévistes.
Keolis est condamné en justice pour ses
exigences : la boîte demandait aux salariés
de se déclarer 48h avant le mouvement,
et pour chaque jour de grève, alors que la
loi impose une déclaration 48h avant de
se mettre personnellement en grève (on
peut rejoindre en cours de route) et sans
mise à jour quotidienne (on se déclare
une bonne fois et après c’est parti).

6 novembre : manif prévue à 14h devant
le nouveau palais de justice, en soutien au
gréviste bloqueur de juin. Par extension
c’est une belle manière de protester contre
la répression syndicale en général.

Décembre : reprise du conflit ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info