Communiqué de l’AG de Lyon 2 quais

1118 visites
13 compléments

Alors que la présidence de Lyon 2 appelle à un vote à bulletin secret lundi 27 avril les AG se sont prononcées pour un boycottage de celui-ci.

Nous, assemblée générale des étudiants de Lyon 2, avons le mardi 21 avril reconduit le blocage jusqu’au jeudi 30 avril pour le campus des quais afin de continuer à nous mobiliser en vue de l’abrogation de la LRU. Nous nous sommes également prononcés pour la validation automatique du semestre avec des examens facultatifs pour ceux qui le souhaitent. En effet, certains professeurs tiennent avec la complicité de quelques étudiants des cours clandestins malgré le blocage, dont le contenu sera soumis à l’examen de fin d’année. Ces pratiques vont à l’encontre des décisions des étudiants mais aussi de la présidence. L’Assemblée générale des étudiants s’est également prononcée contre un vote à bulletin secret.

Les étudiants réactionnaires et antigrévistes ont, au contraire des grévistes qui respectent toutes les décisions de l’assemblée générale, même lorsqu’elle décide de débloquer comme ça a été le cas une semaine, fait pression sur la présidence qu’ils ont envahi pour obtenir des cours de ratrappage le samedi, la non validation automatique des crédits du semestre et un vote à bulletin secret lundi 27, toute la journée. Nous appelons au boycottage de ce vote, réfutons le droit à la présidence et aux antigrévistes de passer au dessus des décisions de l’assemblée générale étudiante.

L’Assemblée générale est ouverte à tous les étudiants et se réunit depuis de longues semaines tous les mardis à 11h00, elle est souveraine et seule légitime.

Les votes de l’assemblée générale d’aujourd’hui sont la preuve de notre
détermination sans faille et nous ne laisserons pas une minorité d’étudiants
réactionnaires avoir raison de notre mobilisation.

Assemblée générale Étudiante Lyon 2 Quais

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 27 avril 2009 à 22:10

    Le blocage n’est pas violent.

    On n’utilise pas les institutions que l’on veut renverser pour les renverser : on ne veut pas faire reposer la mobilisation sur quelques leaders.

    Le vote est le niveau zéro de la démocratie, la discussion et la participation le dépassent largement dans tous les cas, et en particulier quand l’objet du vote est de renoncer à l’exercice démocratique du pouvoir - car au contraire de la présidence de l’université qui est réellement une oligarchie, encore qu’à ce niveau le mot est pompeux, les AG accueillent tous ceux et celles qui veulent participer.

  • Le 27 avril 2009 à 20:26

    En les faisant éviter les bureaux de vote. Mais c’est vrai que le but est plus de vous donner le temps de nous comprendre que de vous forcer a venir en AG. Quand vous venez en assemblées générales en dernier recours, ce n’est que pour voter le déblocage et pas pour défendre une opinion. La « democratie etudiante » reglementaire est devenue machinale, comme l’enseignement. Il nous faut interrompre les votes comme il nous a fallu interrompre les cours.

    Je parlais de démocratie directe en opposant les assemblées générales, basées sur la participation, aux élections basées sur la représentation. Oui, la démocratie directe ne passe pas par la représentation, et oui les AG ne sont pas représentatives. Elles ne prétendent pas l’être. Mais elles fonctionnent selon leurs critères (c’est a dire qu’elles donnent effectivement un pouvoir à leurs participants), au contraire des conseils de l’université (à qui ni la communauté universitaire ni la majorité de celle ci ne donne symboliquement son pouvoir).

  • Le 27 avril 2009 à 18:43

    La démocratie, c’est le fait de reconnaître et d’accepter les décisions de la majorité, même - et surtout - lorsqu’elle a tort. Quand cela arrive, on doit lui montrer ses erreurs et l’amener à changer de point de vue sans violence.

    Si vous voulez changer les formes, faites pression pour changer la composition des conseils centraux, leurs attributions, les statuts de l’Université, etc. Aussi mal ficelée que soit cette loi, la LRU permet tout ceci, justement. Et surtout, surtout, lorsqu’il y a des élections étudiantes au sein de l’Université, allez voter en masse. Des personnes élues avec un fort taux de participation ont toujours plus de poids politique que des personnes élues avec un fort taux d’abstention. Tout simplement parce qu’en cas de conflit, elles peuvent mobiliser un grand nombre d’électeurs d’un seul mot. L’exemple d’Elie Domota et du LKP en Guadeloupe est plus que révélateur.

    Actuellement, sur Lyon 2, le blocage est le fait d’une minorité qui décide pour une majorité. Cela s’appelle une oligarchie. Une oligarchie qui a tellement peur de se voir désavouée par une décision démocratique qu’elle a appellé à perturber le déroulement du referendum à bulletin secret de ce lundi. Pourtant, en matière d’outil démocratique, difficile de faire mieux qu’un tel scrutin.

  • Le 27 avril 2009 à 18:31

    Les dernières élections ont eu un taux de participation faible, je le concède (entre 10 et 20%, en général pour les représentants étudiants, de 20 à 35% pour les personnels). Mais ce taux de participation est néanmoins supérieur à celui des actuelles Assemblées Générales (au mieux environ 2000 personnes tous campus confondus sur environ 25000 étudiants, soit grosso modo 8%).

    Donc, si les personnes élues dans les conseils de l’Université ne sont pas représentatives de la communauté universitaire, les Assemblées Générales actuelles le sont moins encore.

    Quant à la « démocratie directe », j’y ai eu droit tout à l’heure. J’étais dans le bureau de vote lorsque des bloqueurs ont décidé de nous jouer la sérénade à coups de pétards et de coups dans les portes et les vitres, tout en nous hurlant dessus et en nous enfumant à coups de fumigènes et de lacrymogènes.

    Avec des actions pareilles, comment voulez-vous inciter des étudiants opposés au blocage à venir « assumer et défendre leur opinion » (comme je l’ai lu par ailleurs sur ce site) en Assemblée Générale ?

  • Le 27 avril 2009 à 01:49

    L’interet principal du blocage est qu’il permet de renverser la situation. Les singes deviennent des humains et les humains deviennent des singes.
    Les etudiants deviennent des etres politiques et les cadres de l’administration deviennent des cadres administratifs clairs.

    On sait deja que le blocage est le seul moyen de reussir une greve etudiante (une vraie greve, je parle pas d’une de ces « journées d’action » made in bureaucratia) . On sait aussi que seule l’interruption d’un quotidien en derive fascisante, car bien sur l’etat n’est pas le seul concerné, permet de dériver efficacement de cette dérive, d’apprendre a lutter contre elle et d’en etudier tous les aspects, car bien sur sarkozy n’est pas tout seul, et il ne connait meme pas tous ses alliés.
    On peut peut etre obtenir la satisfaction d’une revendication sans passer par le blocage. J’en doute, puisque le mouvement etudiant resterait alors l’oeuvre de quelques groupes engagés ou militants, et en tout cas isolés et que habituellement ca ne suffit pas. Mais abstraitement c’est possible. Le probleme c’est qu’alors nous n’obtiendrions que ca.
    Il faut profiter d’un mouvement pour preparer le prochain.

  • Le 26 avril 2009 à 06:03

    Les formes sont aussi une question politique, nous voulons les changer, mais dans la conception très particulière de la démocratie qui est celle de la présidence de l’université, et que tu as l’air de partager, nous n’en avons pas le droit. Le bon exercice de la démocratie est l’exercice d’un pouvoir, et « la Présidence » ne nous le refuse - ou se contente de le perturber en période de grève.

  • Le 26 avril 2009 à 05:48

    Si par l’Université, tu veux parler de son personnel administratif, tu as tort, ce n’est pas un devoir - si c’en était un, elle aurait d’ailleurs jusqu’à maintenant échoué à le remplir. Si tu veux parler du corps entier des « usagers » et personnels, et de la totalité des représentants et délégués de celui ci, la plupart n’ont pas accès a ces listes de diffusion. Si tu faisais un amalgame entre les organisations précitées et l’administration, ce qui serait assez juste, tu ne fais que maladroitement souligner la relativité de la démocratie dans cette université. Et si l’amalgame est fait entre ces organisations et le reste du personnel et des étudiants, c’est simplement absurde : tu connais les résultats des élections dont tu parles, j’imagine. Ces gens la ne représentent pas grand monde.

    En attendant, on fera en sorte que la démocratie directe prime.

  • Le 26 avril 2009 à 03:25

    Bonsoir,

    étudiant-bloqueur pendant le CPE, je tiens toutefois à me démarquer de toute cette rhétorique qui embrouille un débat déjà bien assez complexe. On me répondra : « idéologie contre idéologie ». Certes, ...

    ...Cela dit, un blocage décidé par une minorité d’individus auto-institués ne constituera jamais une décision « démocratique », comme aiment pourtant à le répéter certains bloqueurs. A partir de ce postulat, on peut très bien concevoir le blocage comme une nécessité (tel qu’il m’est apparu lors du CPE) prévalant sur la raison « démocratique » (parce qu’en démocratie, et ce en dépit de nombreux filtres, on a ce bien chouette droit de critiquer le principe démocratique himself), cela serait une posture plus valable sur le plan de l’idéologie, du moins est-ce mon humble avis.

    Alors ne pas reconnaître le vote de lundi, décidément, c’est trop mesquin ! Mais tout cela, vous n’en êtes que bien trop conscient.

    Toujours le même gâchis, la victimisation facile, et des gamineries relayées par un ignoble torchon à grand tirage (cf l’effarant article de Lyon-Capitale sur l’histoire des « facebooks »)

    N’y aurait-il pas d’autres moyens que le blocage pour permettre aux étudiants de lutter dans un cadre administratif clair ? (càd, par exemple, une concertation avec tous les départements pour suspendre les listes d’émargement tant que dure la grève ne suffirait-elle pas à notre bonheur de bloqueur ?)

    Tous mes voeux de réussite, malgré ces désaccords, pour cette lutte indispensable contre les dérives fascisantes de l’actuel Etat français.

  • Le 25 avril 2009 à 22:02

    Le vote de lundi ne prouver rien du tout à partir du moment où l’AG (de Bron comme des quais) a appelé au boycotte de celui-ci. Le résultat de ce vote sera nul.
    De plus, ce vote n’a aucune légitimité. Certaines minorité ont eu gain de cause en obtenant ce vote, mais l’AG qui est souveraine ne le reconnait pas.
    La véritable démocratie c’est de venir en AG et participer au vote, qui, je le dit pour ce qui se disent connaitre les AG mais qui n’en savent pas grand chose en réalité, que la semaine dernière le vote n’a pas été à main levé, mais par liste d’émargement !

    Mais connaissant les bassesses des arguments des anti-bloqueurs et de la présidence, ces derniers vont se réfugier derrière un pseudo résultat d’un pseudo vote afin de « tirer » sur les bloqueurs, qui bien avant d’être des bloqueurs sont des militants qui se battent pour une cause : notre avenir.

  • Le 25 avril 2009 à 20:38

    Quelques remarques de pure forme :

    - nul besoin de pression sur la Présidence au sujet de la validation automatique des examens : la Présidence y est opposée par principe légal ;

    - selon les statuts de l’Université, le seul organe légitime de décision est le Conseil d’Administration ;

    - si le vote de lundi se tient sans perturbation, il permettra de connaître de manière claire la position de la majorité ;

    - comment peut-on parler de démocratie et être opposé à un vote à bulletin secret ? Celui-ci est le meilleur gage d’un bon exercice de la démocratie, contrairement au vote à mains levées.

    Quand on se réclame de la démocratie, le minimum à faire est de ne pas perturber l’exercice de celle-ci.

  • Le 25 avril 2009 à 20:31

    Bien sûr que c’est normal : il s’agit des listes qui disposent d’élus d’étudiants et de personnels au CA et au CEVU de l’Université. Ces listes expriment donc les points de vue et positions des membres de la communauté universitaire qui les ont démocratiquement élus lors des récentes élections.

    Et ce n’est pas toi qui a reçu personnellement ce courrier électronique. Ils ont été envoyés à deux listes de diffusion : l’une concerne les étudiants, l’autre les personnels. Tout étudiant de Lyon 2 est sur la première, tout personnel sur le seconde. Mais pour se rendre compte de cela, encore faut-il lire l’en-tête du courrier électronique.

    C’est quelque chose de parfaitement normal, car l’Université a le devoir d’informer les personnes qui la fréquentent (comme usagers ou comme personnels) sur les événements importants qui la concernent.

  • Le 25 avril 2009 à 19:29

    Quelle a été ma surprise en ouvrant ma boite mail (web etu de l’univ.Lyon II) ce vendredi 24 :
    5 mails, tous de « listes » (REP, Perspectives, Cé, UNSA et FeDe), prônant le « retour à la norme sur les campus de Lyon » !
    En effet, la présidence propose lundi prochain un vote sur la poursuite ou non du blocage. Est-il normal de reçevoir les avis de ces « listes » quant à ce vote ? Est-il normal qu’elles ne présentent qu’un avis alors qu’il s’agirait, selon notre cher président, d’un vote démocratique ???
    La présidence jugerait-elle ses étudiants incapable de décider par eux-même ? ou souhaite-elle montrer quelle avis elle soutient, sans pourtant oser le dire clairement ?
    Ces messages, disant tous à peu pres les mêmes choses, n’ont , je pense, pas lieu d’être envoyé à tous les étudiants ! Je trouve scandaleux d’oser envoyer cette propagande ! Suis-je la seule à contester ces mails ? la présidence a donc communiquer mon adresse mail à ces listes, que je ne soutiens pas ?!!!
    Pourrions nous proposez à cet olivier une definition de notre démocratie ?
    Bref, j’espère que comme moi, ces messages décourageront des étudiants à aller voter ce lundi, et a continuer le blocage, quel que soit le resultat de ce vote inutil et truqué !

  • Le 25 avril 2009 à 13:40

    Prochaines AG de Lyon 2 :

    - Lyon 2, campus de Bron, mercredi 29 avril à 12h00, dans le halle des sports.
    - Lyon 2, campus des Quais, jeudi 30 avril à 11h00, dans la cour intérieure du bâtiment d’économie.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Contre-cultures / Fêtes » :

>Permanence infoshop chaque samedi 14h-18h à la Luttine

Chaque samedi aprèm de 14h à 18h minimum, l’infoshop de la Luttine ouvre ses portes aux vagabond-e-s, apatrides, zonard-e-s, et autres voyageureuses temporels. Au programme : des bons livres, fanzines et disques à pas cher, du café gratos, des gens avec qui discuter, et plus encore ...

› Tous les articles "Contre-cultures / Fêtes"