Site collaboratif d’infos alternatives

France - Grèce : une même oppression, une même lutte !

19 compléments

Depuis le 6 décembre l’assassinat d’Alexandros Grigoropoulos -15 ans- par la police a cristallisé en Grèce la contestation d’un ordre social autoritaire et inégalitaire. Contrairement à ce que le silence médiatique laisse croire, le mouvement continue plus que jamais ; Manifestation, émeutes, occupations, rassemblements et soutiens à l’étranger : trouver les informations et organiser la solidarité à Lyon.

JPEG - 75.9 ko

Les Rendez-vous lyonnais de la solidarité avec les Grecs en lutte :

- Rassemblement en solidarité samedi 20 décembre à 14h30 place de la comédie (devant l’opéra - hotel de ville) dans le cadre de la journée internationale d’action.

- Rencontre avec un anarchiste Grec, Giorgos, Dimanche 21 Décembre à 16h30, suivi d’un bouffe à prix libre en soutien aux inculpés des luttes actuelles en Grece. A la plume noire, 19 rue pierre Blanc dans le premier arrondissement.

JPEG - 33.9 ko
Solidarité parisienne avec les grec-que-s insurgé-e-s

manifestation de soutien à Paris (Champs-Elysées) le 12 décembre

Les articles sur les émeutes en Grece sur Rebellyon.info :
- En Grèce, ici, ailleurs, partout....(analyse et photos)

D’autres analyses et informations sur le net
- Chronologie de la solidarité internationale avec les incendiaires grec-que-s (en français)
- Journée internationale contre les assassinats d’Etats, appel d’Athènes (anglais) - le même appel, traduit en français sur CMAQ
- Communiqué de la mairire autogéré d’ayios dimitrios (à lire sur Indymedia Toulouse) (français)
- Interviews de Yannis, secrétaire international de l’ESE grecque (anarcho-syndicaliste) 1 et 2(français)
- La lutte continue, message de Yannis (ESE) dimanche 14 décembre

- L’appel des lycéens Grecs aux lycéens Français
- Et les communiquées de soutien de la CGA, et d’alternative libertaire sur A-infos.

- Un texte de Mike Davis sur l’insurrection grecque.

JPEG - 34.9 ko

Sources d’informations en directe sur la situation en Grèce
- Émeutes et Amour. Blog d’information sur les émeutes, mise a jour quotidienne (français)
- Nouvelles de Grèce (français)
- Indymedia Athènes (en Grec)
- Partie en anglais d’Indymedia Athènes (en anglais)
- "blog" de l’école polytechnique occupé d’Athènes (anglais/Grec)
- "blog" de l’ASOEE occupé (Grec)
- Indymedia Patras (péloponèse) (Grec)
- Balkan decentralized network (anglais)
- Greece unrest : suivi et recoupement quotidien de l’information en anglais.

JPEG - 115.7 ko

photo de Sotiris Farmakidis en Creative Comons

La nuit dernière, j’ai rencontré un ami d’Alexandros qui était assis près de lui quand il a été assassiné. En restant là silencieusement pour l’écouter me décrire le moment de l’assassinat (pour la n-ième fois j’imagine), je n’ai pas pu m’empêcher de penser : de combien d’années ce garçon a t’il vieilli en sept jours ? En l’écoutant m’expliquer exactement comment les flics tentent maintenant de couvrir l’histoire, à quel point le scénario du ricochet ne peut pas tenir… En le voyant argumenter sur la nécessité de changer nos tactiques pour mener la lutte en avant. À faire des blagues avec nous sur la révolte. De combien d’années a t’il vieilli ? Je ne peux pas m’empêcher de penser : ils ont pris 15 ans à Alexandros, mais des années et des années ont été transplantées dans chacun de nous qui sommes maintenant ici. En ces jours de révolte, la normalité et le temps normal ont été suspendus – pour nous donner finalement amplement le temps de vivre et de grandir. Pour cette raison, et pour des millions d’autres, il n’y a tout simplement pas de possibilité de revenir en arrière maintenant : le temps ne peut pas revenir en arrière, ce que nous avons vécu ne peut pas nous être enlevé. « Rappelle toi bien de ça ! » dit un vieil homme à son petit-fils à propos de la murale spontanée pour Alexandre sur son lieu de décès. « Rappelle toi bien que c’est toujours l’autorité qui tue les gens, c’est toujours les puissants qui tuent ceux qui n’ont pas de pouvoir ». Ce garçon n’oubliera jamais ce qui s’est passé cette semaine, aucun de nous ne l’oubliera non plus.

C’est la plus longue semaine de nos vies....

JPEG - 33.8 ko

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 29 décembre 2008 à 13:26

    Le 23 decembre, une syndicaliste a ete attaquee a l’acide :

    Travaillant pour une societe de nettoyage du metro, elle est connue des patrons pour sa lutte. Cette societe- collaborant avec les services publiques de transports, emploie surtout des immigres, qui sont dans une veritable position d’esclaves. Souvent non declares, ou signant des contrats blancs apres avoir ete enfermes plusieurs jours dans une piece.

    Constantina vient de sortir du coma. Sont etat de sante est tres grave ; elle a peut etre perdu l’usage de ses yeux, et de ses cordes vocales.
    Les autres femmes du syndicat ont recu des menaces.
    C’est du ressort d’un systeme mafieux, sur lequel le service publique ferme les yeux.

    Le batiment des transport publiques grecs ( equivalent de la RATP) a ete occupe le 27 decembre par une centaine de personnes - avec banderole et enceintes sur une grande rue d’athenes.

  • Le 27 décembre 2008 à 01:58

    Paru sur Indymedia Athènes
    http://athens.indymedia.org/front.php3?lang=el&article_id=955290

    ΛΥΩΝ :
    Στα πλαισια της αλληλεγγύης στο κίνημα στηνελλάδα διοργανώθηκαν στη Λυόν στη Γαλλια :Το Σαββατο 20 Δεκεμβρη και υστερα απο τοκαλεσμα της διεθνους ημέρας δρασης εναντιαστην κρατικη τρομοκρατια : συγκέντρωση καιπορεια στο κέντρο της πόληςΤην Κυριακή 21 Δεκέμβρη κουβέντα ενημερωσηςμε την παρουσια ελληνα συντρόφου και φα’ιστο στέκι ’το μαυρο φτερο’ τουΣυντονισμου Αναρχικών Ομαδων (CGA).Μαζευτηκαν και χρηματα για ενίσχυση στουςσυλληφθέντες στη ελλάδα.
    Για τους γαλλομαθεις :
    http://rebellyon.info/article5797.html

  • Le 22 décembre 2008 à 14:01, par Isabella

    Un message en chanson par George Sarris, un cri d’alerte, pour graver dans les mémoires l’inoubliable, l’impardonnable...
    Euxaristoume Yorgo !
    Isabella

    http://uk.youtube.com/watch?v=JFYNOjav5oY

  • Le 22 décembre 2008 à 12:25

    ACTIONS DE SOLIDARITE EN FRANCE
    Dès aujourd’hui, distribuons des tracts (par exemple des textes issus de http://emeutes.wordpress.com/) et collons des affiches.
    Dès aujourd’hui, taggons PARTOUT : “SOUTIEN AUX EMEUTIERS GRECS”.
    Montrons que NOUS, nous n’oublions pas nos frères grecs.

  • Le 21 décembre 2008 à 20:29

    j’ajoute ce blog principalement en grec mais on peut utiliser des modules de traduction type

    http://babel.altavista.com/translate.dyn

    - http://katalipsiasoee.blogspot.com

  • Le 21 décembre 2008 à 18:30

    A athenes, il ya toutes ces matchandises vendues a laq volee sur des bouts de tissus, de carton, que des personnes "etrangeres" tentent de vendre...

    Pour la premiere fois, un communique est parvenu a l’assemblee de l’Ecole d’Economie occupee, de la part de ces personnes :

    LE CRI DE DESAROI D’UN IMMIGRANT NOIR

    Moi, maverau, ma liberte s’arrete au seuil de la porte de mon appartement. Et j’en appelle a la jeunesse grecque qui, consciente de l’ egalite de tous et de droit de l’homme
    A cet effet je m’associe en vous, dans le noble combat que vous menez, car nous savons que vous n’ignorez pas, comment la police nous traque dans tous les coins de rue, devant les arrets de bus, de metros, meme devant nos appartements.
    Jeunesse consciente, population grecque, je ne vous l’apprends pas, devant un policier,je n’ai aucune droit pour lui sinon l’obeir allant meme :
    -  de me derober de ma carte de sejour pour protestation
    -  me donner des coups de pied pour avoir expose des merchandises
    -  me desaisir de mes affaires personnelles sans traces
    -  me fouilleter en tout circonstance
    Jeunesse consciente, peuple grec, je me crois etre au 17emme siecle, siecle de la barbarie ou l’on se permet de tirer a bout portent sur le jeune Alexis.
    Nous nous associons une fois de plus dans la lutte et nous profitons de l’occasion pour presenter a la famille d’ Alexis, au peuple grecque nos condoleances

  • Le 21 décembre 2008 à 18:22

    Les travailleurs qui occupaient l’Union des Syndicats ont decide de mettre fin a l’occupation, et sont partis en manifestation.
    Demain, journee de solidarite pour les prisonniers de la revolte ( une cinquantaine connus, et de nombreux immigres) .

  • Le 21 décembre 2008 à 17:27

    Le president de l’ecole polytechnique s’est deplace, et a fait savoir qu’il n’avait plus prise sur la decision : le procureur etant decide a contourner la procedure s’il le fallait...
    Il se dit que l’etat voudrait sauver son image, en rentrant dans la fac , spectaculaire oblige...

  • Le 21 décembre 2008 à 15:46

    suite des nouvelles ATHENES

    L’asile politique de la fac peut etre suspendu si le president de la fac et la partis politiques representes qui y sont representes sont d’accord.
    Ainsi, ce n’est pas officielement que le president de la fac a demande aux occupants de partir : il a plutot fait comprendre qu’il subissait des pressions de l’etat, et qu’il ne voudrait pas se voir oblige d’appeler la police...

    Pour l’instant ( 16h30) , les occupants sont encore dans l’ecole. Ils sont entrain de discuter de la suite possible, pendant que dans le batiment des syndicats occupe, une AG de soutien aux inculpes ( une cinquantaine) se tient, avec au moins 250 personnes.

  • Le 21 décembre 2008 à 14:34

    150 personnes au rassemblement... et une petite déambulation jusqu’à la place Sathonay.

  • Le 21 décembre 2008 à 12:42

    20 et 21 decembre - Athenes

    Depuis samedi soir, la menace de retirer l’asile politique a l’ecole polytechnique plane.
    Hier, a 9h, rendez etait donne, de nuit, au square d’Exerhia pour continuer a mettre la pression et se confronter a la police.
    Les emeutiers sont partis se refugier a l’ecole polytechnique. Enormement de flics anti emeute tout autour, et les emeutiers decident de se confronter quand meme. A ce stade la du mouvement, il est probable que le president retire l’asile et laisse entrer les flics.
    A la fac d’Economie occupee, il etait question de partir en action hier soir a plus de 200 personnes. Mais, a cause de la forte presence policiere, et le batiment n’etant pas capable de tenir une confrontation intense (especialement au gaz : la derniere fois, les personnes etaient montees sur les toits, et y sont restes bloquees 2h par les gaz- etouffes...), seulement 30 personnes sont partis en action, en changeant la cible.
    Le probleme n’etant pas specialement la confrontation elle meme : mais l’assemblee voulait faire autre chose, puisque tapper du keuf se fait assez souvent ici...
    Il ne faut pas oublier que sur cette avenue, entre l’ecole polytechnique et la fac d’Eco, des travailleurs autonomes occupent le (tres beau) batiment de l’Union des travailleurs. Les batiments sont separes de 5min de marche.
    Ils n’ont pas le droit a l’asile, et le partage des info, pour se proteger les uns les autres, etait difficile.

    Ce matin, on attend toujours la reponse sur l’Asile pour la polytechnique.

  • Le 19 décembre 2008 à 18:06

    En France , les enfants d’immigres s’en prennent plein la gueule, pendant que leur famille en bave en algerie et au maroc ( voir article rebellyon sur situation d’emeute dans ces pays) !!! Tout se passe en meme temps !!!

  • Le 19 décembre 2008 à 17:53

    salut
    je travaille en ce moment, je peux pas m’en charger, mais j’emets quand meme l’idee ; on pourrait faire
    un collage des textes d’appel des differentes occupations grecque et celui de l’association d’albanais 2d generation aux etudiants grecques (voir sur http://grenoble.indymedia.org/index.php?page=article&filtre=1&droiteA=1&numpageA=1&id=8389 ) ? histoire que les medias alternatifs soient aussi dans la rue ...!

    Le texte de l’association d’immigres albanais est tres fort . Il rappel que ce moment insurrectionnel est aussi celui des immigres, et qu’il est un peu un " deuxieme novembre 2005" .

    Je le trouve a la parfaite mesure pour ce qui se passe en france !
    De mon cote ,je vais diffuser sur mon lieu de travail, en me servant de leur photocopieuse !

  • Le 19 décembre 2008 à 00:05

    "Le spectre de la liberté vient toujours le couteau entre les dents"
    >Tirer dans la chair est le point culminant de l’oppression sociale
    >
    >Toutes les pierres arrachées des trottoirs et jetées sur les boucliers des flics ou sur les vitrines des temples de la marchandise ; toutes les bouteilles enflammées gravitant sous le firmament ; toutes les barricades érigées dans les avenues, séparant nos espaces des leurs ; tous les containers plein des déchets d’une société consumériste que les flammes de l’émeute transforment, d’un rien en un quelque chose ; tous les poings dressés à la lune ; ce sont les armes qui donnent un corps et un vrai pouvoir, non seulement à la résistance, mais aussi à la liberté. C’est ce sentiment de liberté qui, seul, mérite qu’on parie sur de tels moments : le sentiment des matins oubliés de notre enfance, lorsque tout peut arriver, parce que c’est nous, comme être humains créatifs, qui nous sommes réveillés, et non les futures machines-hommes productives du subordonné, du stagiaire, du travailleur aliéné, du propriétaire privé, du père de famille. C’est le sentiment de se confronter aux ennemis de la liberté - de ne plus les craindre.
    >
    >Ainsi, celui qui veut continuer à penser à ses propres affaires, comme si rien ne se passait, comme si rien ne s’était jamais passé, a de sérieuses raisons de s’inquiéter. Le spectre de la liberté vient toujours le couteau entre les dents, avec l’envie violente de rompre toutes les chaînes qui réduisent sa vie à une misérable répétition, permettant aux rapports sociaux dominants de se reproduire. Depuis samedi 6 décembre, aucune ville dans ce pays ne fonctionne normalement : pas de thérapie par l’achat, pas de routes dégagées pour rejoindre nos lieux de travail, pas de nouvelles des prochaines initiatives du gouvernement pour le rétablissement, pas de va-et-vient insouciant entre des émissions de télé sur la façon de vivre, pas de conduites nocturnes autour de Syntagma, et ainsi de suite. Ces nuits et ces jours n’appartiennent pas aux boutiquiers, aux commentateurs télé, aux ministres et aux flics. Ces nuits et ces jours appartiennent à Alexis !
    >
    >En tant que surréalistes, nous sommes sortis dans les rues dès le premier moment, ensemble, avec des milliers de rebelles et d’autres gens exprimant leur solidarité, parce que le surréalisme est né du souffle de la rue et n’a pas l’intention de le lâcher. Après cette résistance massive aux assassins d’État, le souffle de la rue est encore plus chaud, encore plus accueillant et encore plus créatif. Proposer une direction à ce mouvement ne nous correspond pas. Toutefois, nous assumons toute la responsabilité de la lutte commune, parce que c’est une lutte pour la liberté. Sans être obligés d’approuver chaque expression d’un mouvement aussi massif, sans être partisans de la colère aveugle ou de la violence pour elle-même, nous considérons que l’existence de ce phénomène est juste.
    >
    >Ne laissons pas ce souffle flamboyant de poésie s’éteindre ou mourir !
    >Convertissons le en une certaine utopie : la transformation du monde et de la vie !
    >Pas de paix avec les flics et leurs patrons !
    >Tout le monde dans la rue !
    >Qui ne peut comprendre la rage se taise !
    >
    >Groupe surréaliste d’Athènes, décembre 2008

    herope FA Lyon

  • Le 18 décembre 2008 à 22:09

    ¡Grèce Générale !

  • Le 17 décembre 2008 à 22:38, par Eric

    Juste un remerciement pour cette info et celle sur Salah Hamouri.
    Rendez-vous le 20 à Opéra.
    @+

  • Le 17 décembre 2008 à 21:17

    20 dec journee d�action internationale à l�appel des insurgés grecs

    Aujourd’hui (vendredi 13 dec.), l’assemblée générale de l’école Polythecnique occupée d’Athènes a décidé de faire un appel pour des actions de résistance au niveau Européen et global en mémoire de tous les assassinés, jeunes, migrants et tous ceux qui luttent contre les sbires de l’état.

    Carlo Juliani, les jeunes des banlieues en France, Alexandros Grigoropoulos et tous les autres, partout dans le monde. Nos vies n’appartiennent pas aux états ni à leurs assassins ! La mémoire des frères et sours, amis et camarades assassinés reste vivante par le biais de nos luttes !

    Nous n’oublions pas nos frères et soeurs, nous ne pardonnons pas leurs tueurs. S’il vous plait traduisez et diffusez ce message autour de vous pour une journée d’actions de résistance coordonnées dans le plus grand nombre d’endroits possible, autour du monde.

    Appel original : http://athens.indymedia.org/front.php3 ? ... _id=943356

  • Le 17 décembre 2008 à 18:43, par cheyenne

    Grèce : des banderoles sur l’Acropole, une mairie et des locaux syndicaux occupés
    mercredi 17 décembre 2008 (14h46)
    Acropole, mairie et autres radios ou centres culturels
    Le 17.12.2008

    Douze jours après la mort d’Alexis, tué par un policier, la Grèce vit toujours au rythme de la contestation et des manifestations, devenues moins violentes. Ainsi, à Athènes, deux banderoles ont été déployées ce matin par des étudiants sur le rocher de l’Acropole, le monument historique le plus visité du pays. Au nombre d’une cinquantaine, les manifestants ont d’abord déroulé une grande bande de tissu portant le mot « Résistance » en grec, en français, en anglais, en italien et en allemand.

    Quelques minutes plus tard, une seconde banderole a été déployée. Le message, inscrit en anglais, disait : « December 18th, Demonstration of solidarity in all Europe » ( « 18 décembre, manifestation de solidarité dans toute l’Europe, ndrl).Une grande manifestation annoncée jeudi

    Cette action a été organisée par la coordination des étudiants d’Athènes, qui prévoit demain, jeudi, une grande manifestation dans la capitale grecque, dans le cadre des protestations quotidiennes contre la mort d’Alexis Grigoropoulos, 15 ans, tué le 6 décembre par un policier dans le quartier d’Exarchia à Athènes.

    A 470 kilomètres d’Athènes, un autre groupe de jeunes, au nombre d’une cinquantaine, ont envahi la mairie de Ioannina. Deux sections des forces anti-émeutes se sont postées devant le bâtiment de la mairie de cette ville, chef-lieu de la région d’Epire, appelant les jeunes à quitter les lieux.

    Dans cette ville du nord-ouest de la Grèce, la radio municipale et le centre culturel sont occupés depuis hier. Jeunes et lycéens diffusent leur propre programme, appelant les citoyens à résister à « la déformation des médias ».

    Le bâtiment administratif de la région d’Epire a également été envahi mardi par une vingtaine de jeunes, ainsi que les bureaux d’un quotidien local, qui ont été saccagés.

    D’après "Le Parisien" http://www.leparisien.fr/international/grece-une-mairie-occupee-des-banderoles-sur-l-acropole-17-12-2008-345522.php

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

> Tous les articles "Globalisation - capitalisme"