Communiqué de presse de l’Assemblée Générale interprofessionnelle lyonnaise sur la répression policière du mouvement social

1190 visites

Lors de la manifestation de ce jeudi, alors qu’aucun acte notoire ne pouvait justifier une attaque de la police, une charge conséquente à été lancée sur le cortège au niveau du métro Saxe-Gambetta. Nous membres de l’assemblée générale interprofessionnelle réunie le jeudi 6 février à Lyon, dénonçons l’attitude de plus en plus dangereuse et anti-démocratique des forces de l’ordre.

Nous, étudiant.e.s, professeur.e.s, chômeurs.euses, salarié.e.s de la culture, cheminot.e.s, précaires, féministes, lycéen.e.s, membres de l’assemblée générale interprofessionnelle réunie le jeudi 6 février à Lyon, dénonçons l’attitude de plus en plus dangereuse et anti-démocratique des forces de l’ordre locales durant les manifestations contre la réforme des retraites et durant les actions lycéen.ne.s protestant contre la tenue les E3C.

Lors de la manifestation de ce jeudi, alors qu’aucun acte notoire ne pouvait justifier une attaque de la police, une charge conséquente à été lancée sur le cortège au niveau du métro Saxe-Gambetta.

JPEG - 132.4 ko

Une première charge a eu lieu avec lancer de gaz lacrymogènes, puis après que les manifestant.e.s aient reculé, CRS et BAC sont revenus à la charge. Les agents se sont positionnés sur toute la largeur de l’avenue Gambetta sur trois lignes (BAC sur la gauche , CRS sur la droite).

JPEG - 104.7 ko

Une nouvelle charge a été lancée : agents courant en ligne vers le cortège en tapant les manifestant.e.s pour remonter sur plusieurs centaine de mètres jusqu’à la banderole intersyndicale sous une pluie de lacrymogène. Pendant ce temps, trois lignes de CRS se positionnaient sur la largeur de l’avenue derrière leurs collègues qui chargeaient. Après un moment de confusion et de bousculades occasionnant des blessé.e.s légers.ères, le cortège a pu repartir sur l’avenue Gambetta.

Depuis le 24 janvier 2020, la rue de la barre est interdite aux manifestant.e.s, protégeant un bien privé au mépris du droit de manifester, et rendant en partie dangereux le déroulé du cortège au dessus d’une deux fois deux voies. Depuis plusieurs semaines la préfecture a décrété une interdiction de manifester les samedis sur la Presqu’île, ainsi que dans les quartiers de Confluence et Part Dieu. Nos camarades lycéen.ne.s lyonnai.se.s souffrent également d’une dure répression de leurs actions visant à dénoncer la tenue chaotique des E3C dans leurs établissements : conseils de discipline, renvois, garde à vue, menaces.

L’assemblée interprofessionnelle dénonce ces actes, pressions et décisions nuisant à la liberté de manifester. Nous dénonçons les violences institutionnelles commises depuis de nombreuses années dans les quartiers de périphérie ainsi que la violence subie par les gilets jaunes depuis plus d’un an, et toutes formes de violences perpétrées tant physiquement que moralement par l’État via ses institutions. Par ce communiqué nous soulignons que le droit de manifester est lourdement menacé par les pratiques policières des derniers mois en France en général, et à Lyon en particulier ces dernières semaines.

Commission communication pour l’assemblée générale interprofessionnelle du Rhône.
Le 10/02/2020

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>La Ricamarie, 16 juin 1869 : fusillade contre des mineurs en grève

La Ricamarie fut un haut lieu de la lutte des mineurs français pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, avec notamment le motivé Michel Rondet, inspirant Émile Zola pour son roman Germinal. C’est ainsi que le 16 juin 1869 l’armée de Napoléon III, appelée en renfort pour mater la...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"