Ciné club de l’atelier - La Horde Sauvage

323 visites

L’automne est là ? T’en as mare d’éplucher des marrons et de mettre des journaux dans tes chaussures mouillées ? Alors viens donc à l’atelier un dimanche soir pour prendre un petit apéro et surtout regarder un super film : La Horde Sauvage. Du sang de la sueur de la poussière du soleil et surtout le film préféré de Jean Marc Rouillan ! Alors ça vend pas du rêve ?

Synopsis :

En 1914, Pike Bishop et sa bande entrent dans San Rafael, une petite ville du Texas, déguisés en cavaliers de l’US Cavalry. Ensemble, ils se dirigent vers la gare pour y dérober la paie des employés du chemin de fer. Ils ignorent que Thornton, autrefois leur complice, aujourd’hui leur pire ennemi, les y attend, chargé par la direction des chemins de fer de leur tendre une embuscade. L’affaire tourne au cauchemar. Des dizaines d’innocents y laissent la vie. Pike n’est pas satisfait. Il n’a volé que des morceaux de ferraille. Il accepte l’offre d’un général mexicain, Mapache, qui lui demande d’attaquer un train rempli d’or et de munitions...

PNG - 682.4 ko

Critique : « J’ai réalisé La Horde sauvage parce que j’étais très en colère contre toute une mythologie hollywoodienne, contre un romantisme de la violence », déclarait Sam Peckinpah à la sortie de son film, resté célèbre pour son prologue et son épilogue : deux fusillades interminables et barbares. Ici, la violence est rendue presque insoutenable par un montage très haché, qui joue sur le contraste entre des scènes filmées au ralenti et leur enchaînement ultrarapide. Habile (pour ne pas dire roué), le cinéaste américain obligeait ainsi le spectateur à passer sans cesse de la fascination à la répulsion, le laissant se griser au rythme de la mitrailleuse avant de le replonger dans l’hémoglobine et la boue.

La charge se révèle d’autant plus rude que La Horde sauvage est d’un pessimisme radical. Comme souvent chez Peckinpah, l’action se situe à la charnière de deux époques, ici 1913 : pour les Etats-Unis, la conquête de l’Ouest est finie, celle du monde commence. Elle se fera sans William Holden et ses outlaws, ces fantômes fatigués d’un temps défunt dont on suit la descente aux enfers.

Le film sera diffusé dans sa version Director’s cut

On vous attend à partir de 19h pour l’apéro et le film commence à 20h !
Prix libre en soutien à l’Atelier


La Horde sauvage ( bande annonce VO ) door guiderapide

P.-S.

L’atelier des Canulars
91 rue montesquieu
69007 Lyon
Metro Saxe-Gambetta

dimanche 11 octobre 2015

Ciné club de l’atelier - La Horde Sauvage

19h00 - 23h30
L’Atelier des Canulars

91 rue Montesquieu
69007 Lyon Metro Saxe Gambetta

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « L’Atelier des Canulars » :

>Soirée de soutien : « Palpitations Cubaines » le 17 mars

Cuba, que disent les cubains de leur Cuba. Y rester, en partir ? Comment découvrir Cuba sans laisser émerger ce terrible dilemme ? La soirée « Palpitations Cubaines » est organisée par l’ association « Ekelekua » pour la promotion de la culture cubaine, avec le soutien des amis et des artistes...

› Tous les articles "L’Atelier des Canulars"

Derniers articles de la thématique « Fêtes - Festivals - Vie du mouvement » :

>20 novembre 1976 : création du Collectif Utilitaire Lyonnais

C’est le 20 novembre 1976 que le C.U.L. ouvrait au 44, rue Burdeau dans les pentes de la Croix-Rousse, un lieu collectif, ouvert et politique. Plus de 40 ans plus tard ce lieu, s’il a depuis un peu changé, existe toujours. En 1985 une interview dans la journal IRL présentait le projet...

>[Aveyron] Grand week-end de résistance à l’Amassada les 1, 2 et 3 novembre

L’ Amassada (assemblée et feu hameau de lutte contre le projet de méga-transformateur « Sud-Aveyron ») appelle à un grand week-end de résistance les 1, 2 et 3 novembre. Pour réagir ensemble à son expulsion et sa destruction par une opération militaire le 8 octobre dernier. Pour faire valser les promoteurs...

› Tous les articles "Fêtes - Festivals - Vie du mouvement"