Face à la fascisation : ripostons

653 visites
Antifa

Nous ne pouvons que partager le constat inquiétant des semaines à venir suite à l’important score de l’extrême-droite aux européennes et à la décision de Macron de dissoudre l’assemblée nationale. Mais ce constat n’est en réalité ni une surprise ni une nouveauté, l’accession au pouvoir par l’extrême-droite ne date pas d’hier.

Dans un contexte où les médias Bolloré vomissent en continue une propagande fascisante, offrant aux chef de file de tous les partis d’extrême-droite des temps de parole records, Macron et ses différents gouvernements auront grandemment participé à ouvrir les portes à l’extrême-droite.

Une grande partie de leurs attaques liberticides, antisociales, racistes ou islamophobes auront pu être votées grâce au soutien du RN dont les députés abondent dans le sens de Renaissance lorsque l’occasion se présente de faire preuve de "moins de mollesse" que Le Pen - comme le lui reprochait Darmanin en 2021 -. Sans grande surprise, on ne compte donc plus les séquences où le gouvernement se sera montré plus à droite que le RN : de l’opération Wuambushu en passant par la répression meurtrière en Kanaky, de la loi sur les séparatismes à celle sur l’immigration récemment portée par Darmanin, la liste est interminable... Ce dernier, ministre de l’intérieur, accusé de viol à plusieurs reprises, a d’ailleurs bien plus que fleurter avec l’extrême-droite organisée puisque il a été quelque temps militant à l’Action Francaise ...

Le contexte social catastrophique est aussi le fruit d’un mandat et demi sous ce gouvernement - additionnés aux efforts des précédents - qui aura fait passer en force, à coups de 49.3, des réformes antisociales comme celle des retraites, et qui se sera employé à détruire méthodiquement le système social en s’attaquant à tous les secteurs publics, à commencer par l’éducation et la santé. Cette volonté ultralibérale d’un modèle économique à l’américaine, où le public cède progressivement la place au secteur privé va bien sûr de pair avec une augmentation et une généralisation de la précarité.

Aujourd’hui, après avoir nourri l’extrême-droite pendant des années, Macron lui déroule le tapis rouge vers la gouvernance en annonçant la dissolution de l’assemblée tout en sachant que si celle-ci passe à l’extrême-droite, elle continuera d’aller dans son sens idéologique. Même si la fascisation a commencé depuis des années, il est clair que l’arrivée au pouvoir d’un premier ministre expressément d’extrême-droite, épaulé par une assemblée nationale pour partie acquise à sa cause et par une Europe toujours plus brune, impactera en premier lieu les minorités opprimées : les personnes racisé.e.s, les personnes musulmanes, juives, lgbtqia+, les précaires et les pauvres, dans les villes ou les milieux ruraux...

Pour tenter de faire face au naufrage général, les milieux militants sont pris depuis des années dans un tourbillon de mouvements sociaux - loi travail, réforme des retraites 1 et 2, Gilets Jaunes, lois sécurité globale et sur les séparatismes, contre les violences policières, en soutien à la Palestine, etc - et se retrouvent à devoir construire dans l’urgence et la précipitation de nouveaux espaces d’organisation, d’échange et de transmission, les précédents ayant peiné à se pérenniser. Cette façon de militer, par vagues et par intermittences, au rythme de l’agenda et des chocs impulsés par les élites bourgeoises nous affaiblie, parce que nos combats induisent des processus longs, qui necessitent de construire les bases de réseaux de confiance forts, organisés, autogérés et capable de tenir dans le temps.

Et la réponse ne pourra se trouver que dans la lutte. Nous n’oublions pas que le combat contre l’extrême-droite ne peut se limiter à un seul barrage : elle doit être un combat de chaque instant. Un “sursaut” antifasciste électoraliste, avec pour seul horizon les élections du 30 juin et du 7 juillet serait complètement inconséquent face aux enjeux qui sont les notres actuellement, s’il ne s’ancre pas dans la durée et dans une perception à long terme.
C’est en construisant un bloc défensif mais aussi offensif durable face aux extrêmes-droites que l’on pourra se doter de la force necessaire pour riposter et se défendre contre leurs attaques réactionnaires, repressives, et contre toutes les formes de discriminations, liées à la race, au genre, à la sexualité, à la religion où autres.

Contre les fascismes de tous bords, qu’ils soient parlementaristes ou groupusculaires, contre l’État bourgeois qui, en se défendant, ne peut que se ranger du côté de la réaction et de la brutalité, il est d’une urgence vitale de multiplier les espaces d’entraide et de solidarité, d’informer largement sur les mécanismes et les composantes de l’extrême-droite, de comprendre la fascisation générale du Nord global face à la crise profonde de son modèle politique, en bref, de faire bloc ensemble.

Face à l’extrême-droite, face au racisme et à l’autoritarisme d’état, faisons bloc, ripostons !

Lyon Antifasciste

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Antifa » :

>Face à l’extrême-droite : des perspectives anarchistes !

Ce texte propose de prendre un peu de recul après les scores électoraux du RN. Pour sortir de l’urgence et lutter efficacement contre l’extrême-droite dans une perspective anarchiste. Au delà de savoir s’il faut voter ou pas, la question est plutôt qu’est-ce que la banalisation des idées...

>Face à la fascisation : ripostons

Nous ne pouvons que partager le constat inquiétant des semaines à venir suite à l’important score de l’extrême-droite aux européennes et à la décision de Macron de dissoudre l’assemblée nationale. Mais ce constat n’est en réalité ni une surprise ni une nouveauté, l’accession au pouvoir par...

› Tous les articles "Antifa"

Derniers articles de la thématique « Extrême-droites / Réactionnaires » :

>Le Black Panther Party et la tentation de l’antifascisme libéral

Du 18 au 21 juillet 1969, le Black Panther Party organise une grande conférence antifasciste à Oakland, en Californie. L’événement, qui marque un tournant dans la stratégie de l’organisation, interroge tant nos conceptions de l’antifascisme que sa place dans notre engagement politique. Texte...

>Appel à désarmer l’empire Bolloré !

Alors que l’Arcom étudie ce lundi 15 juillet la réattribution des fréquences TNT pour la chaîne Cnews, une centaine d’organisations syndicales, antiracistes, féministes et écologistes lancent une campagne d’action contre le groupe Bolloré.

>Faisons taire les voix de l’extrême droite

Action du Comité de Lutte Lyon devant le siège de BFM Lyon ce mardi 9 pour dénoncer la participation active des groupes de médias privés à la diffusion des idées d’extrême-droite.

› Tous les articles "Extrême-droites / Réactionnaires"