Des liaisons Lyon ville basse et la Croix-rousse kafkaïennes pour les cyclistes

2428 visites
2 compléments

La communication sur « Lyon ville cyclable » cache une bien triste réalité : les élu.es de Lyon et du Grand Lyon se moquent des cyclistes. Quelques exemples sur les pentes de la Croix-rousse.

- Sur le plan des pistes et voies cyclables mis à jour en décembre 2006 et tel qu’il est encore distribué en octobre 2007 en version papier, voici l’image qui concerne la Croix-rousse.

JPEG - 70.9 ko
(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

Gardez bien en tête que durant ce mandat, toutes les voies d’accès de la Croix-Rousse ont été refaites, et déjà, vous remarquerez que pour les cyclistes, rien n’a été fait depuis 7 ans pour relier ce quartier à la ville basse.

-  Du coté est, quelques courageux bravent les automobilistes pour monter la St-Sébastien : chapeau !

JPEG - 411.1 ko

Plus nombreux sont celles et ceux qui la descendent,

JPEG - 412.1 ko

mais essayez donc si vous voulez rejoindre l’opéra, la rue de la République et/ou la rive gauche, sans faire des kilomètres de détour, de trouver votre chemin sans prendre de sens interdit, comme par exemple par la rue du Griffon

JPEG - 419.8 ko

ou la rue St Polycarpe, où se situent l’association de cyclistes « Pignon sur rue » et son atelier de réparation de vélos « Le recycleur », mais dont la réfection qui vient juste de se terminer n’a même pas pris en compte la desserte par les cyclistes, par exemple en concevant un contre-sens cycliste comme cela se fait ailleurs (rarement sur le Grand Lyon, mais de pratique courante par exemple à Bordeaux et à Strasbourg),

JPEG - 423.5 ko

mais où bien sûr les policiers nationaux et municipaux, là aussi [1], "font du crâne" [2]régulièrement pour améliorer leurs statistiques, en nous traitant comme des délinquant.es !

- Pour monter à la Croix-rousse, il me souvient très bien que les Verts lyonnais, qui ont des élu.es sur les pentes, le plateau et le Gand Lyon avaient évoqué en début de mandat la création d’un tire-vélo sur tapis roulant dans le tunnel qui part de la rue Terme.

De même que l’équipe municipale actuelle avait promis de favoriser l’accès des vélos par la ficelle. Bien sûr, il reste une tolérance pour prendre ce funiculaire (jusqu’à quand ?), au grand dam d’ailleurs des contrôleurs des TCL qui se permettent de faire des réflexions, mais non seulement il faut payer un ticket à 1,5 €, mais de plus les bornes de contrôle s’avèrent à peine assez larges pour les passer sans encombre place de la Croix-rousse, les nouveaux ascenseurs sont impraticables pour les vélos d’adulte, et contrairement aux promesses, les rames n’ont pas inclus de porte-vélos.

Gageons qu’ils vont recommencer à promettre monts et merveilles pour les prochaines municipales, mais ce sera un peu court pour faire oublier la quasi-nulllité de leurs actions en faveur des cyclistes en 7 ans de cogestion des socialo-sarkoziens, des Verts et des cocos. Passons...

-  Intéressons-nous au côté ouest.
Passons sur la rue Terme où dans l’effort, il faut rouler quasiment dans le caniveau si on ne veut pas se faire engueuler par des automobilistes au klaxon facile et rageux, et qui ne se gênent pas pour nous frôler afin de gagner quelques précieuses secondes.

JPEG - 421.9 ko

Rien à dire pour la rue du jardin des plantes ou pour la rue de l’annonciade, suffisamment larges pour tout le monde, sauf peut-être à s’étonner qu’on n’ait pas penser à peinturlurer une bande et quelques pictos pour allonger artificiellement le kilométrage officiel des voies cyclables. Mais je suis certainement de mauvaise foi...

JPEG - 402.9 ko

Place Rouville, les agents de la voirie ont repeint les pictos existants depuis longtemps. C’est juste marrant de constater que ces pictos apparaissent quand la chaussée s’élargit ! À moins que ce ne soit pour inciter les cyclistes à serrer à droite afin de ne pas casser la trajectoire des bagnoles...

JPEG - 433.7 ko

C’est au bout de la place Rouville, là ou commence la voie cyclable indiquée sur les plans que ça devient surréaliste.
Comme vous pouvez le constater, en refaisant le débouché de la rue Rivet, on en a profité pour réduire l’espace dévolu aux cyclistes. La bande commençant auparavant à ce niveau a de plus été amputée pour faire place à l’arrêt de bus et on a prévu long pour eux, pas loin de 30m !

JPEG - 449 ko

Ne chipotons pas, elle reprend...

JPEG - 397.2 ko

... pour 50m ! En effet, suite à un glissement de terrain en 2006 au niveau du lycée Diderot, on a endigué l’effondrement avec un muret (m’est avis que ça va pas être réparé avant un moment !) et bien sûr, on n’a pas mis de bande « provisoire » pour les cyclistes. Comme dans tout le reste de l’agglomération, dès qu’il y a un goulot d’étranglement, pas de continuité pour les cyclistes. Sont priés de se ranger !

JPEG - 441.1 ko

Allez, on contourne et on reprend la piste cours Giraud sur 400m, tranquille quand il n’y a pas d’évènement au gymnase du 35, auquel cas on trouve une floppée de voitures garées à cheval sur le trottoir et sur la bande cyclable. À moins aussi qu’un automobiliste ne se soit pas carrément arrêté sur la piste pour causer dans son portable. Deux fois dans l’année écoulée, j’ai même pu constater que c’était des flics et croyez moi, j’ai bien vérifié au passage que ce n’était pas leurs bigophones de service...
De toute façon, 100 m plus loin, il faut laisser passer les voitures qui veulent enquiller à droite la rue Gonnard. Mais à quoi donc sert ce picto au milieu de la chaussée ? De cible ? Il ne manque plus qu’un panneau stop ... pour les cyclistes...

JPEG - 408.6 ko

La piste reprend, sur 1m50 (!) pour laisser la place à un passage pour piétons et un marquage d’arrêt de bus,...

JPEG - 396.2 ko

... et repart sur 20m. Faut comprendre aussi ! Dans ce virage, la chaussée se rétrécit et il y a le carrefour avec à l’ouest la montée de la butte et à droite la rue Duroc. Priorité donc aux engins motorisés !

JPEG - 394.6 ko
JPEG - 435.7 ko

Allez, après ce virage, la voie cyclable reprend, amputée quand même récemment de quelques mètres, certainement encore pour respecter la trajectoire des motorisés,

JPEG - 451.4 ko

et une nouvelle fois interrompue pour laisser se garer les bus :

JPEG - 472.4 ko

Encore 100 m de piste (de quoi j’me plains ?!) jusqu’au virage où commence le boulevard de la Croix-rousse, et où à l’occasion d’un nouveau rétrécissement, le marquage disparaît un nouvelle fois pour que les bagnoles puissent « prendre la corde ».

JPEG - 465.1 ko

Et les pictos, là, c’est pour faire joli ?

JPEG - 437.4 ko

La piste est redessinée au début du boulevard, mais uniquement pour 100m.

JPEG - 457.6 ko

Tiens, une ébauche de « sas à vélo » au feu ?

JPEG - 423.9 ko

En effet, nous voici au débouché du chemin de Serin, la fameuse « montée des S » pour les gônes, et après, comme le révèle le plan des voies cyclables, c’est bien simple, y a plus rien !

JPEG - 425.9 ko

Rien de positif pour les cyclistes, s’entend. Car pour les bagnoles, on a mis 2 voies pour la montée, alors que la largeur du boulevard permettait largement, en rétrécissant légèrement la voie descendante, d’insérer une voie cyclable pour l’ascension. Ce qui nous éviterait, à l’approche du carrefour de la rue des chartreux, d’avoir à emprunter le caniveau pavé pour ne pas rester dans le flux des voitures quand le feu y est au rouge. N’oubliez pas qu’on monte, que nous n’allons donc pas très vite, qu’il nous faut du temps pour redémarrer et que rares sont les automobilistes patient.es.

JPEG - 464.5 ko

Ici aussi, la réalisation d’un « sas à vélo » aurait été facile à réaliser. Mais là également, comme il n’y a pas de sas, si vous vous arrêtez, sans gêner à l’avant-droit des voitures pour vous protéger de la pression des automobilistes, vous avez dépassé le feu rouge et risquez une amende pour avoir « brûlé le feu », comme m’en ont menacé en septembre un couple d’argousins municipaux tatillons et particulièrement de mauvaise foi...

JPEG - 467 ko

Alors même qu’à ce carrefour, de l’autre côté de la rue, un petit feu bien visible indique (pour les bus ?) si le passage est autorisé.

JPEG - 415.1 ko

Voici enfin quatre photos pour finir l’ascension vers le plateau. Et je vous laisse à imaginer ce qui aurait été possible...

JPEG - 438 ko
JPEG - 454.5 ko
JPEG - 413.6 ko
JPEG - 407.7 ko

- Il ne m’a fallu que quelques jours pour réaliser ce mini-reportage et vous en faire part sur Rebellyon. Élus et techniciens ont eu 7 ans pour faire le point de la situation et rénover les voies reliant la Croix-rousse et la ville basse.
Alors, après la lecture de cet article, vous y croyez encore aux déclarations et aux promesses de nos élu.es quant à une politique cohérente pour le vélo et les modes doux de déplacement à Lyon ? Y a t’il seulement des technicien.nes compétent.es dans l’administration municipale et celle du Grand Lyon ? Y a t’il une volonté politque de faciliter la circulation des cyclistes ? La réalité ne montre t’elle pas plutôt qu’au regard des réalisations, les discours de nos édiles, dont ils ne sont pas avares, ne sont que de la poudre aux yeux. Quand il ne s’agit pas de mensonges purs et simples, comme la comptabilité du kilométrage de voies cyclables, très loin de la réalité. Je vous montrerai dans d’autres articles comment ces exemples sur la Croix-rousse sont généralisables à une grande partie des « pistes » déclarées...

En fait, rien d’étonnant de la part des socialo-sarkoziens à la Collomb ou à la Vesco, qui n’ont, en particulier sur ce sujet, qu’une politique basée sur « la communication » ; certes, la droite estampillée n’aurait pas fait mieux, mais aurait-elle pu faire pire ? Rien d’étonnant non plus chez des communistes moribonds dont on connaît très bien les relents de la défense de l’industrie de la bagnole, surtout si elle est « française ». Et que dire des Verts, englués dans la politicaillerie locale et nationale, et qui ont oublié en route l’écologie de tous les jours...

Pour ne pas rester dans la dénonciation stérile, je ne peux que vous inciter à rejoindre une des associations de cyclistes existant sur l’agglomération comme Pignon sur rue [3] ou La ville à vélo. Et bien sur à participer aux manifestives de la Vélorution chaque 4ème samedi du mois (la prochaine le 27 octobre à partir de 15h de l’opéra)

- Et n’oubliez pas :
* de faire des propositions sur le « cahier de doléances du cycliste » de Pignon sur rue,
* de signer le manifeste des sans-voie « irresponsables ».

Ferker

Notes

[2 « Faire du crâne »  : chercher à verbaliser le plus souvent possible , ce qui permet d’améliorer les statistiques d’activité de la police, en particulier les statistiques des affaires élucidées. On dit aussi « faire du bâton » parce que c’est avec ces bâtons qu’on fait les statistiques. En plus, c’est bon individuellement pour les primes "au mérite" instaurées par Sarko. C’est encore mieux si on peut pousser à l’outrage/rébellion, invoqués de plus en plus fréquemment, et contre lequel on ne peut quasiment rien faire puisque la "victime" est l’agent constatateur, qui peut ainsi arrondir facilement ses fins de mois en demandant des dommages et intérêts au tribunal qui les leur accorde quasi systématiquement. Comme en plus, leurs frais d’avocat sont le plus souvent pris en charge par leurs syndicats ! Et qu’à Lyon, si les condés sont désavoués en première instance ou qu’ils estiment n’avoir pas assez palpé, ils peuvent compter en appel sur le juge Finidori dit « Fini de rire » ...

[3Pignonsur rue et l’atelier d’éducation populaire le Recycleur en danger ? En diminuant les subventions de fonctionnement de ces associations, la mairie de Lyon et le Grand Lyon cherchent-elles à faire disparaitre ces associations parce qu’elles ne sont pas assez dociles ?

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 5 octobre 2007 à 18:50

    La rue St Polycarpe accueille la principale association vélo de Lyon (avec un centre de documentation et un atelier de réparation ouverts au public) et rien n’a été fait pour les cyclistes. Le Recycleur compte plus d’un millier d’adhérents ! Des centaines de vélos empruntent cette rue chaque jour. Pourtant, dans le sens de la descente, la rue est toujours en sens interdit. Pas de contresens cyclable. S’il y avait bien un endroit où il fallait en créer un, c’était là. Mais la Ville sait-elle seulement ce que c’est ?

    Stephane Guidon

  • Le 5 octobre 2007 à 18:43

    Bravo ! Tres instructif et bien documenté. Et dire que Lyon accueille mi octobre le club des villes cyclables… Dont elle prétend faire partie.

    J’aimerais voir la réaction des usagers si les voies automobiles étaient traitées comme les voies cyclables : 20 m de route, puis rien, 30 m de route et puis plus rien à nouveau… De la science fiction ? C’est pourtant ce que vivent les cyclistes au quotidien. Il ne sert à rien de créer des tronçons de voies cyclables, il faut les mettre en réseau ! Mais si la ville n’arrive même pas à tracer une piste continue sur une simple côte, on peut toujours rêver.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info