Fêtes des lumières : hommage aux femmes victimes de violences

1243 visites

Dans la fan zone de la fête des lumières, ce Vendredi 6 Décembre à 18H00, une chorégraphie géante a été organisée devant le tribunal d’appel de Lyon.

“La coupable ce n’est pas moi, ni mes fringues, ni l’endroit”.
Dans la fan zone de la fête des lumières, ce Vendredi 6 Décembre à 18H00, une chorégraphie géante a été organisé devant le tribunal d’appel de Lyon. Ce happening est inspiré de celui organisé par le collectif féministe Las Tesis à Valparaiso, au Chili, le 20 novembre. La vidéo de leur chant a été reproduite depuis dans le monde entier, comme à Londres, Berlin, Barcelone, Madrid, Paris et aussi à Toulouse, Nantes ou Marseille. Cette action était en soutien aux féministes qui luttent au Chili.
Les féministes apparaissent alignées, les yeux bandés, tapant un rythme des pieds en réalisant des mouvements de bras. “Le violeur c’est toi, c’est la police, c’est la justice, c’est l’État, la société”, ”À nos sœurs assassinées, de leur sang vous êtes tachés”.
Environ 100 féministes ont réalisé la chorégraphie ! C’était fort et aussi très important que ça se déroule devant le tribunal d’appel de Lyon.

Un petit reportage sonore aussi :

“La coupable ce n’est pas moi, ni mes fringues, ni l’endroit”

“Un violador en tu camino” Colectivo Lastesis
El patriarcado es un juez que nos juzga por nacer, 
y nuestro castigo es la violencia que no ves.
El patriarcado es un juez que nos juzga por nacer, 
y nuestro castigo es la violencia que ya ves.
Es femicidio.
Impunidad para mi asesino. 
Es la desaparición.
Es la violación.
Y la culpa no era mía, ni dónde estaba ni cómo vestía. 
El violador eras tú. Son los pacos, los jueces, el estado, el Presidente.
El Estado opresor es un macho violador. 
Duerme tranquila, niña inocente, sin preocuparte del bandolero, 
que por tu sueño dulce y sonriente vela tu amante carabinero.
El violador eres tú. 

Le patriarcat est un juge
Qui nous fait taire pour mieux régner
Et notre punition
C’est la violence réitérée
C’est le féminicide
L’impunité pour mon assassin
C’est le viol
C’est les coups de mon conjoint
La coupable ce n’est pas moi, ni mes fringues, ni l’endroit
Le violeur c’est toi, c’est la police, c’est la justice, c’est l’Etat, la société.
A nos sœurs assassinées
De leur sang vous êtes tâchés
A nos sœurs assassinées
On n’vous oubliera jamais
Le coupable c’est toi.

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Radio Canut » :

› Tous les articles "Radio Canut"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"