Free surprise party en soutien à la caisse de solidarité

1831 visites
3 compléments

Samedi 12 mai dès 22h à Lyon 7e.

Free surprise party en soutien à la caisse !
Electronic, rock, hiphop, tekno-
mix dj et live

entrée prix libre + bar de soutien

Lyon 7e, infoline : 08 92 56 36 72, code : 69 69 (info sur la localisation précise de la fete à 22h samedi en appelant ce numéro !)

Mais la caisse kézako ?

Une patrouille de police qui tabasse nuitamment un jeune de quartier, des étudiants arrêtés par la BAC pendant une manifestation, un dispositif policier qui quadrille une place entière et procède à des contrôles d’identités massifs. Tous ceux qui ne voient pas le lien entre ces événements et leurs vies ont bien de la chance. Pour les autres, ceux qui disposent encore de la faculté de percevoir les échos de la guerre sociale en cours, il apparaît de plus en plus nécessaire d’envisager les réponses pratiques à apporter à ce genre de situations. Celles-ci montrent à quel point il est nécessaire de disposer d’un outil qui a déjà des fonds, un numéro de portable pour centraliser les informations et agir rapidement.

L’avantage de la Caisse par rapport aux comités de soutien ponctuels, c’est que les affaires sont suivies sur le long terme, et pas uniquement lors de l’événement.Recréer un comité de soutien à chaque fois, rouvrir un compte, etc. revient à perdre tout le savoir acquis d’une fois sur l’autre. Surtout, une seule caisse permet de mettre en lien différents types d’affaire, de les faire résonner ensemble dans une offensive politique. Dans ce but, des centaines de tracts ont été diffusés en manifestation, présentant des techniques pour faire face à la police. le numéro d’urgence commence aussi à tourner dans les quartiers populaires de Lyon, pour s’opposer ensemble à la répression quotidienne. Grâce à une solidarité autonome, on a moins peur de la police et de sa justice, on est moins seul, plus apte à gérer.

La Caisse de solidarité, c’est pas seulement de l’anti-répression secouriste mais un outil politique qui permet des rencontres fortes et subversives, qui nous donne de la puissance et nous rend les possibilités d’action que la répression est censé conjurer.

caissedesolidarite(at)riseup.net ou 06 43 08 50 32

samedi 12 mai 2012

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 12 mai 2012 à 20:35, par Un modère

    @11:16 :
    - les événements sont toujours annoncés dans l’agenda (sauf oubli).
    - on remonte parfois les annonces en « une » voire en « manchette » un jour ou deux avant, si on pense que c’est un événement important, ce qui peut paraître subjectif. Sauf bug du site, l’article n’est plus à ce moment-là dans le fil « infos locales ».

    Autre chose, s’il y’a un souci avec cet article, n’hésite à préciser ta pensée (sachant que les compléments d’infos ne sont pas censés être un « forum » sauf quelques rares exceptions, sur des articles d’analyse). Y’a aussi des listes « internes » pour les textes les plus polémiques pour pouvoir discuter plus efficacement.

  • Le 12 mai 2012 à 11:20, par abc

    Se défendre

    1- Evitons d’abord le problème ressassé du réformisme et de l’anti-réformisme. Nous n’avons pas à prendre en charge les institutions qui ont besoin d’être transformées. Nous avons à nous défendre tant et si bien que les institutions soient contraintes de se réformer. L’initiative doit donc venir de nous, non pas sous forme de programme mais sous forme de mise en question et sous forme d’action.

    2- Ce n’est pas parce qu’il y a des lois, ce n’est pas parce que j’ai des droits que je suis habilité à me défendre ; c’est dans la mesure où je me défends que mes droits existent et que la loi me respecte. C’est donc avant tout la dynamique de la défense qui peut donner aux lois et aux droits une valeur pour nous indispensable. Le droit n’est rien s’il ne prend vie dans la défense qui le provoque ; et seule la défense donne, valablement, force à la loi.

    3- Dans l’expression « Se défendre », le pronom réfléchi est capital. Il s’agit en effet d’inscrire la vie, l’existence, la subjectivité et la réalité même de l’individu dans la pratique du droit. Se défendre ne veut pas dire s’auto défendre. L’auto-défense, c’est vouloir se faire justice soi-même, c’est-à-dire s’identifier à une instance de pouvoir et prolonger de son propre chef leurs actions. Se défendre, au contraire, c’est refuser de jouer le jeu des instances de pouvoir et se servir du droit pour limiter leurs actions. Ainsi entendue, la défense a valeur absolue. Elle ne saurait être limitée ou désarmée par le fait que la situation était pire autrefois ou pourrait être meilleure plus tard. On ne se défend qu’au présent : l’inacceptable n’est pas relatif.

    4- Se défendre demande donc à la fois une activité, des instruments et une réflexion. Une activité : il ne s’agit pas de prendre en charge la veuve et l’orphelin mais de faire en sorte que les volontés existantes de se défendre puissent venir au jour. De la réflexion : se défendre est un travail qui demande analyse pratique et théorique. Il lui faut en effet la connaissance d’une réalité souvent complexe qu’aucun volontarisme ne peut dissoudre. Il lui faut ensuite un retour sur les actions entreprises, une mémoire qui les conserve, une information qui les communique et un point de vue qui les mettent en relation avec d’autres. Nous laisserons bien sûr à d’autres le soin de dénoncer les « intellectuels ». Des instruments : on ne va pas les trouver tout faits dans les lois, les droits et les institutions existantes mais dans une utilisation de ces données que la dynamique de la défense rendra novatrice.

    Michel Foucault

  • Le 12 mai 2012 à 11:16

    ca va, on a compris, une fois en infos locals, une fois dans l’agenda et une fois en première page.
    vous l’aurez matraqué cette annonce de soirée
    ah oui, c’est vrai, on a besoin de la solidarité de tous le monde

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Contre-cultures / Fêtes » :

>20 novembre 1976 : création du Collectif Utilitaire Lyonnais

C’est le 20 novembre 1976 que le C.U.L. ouvrait au 44, rue Burdeau dans les pentes de la Croix-Rousse, un lieu collectif, ouvert et politique. Plus de 40 ans plus tard ce lieu, s’il a depuis un peu changé, existe toujours. En 1985 une interview dans la journal IRL présentait le projet...

>La librairie autogérée la Plume Noire a besoin de vous

Le nouveau confinement risque d’avoir des conséquences graves pour notre librairie autogérée puisqu’aucune activité ne peut avoir lieu. C’est pourquoi, nous lançons la possibilité de commander en ligne les ouvrages disponibles à la Plume Noire. Cela permettra de soutenir le lieu durant cette période en...

› Tous les articles "Contre-cultures / Fêtes"