Communiqué de l’Assemblée Générale de grévistes en réponse aux propos de la présidence

1608 visites

Réponse de l’AG de grévistes à un communiqué de la présidence de l’université Lyon-II qui diabolise la grève étudiante.

Dans son dernier communiqué, la présidence s’appuie sur le succès de la nuit de l’université, pour développer un argumentaire tourné en fait contre la mobilisation étudiante et les formes d’action qu’elle s’est choisie.

Le blocage de l’université y est assimilé, au même titre que des insultes racistes et homophobes qui n’ont rien à voir avec le mouvement, à une « dérive ». Pourtant, sans blocage de l’université, il aurait été impossible de continuer la grève étudiante depuis maintenant plusieurs mois. Dans la plupart des universités où les piquets de grève n’ont pas été mis en place, la mobilisation étudiante s’effondre littéralement.
Si la Nuit de l’Université a été une réussite, c’est grâce à la grève étudiante. Il est donc particulièrement contradictoire et spécieux de s’opposer à la grève étudiante et au blocage, en arguant du succès de la Nuit de l’Université !

D’autre part, si les débats et conférences sont toujours intéressants, ce n’est pas avec ces seuls modes d’action que nous ferons reculer le gouvernement, mais par la grève et les manifestations de masse. Arrêter la grève maintenant, comme nous y invite la présidence, aboutirait à ce que l’essentiel des réformes soit appliqué, nous obligeant l’année prochaine et les années suivantes à nous mobiliser de nouveau ! Depuis un an et demi, nous sommes entrés dans une lutte prolongée, et l’université ne sortira de la crise qu’avec une victoire nette et décisive sur les réformes de privatisation de l’enseignement supérieur.

Concernant les graffitis homophobes, et tout propos raciste qui aurait pu être tenu, il est évident que nous les condamnons. Mais l’amalgame perpétré par le président entre ces faits et notre mouvement est proprement scandaleux, et disqualifie d’office celui qui l’a pratique. Il faut être bien déconnecté de la réalité pour imaginer un seul instant que les étudiants grévistes, qui sont souvent des militants progressistes, sont racistes et homophobes !

Concernant les diplômes, le président s’oppose à leur « validation automatique ». Par souci d’égalité entre tous les étudiants et pour permettre de continuer la grève, nous réclamons que le semestre actuel soit validé pour tous, tout en ménageant la possibilité pour tous d’être évalué. Refuser cette validation après 3 mois de grève, c’est accepter de fait un retour rapide à la normale, les étudiants étant obligé de rattraper les cours en un temps extrêmement bref. Accepter le retour à la normale, c’est accepter la démobilisation, c’est donc travailler objectivement à la défaite face au gouvernement et à Pécresse.

C’est les mesures du gouvernement qui ont pourri notre année en nous acculant à la grève ! C’est le refus de répondre à nos exigences qui nous oblige à continuer. Et c’est ces mêmes mesures qui conduisent à vider nos diplômes de leur contenu, de leur valeur et des droits auxquels ils donnent accès sur le marché du travail. C’est en continuant la grève que nous luttons pour des diplômes de qualité, pas en retournant maintenant sur le banc d’amphithéâtres qui seront demain fermés aux classes populaires si nous perdons la grève – avec l’augmentation massive des frais d’inscription et l’introduction de la sélection à l’entrée et à tous les niveaux de l’université.

Le CA de l’Université avait pris initialement position contre les décrets que Pécresse veut imposer, notamment la « masterisation ». C’était des pas en avant, même si, pour notre part, nous voulons l’abrogation de la LRU, qui est à l’origine de tous ces décrets. Mais les instances de l’université ne sont pas des points d’appui pour une mobilisation efficace contre le gouvernement. Elles sont des chambres d’enregistrement de la politique du Ministère, dans la mesure où elles sont tenues d’appliquer ses décisions. D’autre part, elles sont tenus financièrement par l’Etat, dans le cadre de la concurrence générale entre les universités – par exemple pour accéder aux fonds du Plan Campus. C’est cette réalité qui explique que le président de l’Université est amené nécessairement à prendre des positions ambigües ; à s’opposer en acte à notre mobilisation, quand bien même il l’a soutient en parole. Il cède aujourd’hui, logiquement, aux pressions du Ministère et des forces opposées à la grève.

Mais les étudiants n’ont pas besoin du soutien du président de l’Université pour se mobiliser. En continuant la grève, en reconduisant le blocage de l’Université, en préparant l’unification des luttes sociales pour mettre un coup d’arrêt à la politique du gouvernement qui veut nous faire payer la crise économique, nous déjoueront les manœuvres de ceux qui veulent briser la grève, le chantage aux examens, et nous ferons plier Darcos et Pécresse !

Nous appelons plus que jamais à manifester toujours plus nombreux tous les jeudi à 14h Place des Terreaux.

AG de grévistes, 16 avril.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info