« Et nos nuits seront plus belles que les jours » : petits rappels à propos de la situation insurrectionnelle dans la périphérie lyonnaise.

1112 visites

Avant la tempête, ça ressemble déjà un peu à la tempête...

Entre janvier et septembre 2005, les services de police affirment que près de 800 véhicules auraient été incendiés sur l’agglomération lyonnaise. Le 9 octobre des poubelles et une voiture flambent dans le 8° arrondissement, 3 autres bagnoles sont cramées à Grignais. Courant octobre toujours, trois distributeurs de ticket TCL sont incendiés sur différentes stations de tram, un gymnase brûle à Villefranche. Et le dimanche 16, l’émeute prend à Vaulx-en-Velin.

En cherchant à éviter un contrôle d’identité, deux jeunes en scooter s’encastrent dans une voiture en stationnement (1). L’un des deux occupants est blessé et les flics se couvrent en affirmant que les victimes de l’accident pilotaient un véhicule volé - l’info sera reprise dans le Progrès dès le surlendemain. Mais les choses n’en restent pas là ; une heure et demi plus tard des barricades sont dressées avenue Maurice Thorez et les flics arrivés sur les lieux subissent des jets de pierre et de cocktails Molotov : la police doit reculer. Le 17 au soir, une cinquantaine de sauvageon-nes participent à la fête : une voiture est brûlée et le véhicule de police venu papillonné autour des flammes se fait joyeusement caillasser. La fin de la nuit se joue à coups de pierres contre tirs de flash-ball... Dans la nuit du mardi 18 octobre, 5 voitures sont incendiées, 3 véhicules de police dégradés et 3 flics « blessés légèrement par le jet d’une barrière de chantier ». Un jeune est arrêté : il prendra 6 mois ferme en comparution immédiate pour « participation à l’émeute ». Au passage, les policiers chahutés recevront 500 euros chacun, avant les fêtes de Noël.

Dans la foulée de cette condamnation, les incidents reprennent le samedi 22 au soir : une voiture est incendiée pour attirer des forces de l’ordre qui sont accueillies à coups de pierres et de bouteilles. Dans le Progrès du 24 octobre une journaliste déplore qu’ « aucune arrestation n’ait pu être effectuée et ce malgré la mobilisation des CRS, des gendarmes mobiles et de la BAC ». Mais d’après elle, ce n’est que partie remise : « Sarkozy promet une sacrée gueule de bois au réveil pour les incontrôlables qui semblent s’amuser de la situation »... Sauf que d’ici là, les nuits se sont avérées bien longues. Il y a eu d’autres prédictions marrantes du côté du commissaire de Vaulx-en-Velin : selon lui « les incidents de Vaulx sont le fait de jeunes inorganisés qui veulent se créer une histoire propre » [c’est en effet le ressort de toute lutte politique autonome] et de conclure que « tout cela devrait se calmer très vite ». Bien vu ! Deux semaines plus tard les « banlieues lyonnaises » s’enflamment...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info