Fête sauvage du nouvel an à Genève : nasse, amour, comico ... 2018 a bien commencé

1140 visites

Le 1er janvier 2018, une fête sauvage était prévue à Genève. Selon la police, ses agents auraient procédé à 116 interpellations et 43 contrôles d’identité au poste de la Gravière. Retour sur ce Nouvel An agité avec deux articles publiés sur le site Renversé : une synthèse du Groupe Anti-répression Genève (GAG) et le récit d’un.e participant.e.

Nasse, amour, comico : 2018 commence bien.

J’avais vu circuler l’appel pour cette soirée un peu partout : à l’université les gens en parlaient, sur renverse.co l’info avait déjà été annoncée il y a longtemps et j’avais aussi repéré quelques autocollants dans la rue. Alors une fois que le lieu était annoncé sur internet et que j’ai réussi à y ramener mon crew, j’étais motivée à y faire la night. J’avoue que j’étais étonnée de la géographie du lieu. Les rues basses ? L’endroit le plus surveillé de la ville ? Vraiment ? Mais mon étonnement a rapidement été supplanté par de l’excitation : en y arrivant, 100 personnes cagoulées nous attendaient. Me rappelant de l’adrenaline que j’ai pu ressentir lors de la fête sauvage de 2015, je me mets rapidement dans le dresscode, à l’entrée on me distribue un masque ainsi qu’un tampon avec un numéro "antirep". Ce numéro servirait à appeler des "camarades" si on aurait des problèmes avec la police et ou la justice. Me voilà bien équipée, je me rends dans la fête vers 01h30 du matin [...]

Lire la suite ici

Bilan répressif de la fête sauvage du nouvel an

Le 1er janvier 2018, suite à l’annonce d’une fête sauvage prévue en ville de Genève, une permanence téléphonique antirep s’est tenue de 1 heure à 11h. Voici la synthhèse du Groupe Anti-répression Genève (GAG) de cette nuit agitée. Il informe les personnes des suites possibles et des comportements à adopter en cas de condamnation.
Retour sur une nuit agitée

Aux alentours de 2 heures du matin pas moins d’une centaine de policiers répartis dans de nombreux fourgons ont débarqué en trombe pour encercler le 42 rue du Marché à Genève où une surface commerciale en rénovation du centre ville avait été investie le temps d’une nuit pour une fête sauvage au mot d’ordre "prenons la fête".

Les pandores ont immédiatement sorti l’artillerie lourde. En tout, on a pu voir une centaine de policiers en tenues anti-émeute, une douzaine de fourgons et deux canons à eau. Les agents du renseignement (BRIC) étaient également présents en civils et patrouillaient en voitures banalisées toute la nuit.

Dès leur arrivée, les robocops ont foncé à l’intérieur et ont rapidement bloqué les issues pour piéger les fêtardes, au risque de provoquer un mouvement de panique dans un espace clos [...]

Lire la suite ici

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Les « 7 de Briançon » ont été condamnés

En avril, les « 7 de Briançon » avaient manifesté contre des militants d’extrême droite venus chasser les migrants à la frontière franco-italienne. Accusés d’avoir aidé des exilés à pénétrer en France, ils viennent d’être condamnés à des peines de...

>Comparutions immédiates du lundi 10 décembre 2018

Après une fin de semaine pour le moins agitée avec l’entrée en scène des lycéen·ne·s et des étudiant·e·s dans toute la France aux côtés des gilets jaunes (voir, en ce qui concerne Lyon, ici, ici et ici) – on s’est rendu à plusieurs ce lundi aux comparutions immédiates rue Servient, pour voir comment se joue...

> Tous les articles "Répression - prisons"