État d’urgence : un mois de prison ferme pour 35 minutes de retard à un pointage

628 visites

Ou comment gonfler artificiellement un casier judiciaire :

Un jeune homme de 22 ans a écopé d’un mois de prison ferme pour s’être présenté avec 35 minutes de retard au commissariat du 5e arrondissement de Lyon, où il était convoqué.

Dans le cadre de l’état d’urgence, ce Lyonnais était assigné à résidence, car jugé potentiellement dangereux. Il devait pointer chaque jour à 8h, 13h, et 19h, à l’Hôtel de Police. Lundi dernier c’est à 8h35 qu’il s’est présenté au commissariat du 5e arrondissement de Lyon. Avec déjà deux retards enregistrés, il avait été condamné à un mois de prison avec sursis. Ce nouveau manque de ponctualité lui aura valu, cette fois, un mois ferme.

Source : Lyonmag

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Le 14 octobre 2010, ce tir de LBD qui a brisé les os et la vie de Geoffrey.

Il y a presque dix ans, le 14 octobre 2010, la vie de Geoffrey a été dégommée par un tir de LBD 40, à l’âge de 16 ans. Note de Désarmons-les ! : Cet article n’est pas un hommage, parce que Geoffrey est bien vivant, mais c’est un cri du cœur, un cri de rage, parce que ce jour là, quelque chose en lui est...

>Comment la république s’est muée en dictature

Texte d’analyse du collectif « Désarmons-les ! » qui retrace la dérive, année après année, mouvement après mouvement, du maintien de l’ordre « républicain » vers un maintien de l’ordre dictatorial et autoritaire.

› Tous les articles "Répression - prisons"